Faits Divers
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 23.06.2018 - tony-duret - 2 min  - vu 997 fois

AU PALAIS Le prévenu : "si je veux le racketter, je vais pas aller à la banque avec lui"

Tribunal correctionnel d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

C'est un mastodonte, un colosse même, qui entre dans le box du tribunal correctionnel d'Alès ce vendredi 15 juin.

Jean-Louis, la cinquantaine, crâne rasé, n'est pas un rigolo. Du moins sur le papier : 18 mentions sur le casier judiciaire dont trois condamnations par une cour d'assises, essentiellement pour des vols avec arme. Dans le box, c'est une autre histoire. L'homme, jugé pour tentative d'extorsion, ne comprend pas pourquoi il est là ou fait mine de ne pas comprendre.

En juillet 2016, Ahmed, la victime dans ce dossier, dépose plainte à la gendarmerie contre Jean-Louis. Ce dernier lui aurait demandé de lui remettre 50 000€, somme qu'il ne possède pas. Pour prouver qu'il n'a pas l'argent, Ahmed emmène Jean-Louis à la banque et lui montre l'état de ses comptes : 600€. Dans l'histoire, Ahmed prend "deux-trois gifles". Fin du premier épisode.

Quatre jours plus tard, Ahmed revient à la gendarmerie. Cette fois, il veut retirer sa plainte ! Il explique aux gendarmes qu'il se serait trompé... Les militaires, eux, pensent plutôt qu'il a subi des pressions. En entendant cette version des faits, Jean-Louis bondit dans son box. Pour lui, il n'y a aucune tentative d'extorsion, mais une banale querelle de voisin : Ahmed tournerait un peu trop autour de sa compagne.

- Il se cache derrière les fenêtres pour voir ma femme et mes filles en petite culotte. Je lui ai dit de ne plus s'approcher de ma femme. Et si je mets une gifle à quelqu'un, je peux vous assurer que ça fait autre chose que ça. Vous m'avez vu ? Et puis, madame la juge, je viens pas de naître, si je veux le racketter, je vais pas aller à la banque avec lui !

- J'ai l'impression que Monsieur est dans la toute puissance, analyse le procureur, Pascale Palau, avant de demander trois ans de prison ferme.

Une peine suivie par le tribunal qui ajoute une interdiction de séjour dans le Gard pendant cinq ans.

Tony Duret

Tony Duret

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais