Publié il y a 11 jours - Mise à jour le 02.04.2024 - Boris De la Cruz - 2 min  - vu 1879 fois

JUSTICE Traquenard sur le site "coco" : 5 copains veulent piéger "un pédophile"

5 jeunes comparaissent ce mardi après-midi au tribunal correctionnel de Nîmes pour avoir piégé un homme sur Internet. 

" Une expédition punitive, je ne sais pas s'ils ont conscience qu'ils ont frôlé de très peu une sanction devant la cour d'Assises", estime la substitut du procureur qui réclame 2 ans dont un avec un sursis contre 4 jeunes. Des prévenus, âgés de 18 ans, qui sont insérés, qui ont des familles présentes autour d'eux, et "sans aucun casier judiciaire et sans aucun antécédent judiciaire ", poursuit la représentante du parquet de Nîmes. 

Quatre des cinq jeunes ont rendez-vous ce mardi après-midi devant le tribunal correctionnel de Nîmes. Ils sont poursuivis pour un vol avec violences. Des agresseurs qui ont monté le 22 septembre dernier vers minuit, un guet-apens en créant un faux profil sur Internet. Sur le site "coco.fr", plus précisément, ils se sont fait passer pour une jeune fille de 14 ans. Au bout de trois jours, le piège a fonctionné et un trentenaire a répondu et a même envoyé sa photo à la jeune femme. Rendez-vous est pris et alors qu'aucune infraction n'est commise, l'adulte est violenté alors qu'il se gare sur un parking de  la commune de Garons.

Les 5 jeunes, dont un échappe à la justice des adultes car il était mineur au moment des faits, approchent de cet homme. Ils ont les visages dissimulés, munis de matraques. Un piège tendu car il vaut "mieux prévenir que guérir", affirme un jeune en garde à vue ! "Une précaution préventive pour ma petite soeur", dénonce un autre !  Sauf qu'en France la Justice ne se rend pas à coup de traquenard, "on appelle la Police ou la Gendarmerie lorsqu'il y a un problème". Rapidement les agresseurs sont interpellés par le Gendarmerie.

Un homme, la victime, qui a vu sa vitre de véhicule exploser et dont la voiture et le portable ont été subtilisées lors de cette soirée. Un homme qui n'a pas porté plainte et l'on comprend pourquoi, mais un "homme qui n'avait commis aucune infraction au moment où il a été pris à partie", tient à préciser la procureure.

Le tribunal correctionnel présidé par Jérôme Reynes a condamné les quatre copains à des peines de 12 mois avec sursis et jusqu'à 18 mois avec sursis pour le plus lourdement sanctionné. Ils ont l'interdiction de détenir une arme.   

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio