Publié il y a 9 mois - Mise à jour le 04.08.2023 - Boris De la Cruz - 2 min  - vu 1906 fois

NÎMES À 13 ans et 15 ans les deux soeurs sont en fugue depuis des mois

Justice. Une mère de famille a été condamnée par le tribunal correctionnel de Nîmes pour des manquements à l'éducation de ses enfants. 

« C’est le dossier de la désespérance sociale. Cette dame n’est pas une mère, elle n’a que le nom. Pour le reste c’est la carence parentale plus plus plus », s’indigne Maître Florence De Prato à l'audience du tribunal correctionnel de Nîmes. « La mère se prostitue, une de ses filles a été croisée par une connaissance dans les rues de Nîmes et dans une tenue qui n’était pas appropriée. On peut craindre le pire pour cette enfant, c’est très inquiétant », souligne avec émotions la pénaliste nîmoise.

D’autant que la « maman », aurait proposé à ses filles de consommer chez elle du protoxyde d’azote selon l’enquête, avec consommation de drogue et d’alcool en famille ! « Il vaut mieux le faire à la maison que dehors, c'est plus sécurisé », avait affirmé la maman devant les enquêteurs du commissariat de Nîmes ! Deux parents qui ont un droit de visite, pour des fillettes suivies depuis 2016 et placées depuis 2018. Au total, cette maman à 4 enfants qui sont tous placés, les deux plus jeunes en foyer, les deux plus grandes sont actuellement dans la nature sans savoir précisément où elles peuvent se trouver.

La plus grande 15 ans est en fugue du foyer depuis décembre dernier, celà fait près de 8 mois d’errance. Sa petite sœur âgée de 13 ans, est elle aussi en fugue et introuvable depuis mai dernier. Un père aux abonnés absents « et au moment où l’on parle des gamines qui sont dans la nature, qui ne sont plus scolarisées et une maman convoquée devant votre tribunal et qui ne vient pas », tranche Maître De Prato pour l’association qui essaie de s’occuper des enfants en l’absence totale des parents.

Une maman finalement condamnée par le tribunal correctionnel de Nîmes à 6 mois de prison ferme. Elle est reconnue coupable de « soustraction d’enfant par ascendant » alors que ses deux filles étaient en foyer, avec un manquement aux obligations de santé, de sécurité, de moralité, ou d’éducation de ses enfants. 

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio