Faits Divers
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 11.01.2018 - boris-de-la-cruz - 2 min  - vu 1505 fois

NÎMES Une jeune maman condamnée pour des violences sur son bébé de 5 semaines

Tribunal correctionnel de Nîmes/ Objectif Gard

Une mère de famille, âgée de 20 ans, a été condamnée, ce jeudi matin par le tribunal correctionnel de Nîmes à 18 mois de prison avec sursis et une mise à l'épreuve de 3 ans conformément aux réquisitions du vice-procureur, Patrick Bottero. Cette habitante de la région de Pont-Saint-Esprit était renvoyée devant la juridiction pénale pour des "violences" sur sa fillette, âgée de 5 semaines.

Une mère de famille en pleurs à l'audience, qui a répété à plusieurs reprises qu'elle regrettait. Cette maman d'un autre enfant de 2 ans, a reconnu avoir commis des gestes inadmissibles sur son nourrisson qu'elle ne parvenait pas à calmer depuis plusieurs jours. Un bébé qu'elle élevait dans une grande solitude et qui avait de nombreux soucis de santé. " Mais pourquoi ne demandiez-vous pas de l'aide, à vos proches, à votre maman, à votre compagnon ", essaie de comprendre la président du tribunal correctionnel, Marie-Josèphe Roblez ? "Je voulais m'en sortir par moi-même, mais j'ai été dépassée par la situation", témoigne la jeune femme dont les deux enfants ont été placés depuis la fin octobre 2017, date où un médecin a constaté les violences. " Elle pleurait, elle pleurait tout le temps, le jour, la nuit, je ne parvenais plus à dormir. J'ai appuyé au niveau des joues, et je l'ai secouée fort au niveau du torse ", poursuit accablée la mère de famille. " Vous avez de la chance madame, car apparemment cet enfant n'a pas le syndrome du bébé secoué. Elle aurait pu avoir des séquelles irréversibles ", poursuit la magistrate.

" C'est un dossier compliqué, difficile humainement. Elle est consciente qu'elle va être condamnée, mais je souhaite que cette condamnation soit porteuse d'espoir pour cette maman qui aime ses enfants, plaide pour la prévenue, Maître Perrine Teissonnière. L'enquête sociale a prouvé qu'il s'agit d'une mère aimante, attentionnée, qui a commis des violences une fois. Mais c'est aussi une maman jeune, fragile et isolée. Elle est en souffrance, complète l'avocate Nîmoise. La mère de famille, inconnue jusque-là de la justice, a écopé d'une peine de prison avec sursis.

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais