Faits Divers
Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 19.01.2022 - boris-de-la-cruz - 2 min  - vu 1402 fois

SAINT-LAURENT-D'AIGOUZE Violences contre le maire : condamnation et interdiction de paraître dans la commune

Une altercation a opposé en août 2021 des gens du voyage qui voulaient s'installer au stade de la commune avec des habitants.
Thierry Féline, maire de Saint-Laurent-d'Aigouze. (Photo DR)

Tribunal. Un prévenu, âgé de 24 ans, était à la barre du tribunal correctionnel ce mercredi après-midi, concernant des faits d'août 2021.

Ce jour-là des gens du voyage ont voulu installer leurs caravanes sur le complexe sportif de Saint-Laurent-d'Aigouze. Le maire aurait été molesté et a déposé plainte. Le mis en cause était renvoyé devant la juridiction pénale nîmoise pour "violence avec arme sans incapacité". L'arme étant la voiture.

Une affaire qui a fait beaucoup de bruit en août 2021. Pour rappel, des gens du voyage ont essayé de s'installer au complexe sportif de Saint-Laurent-d'Aigouze. Prévenu par des habitants, le maire, Thierry Féline, a tenté d'intervenir. Mais les choses ont dégénéré et pris "des proportions inimaginables", selon les mots de l'élu interrogé par notre rédaction quelques instants après les faits. L'édile va porter plainte. Car ce jour-là, la situation a totalement dérapé avant l'arrivée des gendarmes. "J'ai appelé les services techniques qui m'ont dit qu'ils étaient dans le coin. Je leur ai demandé de garer les véhicules en travers pour que les caravanes ne puissent pas accéder au stade avant l'arrivée de la gendarmerie."

Des employés municipaux se font molester, l'altercation verbale devient physique et une bagarre éclate, des violences constatées.  "L'un des voyageurs m'a chargé en voiture pour m'intimider tandis que je cherchais à protéger mon personnel. Je n'ai pas pris de coup mais j'ai été très inquiet jusqu'à l'arrivée des forces de l'ordre. Les insultes fusaient, on nous traitait de racistes. Ça a duré une vingtaine de minutes, mais ça m'a paru une éternité." À l'arrivée des gendarmes, la situation est encore très tendue.

C'est donc cet évènement délictuel qui était jugé ce mercredi 19 janvier 2022 au tribunal correctionnel de Nîmes. Un seul homme a été retrouvé dans le cadre de l'enquête et se retrouve devant la justice. Le problème selon l'avocat du prévenu, "ils ont attrapé le seul qui écoutait les consignes et qui s'apprêtait à quitter le terrain avec sa voiture, affirme maître Pauline Garcia. Mon client est ici à titre d'exemple, il n'a pas touché le maire. Il n'y a pas d'élément intentionnel", complète Me Garcia qui demande la relaxe.

La représentante du parquet, Julia Salery, a une vision différente en estimant que le prévenu est coupable des violences. "Monsieur le maire a eu peur pour son intégrité physique. Un agent a été molesté. Les habitants avaient peur face à cette scène de violence", affirme de son côté maître Philippe Merland, le conseil de l'édile. Le tribunal a décidé de condamner le prévenu à 6 mois de prison avec sursis, avec une obligation de travailler, interdiction de paraître à Saint-Laurent-d'Aigouze et de payer des dommages et intérêts au maire.

Boris De la Cruz

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais