Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 17.05.2024 - Louis Valat - 5 min  - vu 955 fois

SAINT-HILAIRE-DE-BRETHMAS Chloé Ridel visite le chantier de rénovation d'une école financée en partie par l'Europe

De gauche à droite : Nicolas Ferrière, porte-parole du PS dans le Gard; Chloé Ridel, candidate aux Européennes sur la liste de Raphaël Glucksmann; et Jean-Michel Perret, maire de Saint-Hilaire-de-Brethmas.

- Photo Louis Valat

Candidate sur la liste PS-Place publique menée par Raphaël Glucksmann pour les élections européennes du 9 juin prochain, Chloé Ridel s'est rendue ce vendredi matin à Saint-Hilaire-de-Brethmas. Lors de sa visite, elle a rencontré le maire, Jean-Michel Perret, pour discuter des enjeux locaux et visiter l'école Josette Roucaute, récemment rénovée grâce à une importante subvention de 450 000 euros provenant du Fonds européen de développement régional (FEDER).

Dernière ligne droite pour les candidats des élections européennes, entrés dans leurs trois semaines restantes pour faire campagne. Entre meetings, débats, interviews et actions sur le terrain, Chloé Ridel de la liste PS-Place publique a choisi de se concentrer aujourd'hui sur le dernier point. La candidate socialiste a en effet décidé de poursuivre sa tournée départementale et effectuait son retour dans le Gard, après l'avoir parcouru il y a quelques mois, passée par Vauvert et La Grand'Combe. Un département qu’elle représente pour les Européennes à venir, et auquel elle dit être particulièrement attachée (entretien à revoir ici). Avant de faire un tour du côté de la feria de Pentecôte à Nîmes ce vendredi soir, Chloé Ridel a fait escale à Saint-Hilaire-de-Brethmas dans la matinée. Une visite qui, en réalité, n'est pas anodine.

En effet, la porte-parole du Parti socialiste se rend régulièrement sur divers sites financés en partie par l'Union européenne. Il y a un peu plus d'un mois, elle a ainsi rendu visite au Service départemental d'incendie et de secours du Gard (SDIS), qui a bénéficié d'une subvention européenne de 800 000 euros pour l'achat de matériel. En avril, elle s'est rendue à La Grand'Combe pour voir la Maison de santé, également financée par l'UE dans la majeur partie. Chloé Ridel l'explique : "Mes visites récentes dans le Gard visent à mettre en valeur ce que l'Europe fait concrètement au quotidien." Et ce vendredi, à Saint-Hilaire-de-Brethmas, l'auteure du livre "D'une guerre à l’autre - L'Europe face à son destin" a visité, au côté de Nicolas Ferrière, porte-parole du PS 30, le chantier de rénovation de l'école Josette Roucaute, largement financé par le Fonds européen de développement régional (FEDER).

Une école inchangée depuis 1958

Il est environ 10h30. Après avoir longuement discuté avec Chloé Ridel et Nicolas Ferrière dans son bureau de l'hôtel de ville, Jean-Michel Perret, l'édile de la commune, descend les marches de son étage et emmène ses invités en direction de l'école, située juste en face. Sur le trajet, on aperçoit à gauche les enfants dans la cour, improvisée sur un parking de parents d'élèves depuis un an, le temps des travaux sur l'école. Puis sur la droite, le chantier de l'école que l'on appelait jadis "l'école du village."

L'école primaire Josette Roucaute et son bâtiment en bois massif. • Photo Louis Valat

Dans son jus depuis quelques années, restée inchangée depuis sa construction en 1958, l'école va enfin renaître et se moderniser. Grâce aux efforts déterminés du maire, qui a mobilisé d'importants moyens et obtenu les meilleurs financements, cet établissement aspire à une transformation profonde. La candidate socialiste, Chloé Ridel, qui ambitionne de "lancer un grand plan de rénovation de toutes les écoles européennes d’ici 2030" à travers un siège de député européen, était particulièrement attentive lors de cette visite. Elle a pu effectivement remarquer que l'établissement, bénéficiant d'un financement de 450 000 euros de l'Union européenne sur un budget total de 3 millions d'euros, reflète pleinement les valeurs environnementales qui sous-tendent manifestement son projet et celui de Raphaël Glucksmann. 

L'établissement devrait être livré dans quatre semaines, operationnel pour la rentrée de septembre 2024. • Photo Louis Valat

L'école Roucaute, exemple de modernité et d'excellence environnementale

Autrefois, les écoliers de Josette Roucaute devaient prendre le car scolaire pendant plus d'une demi-heure chaque midi, et autant pour le retour, afin de se rendre à la cantine de l'école maternelle de la commune. Un coût non négligeable de 100 000 euros par an, rien que pour le transport du midi. Désormais, grâce à l'extension réalisée au sein de l'école, c'est de l'histoire ancienne. Les jeunes élèves auront désormais la possibilité de se restaurer sur place, grâce à la nouvelle cantine scolaire. En plus de cela, plusieurs salles de classe ont été ajoutées (selon le maire, l'école de Saint-Hilaire-de-Brethmas a ouvert deux classes supplémentaires en quatre ans, dans une époque où de nombreuses classes, notamment dans le Gard, ferment chaque année) pour accueillir les plus de 150 écoliers, un bureau également pour l'association des parents d'élèves, ainsi qu'une salle dédiée à l'accueil périscolaires. Ce nouveau système, mis en place par la commune depuis quatre ans, remplace au mieux la traditionnelle garderie où "deux adultes peuvent légalement s'occuper de 150 gamins," une "aberration" selon les termes de l'édile. "C'est une vraie continuité éducative pour nos enfants", s'enthousiasme Jean-Michel Perret. 

Photo Louis Valat

Le maire, ayant eu la chance de bénéficier du soutien du FEDER, a également mis en place des systèmes des plus innovants. Outre l'autoconsommation collective rendue possible par les panneaux photovoltaïques installés sur l'intégralité du toit de l'établissement, qui serviront également à alimenter de nombreux bâtiments de la commune, l'école peut également jouir d'une chaudière à granulés, un autre système novateur qui utilise des granulés de biomasse, généralement fabriqués à partir de résidus de bois compressés. Ce type de chaudière est, en principe, respectueux de l'environnement puisqu'il utilise une source d'énergie renouvelable et produit peu d'émissions polluantes. Il offre également un bon rendement énergétique et peut contribuer à réduire les coûts de chauffage à long terme. C'est un choix du maire qui utilise, personnellement, au quotidien, ce type de chaudière à son domicile, "sans avoir eu le moindre souci", revendique-t-il avec fierté. La cour de récréation sera transformée en "oasis", soit un remède contre les fortes chaleurs et un jardin potager sera installé en contrebas. La structure de l'école en elle-même reste inchangée.

Au premier plan, la cour type "oasis". Au second, le nouveau bureau réservé à l'association des parents d'élèves.  • Photo Louis Valat

Un projet qui met en lumière certaines inégalités territoriales

"J'ai raclé partout où j'ai pu racler". Jean-Michel Perret ne s'en cache pas. Le maire reconnaît que pour concrétiser son projet de modernisation de l'école selon ses souhaits, il a fallu faire preuve de détermination et solliciter bon nombre de subventions, notamment celle de l'Europe. Assez rare pour être souligné. En effet, grâce à ce Fonds européen de développement régional, en grande partie obtenu par le biais de la région Occitanie, le projet pourra voir le jour à la rentrée de septembre 2024. Cependant, l'homme politique ajoute que cela a été rendu possible grâce à sa maîtrise des aspects administratifs et à certaines qualités personnelles dont il se félicite. Ce qui n'est malheureusement pas le cas pour tous les élus et peut rendre parfois difficile la réalisation d'un projet louable comme celui-ci. L'un des grands défis de Chloé Ridel : "Pour beaucoup d'élus, l'Europe semble être loin et inaccessible, admet la candidate aux Européennes. Souvent, ils estiment qu'ils n'ont aucune chance d'obtenir ces fonds. La commune de Saint-Hilaire-de-Brethmas a la chance d'avoir Jean-Michel (Perret, NDLR) comme maire, qui a l'expérience nécessaire pour faire ces demandes et solliciter ces fonds. Mais la grande majorité des élus ne possèdent pas cette expertise et ne bénéficient pas de ces fonds, alors même qu'ils y ont droit." 

Fervent défenseur de l'Union européenne, Jean-Michel Perret souligne l'urgence pour les élus de mobiliser les fonds européens pour concrétiser des projets tels que la rénovation des écoles. • Photo Louis Valat

Lors de cette visite, la représentante socialiste, son porte-parole gardois et le maire de la commune ont donc mis en lumière, à juste titre, ces persistantes inégalités territoriales. C'est par ailleurs l'une des raisons pour lesquelles le maire de la commune a invité la candidate gardoise ce vendredi 17 mai : "Je considère qu'il est très important de sensibiliser les députés aux défis rencontrés par les élus locaux lorsqu'ils sollicitent les différents fonds européens disponibles. Je comprends les difficultés de mes collègues qui n'ont pas les mêmes compétences administratives que moi, ou qui ne sont pas habitués à ce type de démarches. Cela demande beaucoup de temps, nécessite un accompagnement, et idéalement, cela devrait être une tâche à temps partiel dédiée exclusivement à cela."

Louis Valat

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio