Publié il y a 1 an - Mise à jour le 21.02.2023  - 3 min  - vu 1865 fois

TEMPS ADDITIONNEL Nîmes Olympique – Saint-Étienne vu à la loupe

Une nouvelle fois les Nîmois ont chuté à domicile

- Photo : Anthony Maurin

Chaque lendemain de match du Nîmes Olympique, Objectif Gard vous propose de revenir sur la rencontre passée à travers plusieurs points. Zoom sur ce qu'il faut retenir après Nîmes Olympique – AS Saint-Étienne.

L’analyse : Nîmes s'enfonce. Dans une rencontre entre mal-classés, il n’y a pas de round d’observation. Nîmes, par Benezet, ouvre les hostilités avec une grosse occasion (2e). Dans la foulée, c’est le Stéphanois Nkounkou qui, avec un centre-tir, oblige Dias à claquer le ballon en corner (3e). C’est ensuite Krasso qui tente sa chance de loin, mais Dias repousse le danger (11e). La maitrise du jeu et du ballon sont stéphanoise et c’est logiquement que Nkounkou ouvre le score sur un bon service de Krasso (0-1, 34e). Le buteur est à deux doigts de récidiver, mais il voit sa tentative retomber juste derrière la transversale de Dias (37e). Dans cette première période contrôlée par l’ASSE (63 % de possession dans le premier acte), les Nîmois n’ont pas vraiment été dangereux. Au retour des vestiaires, et alors que le NO semble être enfin entré dans la partie, c’est Saint-Étienne qui double l’écart sur un contre rondement mené par Wadji qui se débarrasse trop facilement de Burner avant de tromper Dias (0-2, 51e). Le scénario est cruel pour Nîmes et Frédéric Bompard fait sortir Benezet, Lopy et Saïd pour faire entrer Ambri, Fofana et Tchokounté. C’est ce dernier qui redonne de l’espoir à Nîmes en réduisant l’écart d’une tête décroisée (1-2, 69e). Les Crocodiles retrouvent des couleurs, mais pas assez pour décrocher le match nul. Le NO encaisse sa quatrième défaite au stade des Antonins en cinq rencontres et surtout il reste 17e et relégable avec désormais quatre points de retard sur le duo ASSE – Pau. Le tout avant d’enchaîner deux déplacements périlleux à Metz et Bastia. Plus que jamais la situation nîmoise est inquiétante.

Lucas Dias ne peut que constater l’évidence, l’ASSE était meilleure que Nîmes Olympique • Photo : Anthony Maurin

Le Croco clé : Benezet rate le coche. Il n’a pas été le meilleur Nîmois, ni le plus mauvais. Mais Nicolas Benezet a eu, dès la deuxième minute, le ballon qui aurait pu changer la physionomie de la rencontre. Il est d’abord là au bon moment et bon endroit quand Pétrot, le défenseur des Verts, ajuste mal une passe en retrait pour son gardien de but. Le Nîmois se retrouve alors en position idéale et il se présente seul devant Larsonneur, mais perd son duel face au portier des Verts. « Je pense que cela aurait changé le match. Je pensais que le gardien de but allait sortir et en fait j’ai eu trop de temps. L'effet du ballon m’a emmené vers l’extérieur et je n’ai pas fait ce qu’il fallait face au gardien », analysait le Nîmois à l’issue de la rencontre. Dans ces premiers instants il manquait de la lucidité aux Crocodiles. C’est souvent le lot des équipes en difficulté et qui doutent.

Le moment où Nicolas Benezet a une occasion en or d’ouvrir le score • Photo : Anthony Maurin

Les notes :

Dias : 4

Labonne : 4

Durand de Gevigney : 4

Djiga : 4

Burner : 4

N'guessan : 5

Lopy : 3

Saïd : 3

Pagis : 4

Benezet : 4

Mousset : 3

La décla' : G91, les grands absents. « Avec les Gladiators ça aide, ça te donne des ailes et dans les moments difficiles, ça nous aurait aidé. Je ne dis pas qu’on aurait gagné le match, mais c’est un plus pour nous. » Lucas Dias regrettait l’absence des GN91 dans une rencontre où l’ambiance dans les tribunes était indigne d’un Nîmes – ASSE. Mais le groupe de supporters nîmois a décidé de boycotter le stade des Antonins après qu’une vingtaine de ses membres ait été frappée d’une interdiction commerciale du stade à la suite de l’utilisation de fumigènes lors du match contre Grenoble. Toujours est-il qu’un stade sans ultra c’est tristounet et, à l’image de Lucas Dias, les Nîmois s’en sont aperçus.

L’ambiance était pas à la hauteur d’un Nîmes – Saint-Etienne • Photo : Anthony Maurin

L'image : si près, si loin. C’est un cliché plein de nostalgie pour les supporters de Nîmes Olympique. Bernard Blaquart et Anthony Briançon ont échangé quelques mots au bord de la pelouse du stade des Antonins. Ils se sont peut-être rappelés les bons souvenirs de la période 2016-2020 où les Crocodiles étaient conquérants et enthousiasmants, aux antipodes de ce que propose le club depuis trois saisons. Un temps si près et si loin à la fois.

Blaquart Briançon - photo 3F prod
Bernard Blaquart et Anthony Briançon réuni mais pas avec Nîmes • Photo : 3F Prod

Découvrez les résultats de cette 24e journée et le classement de la Ligue 2 :

Nîmes Olympique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio