A la unePolitique

NÎMES : VISITE EXPRESS DE BAYROU À L’HÔTEL VATEL POUR PARLER APPRENTISSAGE

Photo © objectifgard.com / MA
Photo © objectifgard.com / MA

Un petit tour et puis s’en va, c’est aussi cela la campagne de François Bayrou, le troisième homme de 2007, aujourd’hui « cinquième homme », sortant « à peine » d’un meeting à Rennes qui s’est tenue devant 2.500 personnes la veille (le 10 avril). A Nîmes, ce mercredi, il n’a pas fait de réunion publique comme il l’avait fait il y a cinq ans, et comme il est prévu de le faire vendredi 13 avril à Tours, mais plutôt d’une « rencontre » auprès des Français sur une thématique précise. Peut-être une manière de se différencier des « poids lourds » de la campagne de 2012.

Cette fois-ci, il était question de parler « apprentissage et formation des jeunes » aux métiers de l’artisanat notamment, en l’espace d’un peu plus de deux heures, table ronde comprise, avec des intervenants d’origine associative, des professionnels du secteur du tourisme ou agriculteur et des acteurs de la formation.

Photo © objectifgard.com / MA

Pour cette rencontre, quoi de mieux que le l’Hôtel Vatel, École internationale dans le domaine de  l’hôtellerie, de  la restauration et du tourisme composé de 700 étudiants environ pour évoquer cette question dira-t-on. Quoi qu’il en soit le président et candidat du Modem en a profité, puisqu’il a fait le tour des cuisines, coursives, blanchisserie, services d’accueil de l’établissement, emmené par Georges Robaix (directeur de l’établissement), qui jouait son rôle d’hôte auprès des différents chefs de cuisine et formateurs.

Entre un « quel poste occupez-vous ? A quoi vous destinez-vous ? », François Bayrou, suivi de près par les journalistes de la presse écrite et audiovisuelle présents pour l’occasion, s’est exprimé sur les raisons de sa venue, à partir d’un diagnostic plutôt sombre de l’état de l’employabilité par l’apprentissage en France dont il souligne « la mauvaise image véhiculée », d’après lui, et comme plusieurs fois répété cet après-midi, une fausse image, qu’il faudrait « valoriser », insistant sur deux problèmes majeurs en France : « l’emploi et la formation ». Il en profite pour rappeler que « 95 % des jeunes qui sortent d’une formation en alternance trouvent un emploi » et que « 10.000 postes ne trouvent pas preneurs chaque année dans le tourisme » [un secteur économique pourtant porteur], ajoutant : «  j’annoncerai demain une loi-cadre, que nous proposerons [s’il est élu Président], pour encadrer la formation ».

Photo © objectifgard.com / MA

Celui qui a réuni 18 % des suffrages au premier tour de l’élection présidentielle de 2007, et qui prétend ne pas être « adepte des petites phrases », répond, légèrement piqué, à un journaliste qui l’interroge sur la portée de son discours dans cette campagne 2012, que celui-ci « passe très bien » auprès des Français, et que « l’on est dans un pays où l’on se dissimule, au niveau politique », alors que les Français demanderaient (de leur côté) « qu’on leur dise la vérité ». Et la vérité pour le candidat du Modem semble plutôt tragique. Il reprend l’objet d’une comparaison anxiogène, souvent évoquée, la situation de la Grèce et de l’Espagne : « 10 milliards ont été supprimés dans l’éducation en Espagne hier. Vous vous rendez compte du choc ? » S’interroge-t-il. Prophétisant les mêmes risques pour la France, le candidat à l’Elysée insiste alors sur la nécessité d’accentuer les efforts sur l’équilibre financier, qu’il s’agit même « du dernier moment » pour le faire. François Bayrou en profite pour viser le bilan du candidat sortant évoquant « les 500 milliards de dette accumulés en 5 ans ».

A propos de la thématique du jour, et la manière de relancer l’alternance et  l’emploi, le candidat Modem a conclu, suite un « déjeuner-table ronde », ou plutôt « rectangulaire » (composé d’une cinquantaine de convives), sur deux priorités : mieux faire connaître ces emplois que l’on a tendance à dévaloriser de l’extérieur (par l’image etc.) et de l’intérieur (par l’alternance).

De là à ce que le candidat centriste ne devienne l’ambassadeur de l’apprentissage, il n’y a qu’un pas. Se voulant le témoin de ceux qu’il avait rencontré dans les locaux de l’école hôtelière : « regardez-vous-même, ils ont tous l’air heureux ». Et pourtant, les intervenants durant la table ronde n’ont cessé d’évoquer la baisse constante du nombre d’apprentis à certains degrés (de « niveau 5 » et au-delà), alors que des BTS et Licences professionnelles existent la plupart du temps. Mais le choix de ce style de campagne et de thématiques saura-t-il modifier la tendance à la baisse que subit François Bayrou dans les sondages (dans deux études, publiées mardi 10 avril par Ipsos et l'IFOP, il est passé sous la barre symbolique des 10 %, à 9,5 %) ? Lui-même rappelé qu’il lui restait 8 jours. Quant aux sondages, M. Bayrou se fend d’une pirouette : « Les sondages ne sont là que pour fagoter le débat autour des deux grand partis politiques ».

Photo © objectifgard.com / MA

Eléments de témoignages durant la table ronde :

Une représentante de la Maison de l’accompagnement scolaire de Valdegour a rappelé que « 115 jeunes sont suivis chaque année au niveau du collège et du lycée », et « 50 % de ces jeunes sont en échec scolaire en fin de seconde ». Une question concrète posée par cette intervenante : « Ne pourrait-on pas présenter en amont des formations en adéquation avec des métiers porteurs, plutôt que des voies de garages », évoquant un exemple courant de formations d’apprentis proposées par des établissements (la couture de manière non spécialisé, sans débouché).

Par ailleurs le président de l’UPA du Gard (L'Union professionnelle des artisans), évoque certaines incohérences dans le domaine du droit du travail lorsque l’on parle alternance ou apprentissage : « un apprenti étant considéré comme un observateur, lorsqu’il s’agit d’un métier qui nécessite d’être en hauteur, comme le travail de couverture, celui-ci ne peut pas aller au plus près de ce qu’il doit apprendre, pour une question de droit du travail. Cela est absurde et donne une mauvaise image de la transmission du savoir finalement ».

Indiscrétions :

Eric Giraudier, ex-président de la CCI de Nîmes, et présent pour parler apprentissage dans le monde de l’entreprise, en tant que membre du bureau du Medef du Gard, évoque la visite de François Bayrou : « On ne peut qu’être d’accord avec ce qui a été dit durant cette table ronde [par le candidat Modem]. Le sujet de cette campagne, ce n’est pas la vérité des salariés et des entreprises. On nous parle de l’accessoire plutôt que de l’essentiel », critique Eric Giraudier, soulignant les intentions annoncées de François Bayrou, liées à l’apprentissage : « on attendra le 6 mai ».

Hommage à Raymond Aubrac, mort le soir du mardi 10 avril 2012 soir, à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce, à Paris :

François Bayrou, la disparition "d’une extraordinaire figure" qui a passé sa vie « à transmettre auprès des jeunes, à raconter ce que la Résistance avait été et il l'a fait quasiment jusqu'au bout ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité