A la uneActualité générale.Actualités

MONTPEZAT Sérénité et bien-être à l’horizon pour les résidents handicapés des Massagues

Visite du foyer d'accueil médicalisé des Massagues à Montpezat avec (de gauche à droite) Jean-Jacques Hurpy, Martine Dupuy et Bernard Flutte. Photo DR/S.Ma
Visite du foyer d'accueil médicalisé des Massagues à Montpezat avec (de gauche à droite) Jean-Jacques Hurpy, Martine Dupuy et Bernard Flutte. Photo DR/S.Ma

Du 8 au 14 octobre, les bénévoles de l’ADAPEI (Association départementale des amis et parents de personnes handicapées mentales) du Gard ont sillonné le territoire pour vendre des brioches au bon goût de fleur d’oranger. Une opération nationale à l’initiative de l’UNAPEI (Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis) qui avait pour objectif de récolter des fonds au profit des structures départementales d’intégration de personnes handicapées mentales. L’heure est au bilan : « Les Gardois ont été généreux cette année et ce malgré la crise. Nous avons atteint les 100 000€, un chiffre en hausse de 5% comparé à l’an passé » précise Bernard Flutte, le président de l’ADAPEI 30.

Une bonne nouvelle mais à quoi vont être destinés ces 100 000€ ?

Pour répondre à cette question, Bernard Flutte invite tout un chacun à se rendre dans l’un des 22 établissements d’intégration de personnes (adultes et enfants) handicapées mentales du Gard pour comprendre. Et c’est au Foyer d’accueil médicalisé « Les Massagues » à Montpezat que le président de l’ADAPEI 30 nous donne rendez-vous en compagnie de la directrice et du directeur général de l’établissement, Martine Dupuy et Jean-Jacques Hurpy ainsi que du maire de Montpezat, Bernard Compan. Ce foyer ouvert en 1994, installé en pleine nature sur les hauteurs de la commune, accueille à ce jour 36 personnes (32 internes et 4 externes) il faut bien le dire lourdement handicapées, âgées de 21 à 63 ans.

Séance détente chez le coiffeur du foyer avec Gérard. Photo DR/S.Ma

Il ne s’agit pas là d’un centre d’isolement mais bel et bien d’un lieu de vie où chacun grâce aux soins médicaux et aux activités pédagogiques, artistiques, peut pleinement prendre part à son existence et ce malgré ce mal qui l’abîme. « Les personnes atteintes de handicap mental ont parfois du mal à exprimer leurs émotions et à force de tout contenir en eux, ils implosent. C’est pour cela qu’il est nécessaire d’organiser des ateliers lors desquels ils peuvent s’exprimer de quelques manières que ce soit afin de tendre vers le ‘mieux être‘ » explique la directrice.

Mais pour cela, il faut de l’argent, le nerf de la guerre. D’une part pour pouvoir financer les moyens humains mais aussi des moyens matériels d’aide à la mobilité comme ces lève-personnes qui seront prochainement installés dans la chambres de certains pensionnaires. Et puis, il y a cet agrandissement qui prend forme. Un cinquième pavillon qui sera inauguré dans les semaines à venir et qui permettra ainsi à neuf personnes de plus d’intégrer cet havre de paix où chaque mur ouvert par de larges fenêtres laisse à voir cet horizon. Un horizon serein, il suffit de voir les sourires de Céline, Gérard et Jean-Luc pour le comprendre.

En images

Stéphanie MARIN

stephanie.marin@objectifgard.com

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité