A la uneInsolite

INSOLITE : Le mystère des chaussures de la rue Bernard Aton

DSC00941

Ceux qui parmi vous ont la tête en l’air ou ceux qui lèvent souvent les yeux au ciel n’ont pas pu passer à côté d’un phénomène qui envahit les rues de Nîmes : celui des chaussures suspendues à un fil électrique. C’est le cas dans la rue Bernard Aton, rue qui part de l’avenue Feuchères, qui longe la Préfecture et qui se trouve à deux pas du Conseil général. Il y a quelques semaines, quelques mois peut-être, d’étranges chaussures d’enfants sont apparues en haut d’un fil électrique, au milieu de la rue. « Oui, je les ai vues, confie un riverain, mais je croyais qu’on ne faisait ça qu’aux Etats-Unis et il me semble avoir déjà vu ça dans un film ».

DSC00942

Ce voisin n’est pas loin de la vérité, il y a bien un phénomène né aux Etats-Unis qui s’appelle le « shoe tossing » ou « shoefiti », le jet de chaussures. Une tradition qui consiste à jeter des chaussures lacées entre-elles et à les faire tenir sur des fils électriques ou câbles téléphoniques. Mais faut-il voir un message derrière ça, une explication ? Marc, un jeune trentenaire, sort d’un immeuble voisin : « J’ai entendu dire que c’était pour marquer un territoire, comme s’il y avait un gang ». Vu la taille des chaussures, un gang d’enfants de quatre ans chercherait-il à terroriser le quartier ? « Je pense que c’est juste pour s’amuser, rigole une passante. N’empêche qu’il faut être sacrément adroit ». Une autre femme, qui sort du Conseil général, ne s’étonne même plus : « Oh, j’ai l’impression d’en voir partout dans Nîmes ».

En quittant la rue Bernard Aton, on n’en sait pas vraiment plus sur ces mystérieuses chaussures. Qui les a lancées ? Pourquoi ? Alors qu’on s’interroge, un couple d’amoureux marche dans la rue. Absorbés, ils ne voient pas les chaussures. Ce n’est pas bien grave car, manifestement, ils ont déjà trouvé chaussures à leurs pieds.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

7 réactions sur “INSOLITE : Le mystère des chaussures de la rue Bernard Aton”

  1. Il n’y a pas QUE rue B. Aton… Et la rue Porte d’Alès alors??? la même chose y est depuis une semaine avec cependant plus de chaussures sur le fil… Et l’enquête journalistique???

  2. Logiquement, ce sont des repères à dealers. SI vous souhaitez acheter de quoi prendre votre dose, vous trouverez sous des chaussures. Montpellier en est plein

  3. article vide de sens et totalement inutile ! il y a bien plus grave à Nimes … les commerces qui ferment, les gens qui se font agresser, les dépenses municipales intolérables …. Pensez vous que parler et chercher à comprendre des chaussures pendues est utile dans le contexte économique , social , politique de lequel nous sommes ???

  4. Honteux ce mimétisme des pires travers américains , car le lancer de chaussures sont la spécialité des gangs là bas et se retrouve surtout dans les quartiers US

    les français sont des moutons de Panurge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité