Actualité générale.ActualitésEconomieEconomie.

2003-2013. L’EPCC du Pont du Gard, « la locomotive touristique » du territoire

Pont du Gard/ Photo D.R/C.M
Pont du Gard/ Photo D.R/C.M

L'Etablissement public de coopération culturelle du Pond du Gard célèbre cette année ses dix ans. Entre 2003 et 2013, il est devenu un pôle d'excellence en s'investissant toujours plus en faveur du développement territorial. A l'occasion de cet anniversaire, Paolo Toeschi, directeur de l'EPCC du Pont du Gard répond aux questions d'ObjectifGard.com.

Objectifgard.com : Dans votre bilan sur ces dix dernières années, vous qualifiez l'EPCC du Pont du Gard de "locomotive touristique", qu'est-ce que cela veut dire ? 

Paolo Toeschi : Tout en respectant l'identité du patrimoine, notre objectif, c'est de faire venir des touristes, à la fois de France, mais aussi de l'étranger. Et pour cela, nous avons des équipes commerciales qui sillonnent le monde pour développer la promotion touristique du site. Un exemple, lors de l'Exposition universelle de Shangaï en 2010, une équipe a passé six mois en Chine pour parler du Pont du Gard. Ce travail-là résulte entre autres à l'accueil de milliers de bus venant du monde entier.

Objectifgard.com : Une venue en masse des touristes (15 millions en 10 ans dont 9 millions de Français et 6 millions de touristes internationaux) qui permet le développement économique de l'EPPC du Pont du Gard.

Paolo Toeschi : Oui, il faut savoir que nous nous autofinançons à hauteur de 76%, sur un budget de fonctionnement et d'entretien de 11 millions d'euros par an. Mais au delà du Pont du Gard, le Gard et le Languedoc-Roussillon profitent de retombées économiques d'une 145 millions d'euros et de la consolidation de 1 600 emplois grâce à l'activité du Pont du Gard. Tous les acteurs du tourisme du territoire, que ce soit les hôteliers, les restaurateurs, les artisans etc, profitent de notre démarche. Malgré la crise de 2009, nous avons su rester dynamiques parce que nous n'avons pas joué les petits bras, nous avons forcé le destin. Le plus important pour nous, c'était de ne plus être un lieu zapping, c'est-à dire que les touristes prennent une photo puis s'en aillent sur Avignon ou Montpellier. Et nous y sommes arrivés, selon une étude, ils restent en moyenne trois heures sur le site du Pont du Gard.

Objectifgard.com : Sur quels axes avez-vous travaillé pour développer le tourisme ?

Paolo Toeschi :  Sur la qualité d'accueil et la programmation culturelle que nous qualifions de très haut niveau. Notre force c'est éclectisme. Garrigue en fête (20 000 particpants en moyenne chaque année, Ndlr), les Fééries du Pont (37 000 spectateurs en 2013, Ndlr), le Festival Lives au Pont (25 000 personnes en 2013, Ndlr), tous ces événements permettent d'attirer des publics très divers.

Et puis, le Pont du Gard est devenu le jardin des Gardois. Nous avons une vraie richesse culturelle avec de nombreuses activités comme le Musée, la ludothèque, le ciné, les expositions, mais aussi des activités ludiques et sportives. Nous avons trouver les moyens et les ressources adaptées pour pouvoir accueillir les Gardois en permanence. Maintenant notre ambition, c'est d'étirer la saison, faire que le printemps et l'automne ne soient plus des périodes creusent en terme de tourisme. Si on gagne ce pari, ce sera bien entendu très bénéfique pour le développement touristique et  économique du Gard.

Objectifgard.com : Des projets à venir ?

Paolo Toeschi : Nous sommes déjà dans une réflexion pour 2015-2016. Le Pont du Gard fêtera l'anniversaire de ses 30 ans au classement du Patrimoine mondial de l'Unesco. Et croyez-moi, le monde entier va le savoir. Nous allons amplifier la dynamique culturelle du site et montrer avec tous nos partenaires, ce dont le Gard est capable de faire autour de son aqueduc. C'est en cours de préparation, nous commencerons à monter en puissance dans le courant de l'année 2014.

Le Pont du Gard en chiffres

15 millions, le nombre de visiteurs accueillis depuis 10 ans.

65 000, le nombre de scolaires reçus chaque année dans le cadre d'une démarche pédagogique.

165 hectares d'espaces naturels méditerranéens classés, préservés et protégés dont des kilomètres de GR/PR entretenus toute l'année.

4, le nombre de labels : Patrimoine Mondiale de l'UNESCO, Grand Site de France,Qualité Sud de rance, Qualité Tourisme.

500 000 spectateurs (dont 70% de Gardois) ont assisté à un événement de la programmation culturelle du Pont du Gard depuis 5 ans.

145 millions, en euros les retombées économiques en Languedoc-Roussillon dont 85 millions uniquement pour le Gard.

100, le nombre d'emplois permanents en moyenne par an et 50 saisonniers embauchés chaque été.

336, le nombre de communes gardoises partenaires du Pont du Gard pour offrir la gratuité totale d'accès au Pont du Gard, espaces naturels et muséographiques.

Publi-reportage 

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité