A la uneOG, trait / trait

TRAIT POUR TRAIT Damien Alary : le remplaçant donneur de leçons

Les absents ont toujours tort, dit le proverbe. Un temps candidat aux élections avant de se raviser, Damien Alary est le grand absent de ces municipales. Bien sûr, le président du conseil général peut donner son avis mais pourquoi ne l'a-t-il pas défendu devant les nîmois ? Pourquoi n'est-il pas allé au bout de sa démarche ? Pourquoi n'a-t-il pas affronté lui-même Jean-Paul Fournier, Sylvette Fayet, Yoann Gillet et les autres ?

Quand "l'ange gardien" de Françoise Dumas critique le bilan de Jean-Paul Fournier (lire ici) ou de n'importe quel autre candidat, c'est comme si dans le sport un remplaçant émettait un jugement sur un titulaire. Ce n'est pas interdit, mais ce n'est pas dans l'esprit du jeu. Parce qu'à ce remplaçant donneur de leçons, on a envie de lui dire d'aller sur la pelouse, de mouiller le maillot comme les autres. Y a pas de raison. Remplaçant de luxe ou non. Président du conseil général ou non.

Alors, oui, depuis le banc de touche, on réussit tout, on voit les choses différemment. Sur le banc de touche, on se croit invincible, on est le meilleur : on couperait mieux les arbres, on donnerait de l'emploi à beaucoup plus de monde et on serait peut-être même élu pendant un, deux, trois mandats. Et puis, un jour, le remplaçant entre en jeu, il foule la pelouse et découvre, pour la première fois, ce qui s'appelle la réalité du terrain...

 

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité