A la unePolitique

SAINT-GILLES Offensif, Alain Gaido dévoile son programme

Alain Gaido, candidat à sa propre succession. Photo TD
Alain Gaido, candidat à sa propre succession. Photo TD
Alain Gaido, candidat à sa propre succession. Photo TD

A moins de dix jours du premier tour des municipales, le maire sortant Alain Gaido (PS), à nouveau candidat aux élections - pour un mandat plus long cette fois (il a élu à la mairie de Saint-Gilles en octobre 2010) -, a dévoilé son programme qui sera distribué dans les boites aux lettres de la ville ce week-end. Lors d’une conférence de presse dans son local de campagne, à quelques mètres de celui de son principal concurrent Gilbert Collard, le maire a détaillé les grands axes qu’il entend poursuivre dès sa réélection.

Rénovation urbaine 

« Saint-Gilles est une ville qui a été urbanisée sans aucune règle. Les conséquences sont qu’on a une ville très plate, une densification oubliée, une architecture classique… », regrette Alain Gaido. Pour dynamiser sa ville, le maire sortant veut un « vrai centre-ville commerçant », magnifier la place de la République et l’Abbatial, calibrer la place de la Chicanette, remettre les sols à niveau et les trottoirs en accès handicapé...

Sécurité

« La sécurité est un problème. On a encore du travail à faire même si grâce à la ZSP, mais pas seulement, on note une baisse de 30% de la délinquance et de -35% pour les cambriolages », constate le maire. Pour rassurer ses concitoyens, il prévoit une cinquantaine de caméras, le renforcement des effectifs de police mais aussi la sécurisation des axes routiers en favorisant notamment les sens uniques dans Saint-Gilles.

Société 

A Saint-Gilles, il y a 25% de demandeurs d’emploi. Un chiffre énorme. Chez les moins de 25 ans, il grimpe à 65%. « Je vais vous montrer à quel point c’est une vraie misère, commence Alain Gaido. A Saint-Gilles, on a la plus grosse consommation de psychotrope du Languedoc-Roussillon, le plus petit dépistage des grandes maladies du Languedoc-Roussillon et les demandeurs d’emploi les moins formés de la région. Tout ça, c’est dû au chômage, à la misère ». Le constat est peu réjouissant. Alors, avec l’arrivée de la zone Mitra (les 2/3 de la zone sont à Saint-Gilles) et les emplois qui devraient être créés, il espère faire retomber le chômage à 14%.

Un mot sur ses adversaires

« Collard a fait un beau score aux législatives contre un UMP vieillissant et une jeune PS inconnue à Saint-Gilles. Cette fois, il aura plus de concurrents en face. Il ne refera pas le même score avec sa liste composée d’inconnus. Il fait campagne sur son seul nom ».

« Eddy Valadier était le premier adjoint de Lapierre en 2008. C’est un homme qui a une haute opinion de lui »

« Samuel Serre devait partir derrière Valadier dans les accords Lachaud-Fournier. Finalement, il part seul ».

Sa vision des municipales 

« On sera trois contre Collard. Pour le moment aucune négociation n’a été annoncée pour le deuxième tour. Ce qui est sûr, c’est que si on est quatre, Collard gagne. Mais je ne sais pas si on arrivera à se serrer la main pour ne pas laisser passer Collard. Il faudra envisager un Front Républicain si Collard est loin devant ».

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité