A la unePolitique

NÎMES Le Mouvement Européen passe à la vitesse supérieure

Jean-Luc Bernet, président du Mouvement Européen du gard, et Dorian Agnel, chargé de mission à la Maison de l'Europe. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Jean-Luc Bernet, président du Mouvement Européen du gard, et Dorian Agnel, chargé de mission à la Maison de l'Europe. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Alors que les débats sur l'Europe vont bon train, le Mouvement Européen du Gard monte au créneau pour "une Europe fédérale", et lance un calendrier chargé qui démarre dès ce weekend, avec les Universités d'automne à l'Institut Emmanuel Dalzon.

Du vendredi 7 au dimanche 9 novembre, les Universités d'automne du Mouvement Européen s'articuleront sur le thème : "l'urgence française". "C'est l'idée de Jean-Marie Cavada, président du Mouvement Européen-France. Le terme "urgence" nous a un peu effrayé au départ, mais il faut bien comprendre ce qu'il signifie" explique Jean-Luc Bernet, président du Mouvement Européen France-Gard avant d'ajouter : "Contrairement aux anti-européens qui disent que l'urgence, c'est la France avant Bruxelles, pour nous, l'urgence de la France c'est l'Europe avant tout." Un seul crédo pour cette association, celui de promouvoir une Europe fédéraliste. "On lutte pour une Europe plus solide, plus construite, et pour l'union bancaire aussi. On a un vrai propos politique et on a la possibilité de critiquer les mesures de la Commission européenne" précise M. Bernet. Ce qui n'est pas le cas de la Maison de l'Europe qui est d'avantage tournée vers une mission d'information et de soutien, dans un but pédagogique. "Les deux associations cohabitent ensemble et sont tournées vers le public, mais le Mouvement Européen est plus militant" ajoute son président. Alors qu'une seule personne engagée en service civique gérait le bureau gardois, l'association s'est vue attribuer le label Centre d'Information Europe Direct en janvier 2013. "Cela oblige à un travail d'information pointu et ouvert. Cela donne des avantages comme des obligations" précise Dorian Agnel, chargé de mission à la Maison de l'Europe. Depuis, l'équipe tend à se professionnaliser et devrait compter cinq employés d'ici janvier.

"Partisans non, trans-partisans oui "

Un développement justifié par une forte volonté aux plus hautes instances européennes de sensibiliser les citoyens à l'Europe ; "Tout ça est née après l'échec de 2005 sur le référendum constitutionnel, d'où l'intérêt de créer ces Centre Europe Direct" ajoute M. Agnel, qui invite les étudiants comme les actifs à s'engager. "Beaucoup de jeunes s'impliquent pendant leurs études. L'adhésion est de 15 euros pour les étudiants et les demandeurs d'emploi, et 30 euros pour les actifs." Si l'association est belle et bien politisée, elle se défend d'être partisane de tel ou tel parti. Pour preuve, les débats qui commencent ce weekend à l'institut Dalzon avec les Universités d'autonome, se feront en présence de Jean-Marie Cavada, Jean Denat, Yvan Lachaud et Frank Proust, entre autres. Un panel politique large qui n'effraie pas le Mouvement Européen "On veut créer le débat, y compris avec ceux qui ont des avis opposés aux nôtres. On a l'obligation d'avoir tous les partis politiques représentés." répond M. Bernet.

Les Universités d'automne débuteront ce vendredi 7 novembre à 9h avec une simulation du Parlement européen organisée par les sections jeunes du Mouvement européen et de la maison de l'Europe de Nîmes et se termineront le dimanche 9 novembre avec un passage sur la nouvelle Place de l'Europe suivi d'un apéritif à la Communauté d'Agglomération Nîmes Métropole. 

L'intégralité du programme disponible ici

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

2 réactions sur “NÎMES Le Mouvement Européen passe à la vitesse supérieure”

  1. Vu les intervenants cela revient à discuter entre « bonnets blancs et blancs bonnets ». Manque des opposants à cette Europe qui nous a conduit à plus de misère pour le plus grand nombre. Il faut inviter Sapir, Lordon, Mélenchon, Généreux et quelques autres voire Philipot du Fn pour prétendre à un vrai débat. Là c’est du pipeau entre personnes qui ont fait un bras d’honneur au peuple en contournant avec le traité de Lisbonne, son vote négatif au référendum constitutionnel en 2005. Conclusion : pas de réel débat organisé par des gens qui ont volé le peuple de son vote en 2005. Tu parles de démocrates.

  2. une réception à Nimes Métropole? Encore les contribuables qui vont payer pour faire à ces politiques, en un plus un truc inutile à cette période, encore de l’argent public dépensé inutilement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité