A la une

NÎMES Quelles nouveautés au salon Nîmagine ?

Capture d’écran 2014-11-09 à 16.08.57
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Rendez-vous incontournable de cet autonome, le salon Nîmagine s’est installé dans le Parc des expositions jusqu’au 16 novembre. Pour cette 42 eme édition, pas moins de 35 000 visiteurs sont attendus par les 190 exposants, originaires de toute la France. On y retrouve les habituels comme les créateurs de jeux en bois, les verriers et les créateurs de multiples bijoux. A quelques semaines de Noël, ce salon donne une multitude de possibilités aux acheteurs zélés impatients d’offrir des cadeaux…

Parmi les nouveautés, Nîmagine accueille cette année une exposition du collectif La Ruche, qui s’est notamment illustré lors de l’Expo de Ouff à Nîmes. Au fond du parc des expositions, une dizaine d’artistes a imaginé trois espaces distincts : hip-hop, rock et électro. Au total : un mois de préparation pour deux jours et demi de montage. Autre plus : des ateliers pour permettre aux visiteurs de se mettre quelques instants dans la peau d’un créateur.

Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Plumes de coq et corsets

Question stands, le visiteur ne sera pas où donner de la tête, tellement les exposants sont nombreux. Niché au milieu des habitués du salon : Jérémy Charlet travaille avec passion la plume de coq. Conquis par le salon Bijoutiful, l’artisan s’est laissé volontiers tenter par le salon Nîmagine. Plastrons, boucles ou bracelets, les accessoires sont multiples et les modèles, divers. Une touche ethnique qui se mêlera à la perfection avec vos tenues classiques… Comptez 260 euros pour un plastron et 24 euros pour une boucle d’oreille (unité). (www.olijay-creation.com).

Plastron en plume : 260 euros. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

La mode, un éternel recommencement pour le couple de créateurs Rachel et Lionel qui entendent bien remettre au goût du jour le corset. Une pièce qui se porte à la vue de tous, à ne pas confondre avec la lingerie. Avantage du corset : il affine, marque la taille et peu facilement se réajuster en fonction de la corpulence. Les matières utilisées sont nobles : cuir, soie, lin… Le savoir-faire s’en ressent dans le prix « entre 100 et 300 euros« , avance Rachel qui assure que la pièce se transmet de génération en génération (www.quintessence-corset.com).

Horaires : en semaine de 12 heures à 19 heures. En week-end et pont du 11 novembre : de 10 heures à 19 heures.

Tarif d’entrée : 4,50 euros

Coralie Mollaret

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité