A la uneSociété

ALÈS Galette des rois : à chaque boulanger sa spécialité

Les clients sont venus par dizaines ce matin à la Maison des fougasses. EL/OG
Les clients sont venus par dizaines ce matin à la Maison de la fougasse. EL/OG

Malgré une ambiance économique morose, la traditionnelle galette des rois continue de faire recette chez les boulangers. Et pour fidéliser une clientèle qui se paupérise, chacun sa méthode. Certains misent sur le marketing. D'autres font confiance à leur spécialité, transmise de père en fils. Reportage à Alès.

D'années en années, la tradition de l'épiphanie se poursuit et le succès de la galette ne se dément pas. Difficile pourtant pour les boulangers de maintenir leurs chiffres. La concurrence industrielle est rude et ses prix sont imbattables. Il faut donc se creuser les méninges.

La galette aux melons confits de Ludovic. EL/OG
La galette aux melons confits de Ludovic. EL/OG

Maître artisan comme son père, Ludovic Ladreyt est plutôt content de son début de saison. L'un de ses secrets : les offres marketing et l'union avec la concurrence. A l'instar de ses voisins boulangers avec qui il s'est associé pour l'opération, il propose de nombreux cadeaux à gagner. "On reprend des parts de marché aux industriels en se servant de ce qui marche", note le commerçant. "Si on se fait la guerre, on est cuit!", ajoute-t-il avec humour. En parallèle, il met toujours en avant la qualité d'un produit fait maison.

Et ça fonctionne. En moins d'une heure, plus d'une dizaine de clients, souvent fidèles, ont franchit la porte de la boutique installée depuis 38 ans dans le centre ville d'Alès. Il faut dire que père de famille a également deux spécialités qui font mouche : la galette suédoise et la galette aux melons confits. "Avec de vrais melons!", pointe Ludovic.

La galette aux amandes dEric. EL/OG
La galette aux amandes d'Eric. EL/OG

Quelques mètres plus loin, Eric Granel fait des partie des institutions alésiennes en matière de boulangerie. Il compte avant tout sur la spécialité qui fait sa réputation depuis 46 ans : la galette aux amandes. "Quand on était gamin, on nous achetait des chiques pour la Ste-Barbe. On a décidé de les mettre dans nos galettes", précise Eric. Cassées puis sucrées dans une poêle en cuivre, elles sont ensuite incorporées au gâteau. "Elles représentent 50% de nos ventes", précise l'artisan qui a choisi cette année les enfants du monde pour ses fèves.

Autre spécialité à Alès : la galette aux praliné. Les amateurs ont encore jusqu'à fin janvier pour fêter l'épiphanie. A vos papilles!

Pratique :

Granel et fils - 22 rue Lafare - Alès

La Maison de la fougasse - 26 rue Mandajors - Alès

 

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité