A la uneSociété

BAGNOLS Grève sur les sites d’Areva, les salariés manifestent

Les grévistes ont manifesté à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Les grévistes ont manifesté à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Les salariés des sites d’Areva situés à Marcoule sont en grève depuis hier soir, et ce jusqu’à demain matin.

Ainsi, ce matin le site de Marcoule était pratiquement inaccessible, engorgé par des dizaines de voitures empêchées de pénétrer sur les sites d’Areva. A Melox, ils étaient quelques dizaines à tenir le piquet de grève, dans le cadre de cette journée d’action nationale organisée par l’intersyndicale.

« Ils nous disent ‘on va faire des efforts sur votre dos’ »

Gilles Noirez, délégué syndical CGT à Melox, donne les raisons de la colère : « il y a une dette, des plans annoncés sur l’emploi et le temps de travail dont le degré n’est pas encore affiné. Déjà, à Melox on a subi le blocage des salaires en 2015 et trois réorganisations des services qui ont provoqué la disparition de 18 postes, avec des salariés à reclasser. » « Et deux autres réorganisations ont été annoncées, et elles ne sont pas en rapport avec les futures mesures », précise Florent Hugon, délégué syndical CFDT.

Plus largement, « depuis 2000 on subit des plans de compétitivité qui n’ont pas montré leur efficacité », poursuit Gilles Noirez tandis que « le président ne propose toujours pas de plan stratégique, il parle d’enlever des avantages, de dépenser moins et mieux, de serrer les sous-traitants », note Florent Hugon.

La visite du directeur général d’Areva Philippe Knoche sur le site hier n’a pas vraiment apaisé les tensions et les inquiétudes : « il n’a rien annoncé de plus, il a juste dit que tout le monde devra faire un effort », rapporte René Chemouni, délégué syndical UNSA SPAEN.

Ce matin, à l'entrée du site Areva Melox, à Marcoule (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Ce matin, à l'entrée du site Areva Melox, à Marcoule (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

D’un manière générale, les délégués syndicaux éprouvent « une perte de confiance auprès du top management », car « les équipes en place n’ont pas bougé, ce sont les mêmes personnes qui ont commis toutes ces erreurs stratégiques qui maintenant nous disent ‘on va faire des efforts sur votre dos’ », déplore Florent Hugon. Et les deux personnes récemment arrivées dans l’équipe dirigeante du groupe ne sont pas pour les rassurer : « le gouvernement a mis M. Varin à la présidence, lui qui a supprimé 8 000 postes chez PSA, et le nouveau DRH M. Nogué en a supprimé 25 000 à la SNCF, alors on est sceptiques », estime Florent Hugon.

Inquiétudes sur le démantèlement

Outre leur direction, les grévistes critiquent aussi l’actionnaire à 87 % du groupe Areva, à savoir l’Etat, qui « ne joue pas son rôle, pour Gilles Noirez. L’Etat ne veut pas recapitaliser le groupe, et il a validé toutes les décisions qui nous plombent. »

Du côté du site Areva Marcoule, l’inquiétude est encore plus grande : « on sait qu’on va déjà morfler comme les autres, mais en plus on risque une perte d’activité » résume Manu Joly, de la CGT. L’activité en question, le démantèlement, « c’est 70 % des salariés de Marcoule, et le contrat entre le CEA et Areva n’est pas encore signé », s’inquiète le syndicaliste, qui poursuit : « et même s’il est signé, d’ici 2020 la direction veut faire passer tous les salariés sous la bannière de la filiale STMI, qui fait partie des entreprises qui pourraient être vendues. »

Après avoir manifesté entre le monument aux morts et la place Mallet, les délégués syndicaux ont été reçus par le maire de Bagnols Jean-Christian Rey et ses deux adjoints et candidats aux départementales Jean-Yves Chapelet et Emmanuelle Crépieux. Le maire leur a assuré à cette occasion que « les élus se mobilisent, n’ayez pas le moindre doute à ce sujet. »

Les représentants syndicaux ont été reçus en mairie (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Les représentants syndicaux ont été reçus en mairie (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Une motion de soutien pourrait être votée lors du prochain conseil municipal, jeudi prochain à 19 heures à la Maison de l’Entreprise.

En attendant, le travail reprendra sur les sites d’Areva demain matin à 6 heures. Une nouvelle journée d’action devrait être organisée le 23 avril.

Et aussi :

L’intersyndicale organise une réunion publique sur le thème « Areva au bord du gouffre, quels impacts pour le bassin d’emploi ? » le 25 mars à 18h30 à la salle multiculturelle de Bagnols.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

1 commentaire sur “BAGNOLS Grève sur les sites d’Areva, les salariés manifestent”

  1. Tous les candidats aux élections départementales suivent ce dossier de près. Plus encore lorsque ces candidats ne se reconnaissent pas dans la politique de casse industrielle menée au plus haut sommet de l’Etat, d’u côté par la Droite, de l’autre par les socialistes de droite, autour de Valls. Les salariés ne doivent rien attendre des dirigeants politiques qui ont abandonné les salariés de Continental, d’Arcelor Mittal et j’en passe. Si le fleuron nucléaire en est là c’est bien parce que les politiques ont laissé la main aux financiers, cherchant les profits sans pensé la réorganisation de la filière. la filière n’est viable que dans le giron de l’Etat qui garantit la sécurité. Le développement de la sous-traitance incontrôlée est un risque majeur. Nous, les candidats de l’Union pour une alternative à l’Austérité, avons invité dernièrement l’économiste Gabriel Colletis dont le livre l’Urgence industrielle porte justement sur ces questions. Nous ne pouvons laisser croire que seuls les candidats socio-libéraux soutenant la politique Hollande/Valls offre une écoute aux salariés d’Areva-Marcoule et de Melox.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité