A la unePolitique

NÎMES Conseil municipal de Printemps expéditif mais animé

Conseil municipal de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Conseil municipal de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard

En deux heures, les 67 délibérations prévues à l’ordre du jour du conseil municipal de Nîmes ont été votées sans douleur.

Si aucune délibération en particulier ne marque les esprits, on peut retenir que ce conseil municipal de Printemps avait des airs de quatrième tour des élections départementales. A l’affrontement verbal, souvent les mêmes : Yoann Gillet pour le FN, François Seguy et Christian Bastid pour le Front de Gauche, et Laurent Burgoa, Yvan Lachaud, Jean-Paul Fournier pour la majorité.

Après un quart d’heure de préambule et alors que Yoann Gillet demande la parole, Jean-Paul Fournier l’invite à dénoncer les propos de son président historique, Jean-Marie Le Pen, sur les chambres à gaz. Réponse de l’élu FN : « Je ne le ferai pas. Ce n’est pas le sujet. On n’a pas de leçons à recevoir de ceux qui ont laissé gagner la gauche au conseil général ». La réponse est spontanée mais ne va pas dans le même sens que Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen qui, elles, n’ont pas hésité à désavouer leur père et grand-père. Après plus d’une heure de réflexion, Yoann Gillet prend la parole et tente de revenir sur ses propos : « Qu’il n’y ait pas de quiproquos. Les chambres à gaz ont été un outil ignoble de l’Allemagne nazie ». Mais il est trop tard pour les autres élus, François Seguy en tête, qui intervient : « On en a marre d’entendre vos conneries ! »

La suite des débats sera bien plus calme. Pour son retour, Alain Fabre-Pujol dénoncera le centre-ville déserté au profit de la périphérie. Jean-Paul Fournier ne se prive pas : « Vous avez la mémoire sélective. C’est vous qui avez lancé le Géant Casino du Mas de Vignolles. Mais ça fait 14 ans… »

Alors que Richard Tiberino, l’adjoint à la sécurité, indique que les tarifs de la fourrière seront augmentés de 3%, Yoann Gillet regrette le « peu de mise en fourrière à Valdegour et Pissevin ». Une vision des choses loin d’être partagée par Tiberino qui, tel un professeur à son élève, se veut pédagogique : « Il y a 20% des mises en fourrière dans les quartiers ».

Même combat pour Yvan Lachaud face au trublion du Front National qui conteste, c’est coutumier, l’attribution de subventions à certaines associations comme la Licra qu’il juge « nauséabonde ». Le président de Nîmes Métropole commente : « Elles vont dans le bon sens toutes ces associations. Heureusement qu’il n’y a pas que des hommes comme vous ». Sans quoi, il faudrait songer à programmer le conseil municipal sur deux jours.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

4 réactions sur “NÎMES Conseil municipal de Printemps expéditif mais animé”

  1. Le sénateur maire de Nimes et quelques autres ne sortent pas grandis par cette manipulation qui sur le fond banalise l’ignominie nazie.
    Je condamne sans réserve à l’instar de Marine, de Marion, de Florian et de tous les Patriotes les propos tenus par l’auteur de ceux ci.
    Je l’ai dit trés clairement en conseil ce jour en rappelant la position officielle de notre présidente.

  2. Apparemment, Fournier et ses amis se sont fait bien discrets après leur cruelle désillusion post-cantonales.
    En effet, ils avaient tellement rêvé de gagner ces élections qu’ils peuvent être comparés à Iznogoud qui voulait être calife à la place du calife.
    Burgoa voulait être président de l’assemblée départementale ?
    Il n’est qu’un élu de base.

  3. Dommage de ne rien apprendre sur les 67 délibérations, au moins sur les plus importantes. Alors qu’aucun élu ne rend des comptes sur son travail… vous pourriez en profitez pour redonner de la vigueur à la vie politique. A lire l’article, j’ai l’impression de découvrir le spectacle habituelle… joute verbale entre tribun cumulard et futur cumulard se prenant pour Cesar. Espérons que la population se lève tôt ou tard pour prendre ses affaires en main et en finisse avec ce fonctionnement.

  4. « qui sur le fond banalise l’ignominie nazie »
    Vous ne manquez pas d’air, vous ! C’est votre ex-patron (président d’honneur de votre parti, excusez du peu !) qui non seulement banalise cette ignominie mais encore n’est même pas capable de la reconnaître publiquement. Et votre « cheftaine » Marine, vous pourriez expliquer aux lecteurs ce qu’elle faisait à Vienne, dans un bal, invitée par des anciens nazis (des vrais, ceux-là !) et des néo-nazis. Un brin de causette, sans doute ! Et vous-même;, combien de temps avez-vous mis au cours de ce conseil municipal pour dénoncer les propos de votre « président d’honneur (ou plutôt de déshonneur, en l’occurrence) » ? C’était si long que cela de réfléchir au caractère ignominieux de la barbarie nazie ? Cela augure mal de notre avenir si un jour votre « cheftaine » arrive au pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité