Culture

ALÈS Moins d’un an après son ouverture, le Cabaret jazz tire le rideau

Le cabaret est à louer depuis mars. EL/OG
Le cabaret est à louer depuis mars. EL/OG
Le cabaret est à louer depuis mars. EL/OG

Le Cabaret jazz d’Alès avait ouvert la veille de la feria 2014. Seulement 9 mois plus tard, le bâtiment de 300 m² situé dans le cœur de ville est à nouveau à louer. En cause selon le gérant, un couac administratif.

« Ça commençait à marcher. Le « Cabaret Jazz » accueillait entre 60 et 80 personnes par soir en début d’année« , soutient Jean-Luc Roche, qui avait monté ce bar musical il y a un an avec sa femme Monique et sa fille Margaux. Pourtant, il a été contraint à la fermeture le 28 février dernier.

La faute à une erreur administrative, selon le cinquantenaire. « J’ai voulu faire les choses dans les règles et passer ma licence d’entrepreneur du spectacle pour pouvoir diffuser plus de 6 représentations par an. Une commission de sécurité composée des autorités de la préfecture, de la mairie et des forces de police ont donc dû vérifier la validité des papiers. On s’est alors aperçu que le bâtiment commercial n’était pas classé« , assure-t-il.

Compte tenu de la taille et de la nature de l’établissement, la commission impose alors un classement en discothèque. Mais Jean-Luc Roche refuse. « Il aurait fallu débourser 35 000 € supplémentaires et j’avais 4 semaines pour faire les travaux, c’était impossible. J’ai préféré abandonner et reprendre la gérance du « Central café ». Au moins là, personne ne viendra m’enquiquiner!« , fustige l’homme qui se dit surtout en colère contre lui-même d’avoir perdu entre 60 000 et 70 000 €. « J’aurais dû vérifier le classement avant de faire les travaux, ou continuer de diffuser des spectacles sans passer ma licence. C’est ce que beaucoup de commerçants font à Alès, et ça marche! »

Le Central café, situé rue St-Vincent à Alès, va donc changer d’ambiance. A partir du 20 juin, le bar va se transformer en karaoké le vendredi soir, et accueillir des concerts. « Je vais produire ma fille Margaux, qui proposera régulièrement des tours de chants. Si ça fonctionne, on fera venir d’autres artistes locaux« .

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité