A la une

GARD Dernière ligne droite avant la fin des communes ?

Photo d'illustration.

Cet été, la loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) a été adoptée. A compter du 1er janvier 2017, elle privera les communes rurales de certaines de leurs compétences. La machine est déjà en marche et les maires sont impuissants. Ils fermeront symboliquement les portes de leurs mairies ce vendredi.

Les échéances approchent. Après la promulgation de la loi le 7 août dernier, le Préfet a lancé des consultations dans les petites communes. Fin octobre, il devrait présenter le nouveau schéma gardois à la commission départementale de coopération intercommunale (CDCI). Les collectivités devront ensuite se prononcer sur l'organisation proposée. Le schéma pourra être modifié, à condition qu'il respecte les orientations de la loi. Puis, en juin prochain, la version finale sera arrêtée. "Les communes auront 75 jours pour l'attaquer. Et en janvier 2017, ce sera en application", indique Serge Bord, maire de Saint-Julien-les-Rosiers.

"Nous allons vers l'inconnu"

Ces avancées ne sont pas de bonnes nouvelles pour les maires ruraux. Le texte renforce le rôle des régions et des intercommunalités - dont la taille minimale est fixée à 15 000 habitants - en leur attribuant des compétences qui, pour certaines, étaient confiées jusqu'alors aux communes (eau, assainissement, PLU, etc). Avec l'assèchement des dotations de l’État qui s'ajoutent au tableau, les petites collectivités se retrouvent désemparées.

"Nous allons vers l'inconnu. Je me demande comment les habitants vont réagir quand leurs maires ne pourront plus les aider", s'interroge l'élu julirosien, en prenant les dernières inondations pour exemple. "Aujourd'hui, je suis en mesure de résoudre relativement rapidement les problèmes provoqués par les intempéries sur l'assainissement. Demain, quand nous serons à nouveau inondés, que vais-je leur répondre ? Que ce n'est plus à moi qu'ils doivent s'adresser ? Bien sûr, j'essaierai de faire l'intermédiaire, mais rien ne nous y oblige". Pour Serge Bord, c'est indéniable : ce paysage "remet en question certains principes fondamentaux de la Révolution Française".

Pour exprimer sa colère, il répondra ce vendredi à l'appel de l'Association des élus communistes et républicains (ADECR). Sa mairie sera fermée tout au long de la journée. "Les 2/3 des petites mairies baisseront leur rideau", précise Bernard Clément, président de l'ADECR et maire de Domessargues. Dans sa commune, il organise ce samedi un conseil municipal extraordinaire devant la mairie, à partir de 10h30, afin de donner la parole aux citoyens.

Elodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité