A la unePolitique

RÉGIONALES À Bagnols, ville PS, le FN à 42 % : « il y a une désespérance »

La rue de la République, à Bagnols (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
La rue de la République, à Bagnols (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)
La rue de la République, à Bagnols (Photo d’archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

Dimanche, les bagnolais ont voté à 42 % pour la liste FN de Louis Aliot. Dans cette ville dirigée par le Parti socialiste depuis 2008, le parti frontiste progresse inexorablement. Pour quelles raisons ?

24 % aux municipales, 33,7 % aux européennes, 37 % aux départementales et donc 42 % aux régionales, soit deux fois plus que la liste PS qui se classe en deuxième position avec 20,97 %. Depuis un an et demi, le Front national gagne du terrain à chaque premier tour.

« On en a marre de la gauche et de la droite »

Pourquoi cette ville socialiste, la plus importante du département, dernier « bastion » de gauche dans le département, plébiscite le parti de Marine Le Pen ? « On en a marre de la gauche et de la droite », affirme Hervé*, un bagnolais qui a glissé un bulletin FN dans l’urne dimanche. « C’est un parti comme un autre », pour Patricia, quand dans la bouche de Marie, qui a elle aussi voté FN au premier tour, on sent comme un goût de nostalgie : « j’espère que la France redevienne ce qu’elle était. » C’est à dire ? « Je n’en dirai pas plus. »

Ici comme ailleurs, les partis dits de gouvernement sont renvoyés dos-à-dos : « j’en ai marre de jouer au yo-yo entre la gauche et la droite », lance Patricia. Olivier revient quant à lui dix ans en arrière, au référendum sur la constitution européenne : « je n’ai pas oublié le référendum de 2005. »

« Avec le nombre de jeunes chômeurs que nous avons… »

« Ce n’est pas propre à Bagnols hélas, le FN est très fort partout », note le maire PS de Bagnols Jean-Christian Rey. Pour autant, la situation de Bagnols interpelle : ici, le FN est dix points au dessus de Nîmes et d’Alès, pour ne citer qu’elles. « Aujourd’hui, à Bagnols, dans certains endroits le chômage dépasse les 50 % chez les moins de 26 ans, admet Jean-Christian Rey. Evidemment qu’il y a une désespérance, il y a des gens sans emploi, dans la souffrance et la difficulté. »

La candidate Nouveau Monde en commun Geneviève Sabathé ne dit pas autre chose : « avec le nombre de jeunes chômeurs que nous avons… nous ne sommes pas une ville universitaire, où la formation est prioritaire. » Geneviève Sabathé, qui a fait une thèse sur la formation professionnelle, estime que « le bilan de la région sur la formation professionnelle n’est pas positif, et à Bagnols, c’est pire. » Pour elle, la jeunesse détient la clé de l’équation : « Bagnols a été la ville la plus jeune de France, à cette époque là, la jeunesse, c’était la priorité. Au fur et à mesure, on a perdu cette idée. Ce sont des jeunes non diplômés et sans emploi qui votent FN. »

Côté FN, la candidate régionale Monique Tezenas du Montcel, ex-candidate aux départementales sur le canton de Bagnols, estime que « le gouvernement actuel comme le précédent ont amené aujourd’hui une situation économique dramatique, il est vrai que c’est un facteur qui pousse aussi les gens à se dire ‘on veut essayer autre chose’. » Et pour la candidate frontiste, si Bagnols a voté massivement pour le FN, c’est aussi sur la foi du « modèle » beaucairois : « si nous n’avions pas le modèle de gestion de Beaucaire, ce serait plus difficile de convaincre, ça nous aide énormément. Nous pouvons dire ‘si un maire réussit, pourquoi ne réussirions-nous pas à la région ?’ »

« On crève de ne pas mettre en place les réformes »

Du côté des partis dits « traditionnels, on se gratte la tête pour trouver la solution. « Depuis trente ans, on entend les politiques dire ‘on a entendu’, et rien ne se fait », lâche Jean-Christian Rey. Il faut qu’on soit dans l’action, et il faut qu’au plus haut niveau on nous donne les moyens pour agir. » Pour le maire, l’exemple doit être donné au parlement : « à un moment, il faut décider, trancher, sortir de ces scléroses. Le débat est utile, mais quand il empêche l’action, on va droit à la catastrophe. On crève de ne pas mettre en place les réformes nécessaires. »

Pour Geneviève Sabathé, « il faut lutter contre la ghettoïsation, qui touche deux quartiers de Bagnols, et faire en sorte que les jeunes diplômés ne soient plus sans espoir ni sans avenir. »

* les prénoms ont été modifiés

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

34 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

3 commentaires

  1. bonsoir le chômage en est un des moteurs mais il n’est pas le seul et de loin si nos élus descendraient de leur bureaux et se promèneraient en écoutant les citoyens au lieu de leur serrer la main il entendraient ceci « ils ne nous laissent pas d’autres choix » c’est du moins ce qu’ils me disent quand ils veulent biens’exprimer, et pour peu qu’on analyse la situation locale on peut les comprendre, l’emploi y est précaire (quand il y en a) s’il faut aller vers d’autres villes les transports ne sont guère ou peu adaptés, les taxes et impôts ont explosé, et l’attractivité commerciale par ces mêmes raisons sont en berne, les commences de proximité ferment certains projets porteurs restent au fond des cartons et ce n’est pas qu’un phénomène Bagnolais mais récurrent de la rive droite du Rhône peut -hêtre nos élus ne prennent s pas les bonnes décisions j’avoue que je ne suis pas devin je n’ai pas les cartes en mains pour en supposer voire proposer, je n’ai pu faire qu’un constat …

  2. Se tromper d’orientation dans la gestion d’une ville c’est une chose!!! mais rejeter la faute sur les copains c’est ne pas assumer ses responsabilités et ce n’est vraiment pas beau. Dans une ville son 1er magistrat est le chef donc le responsable. Il fait des choix et dépense l’argent suivant ses choix alors qu’il assume.
    Ce type de propos: ce n’est pas moi c’est eux est fait pour noyer la grenouille et surtout embrouiller et décevoir un peu plus les citoyens.

    1. bien que vous ne nommez personne je vous ferais remarquer que je n’ai aucun mandat ni responsabilité municipale donc l’embrouille de la pêche à la grenouille ne peut venir que de l’interprétation que vous avez cru bon de donner à mon constat, que je ne puis assumer puisque étant le votre, par contre j’assume pleinement ce que j’ai écrit, si cela vous déçoit, croyez que vous n’êtes pas le seul, sans cela mon post n’aurait aucun sens

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité