ActualitésSociété

NÎMES Food-truck, le « Bus Anglais » de Cédric Gadille

Le Bus Anglais, un nouveau restaurant ambulant de qualité, ouvrira ses portes en mars prochain. (Photo DR)
Le Bus Anglais, un nouveau restaurant ambulant de qualité, ouvrira ses portes en mars prochain. (Photo DR)
Le Bus Anglais, un nouveau restaurant ambulant de qualité, ouvrira ses portes en mars prochain. (Photo DR)

C’est une mode qui ne finit pas de séduire les français. Le phénomène des food-trucks attire les foules dans les centre-villes ou les zones commerciales et permet de se mettre à une nouvelle restauration, rapide, parfois saine et relativement économique. A Nîmes un bus anglais vous proposera bientôt une carte culinaire adaptée.

Les food-trucks sont des véhicules spécialement équipés pour la restauration et la vente de boissons. C’est un concept importé des États-Unis proposant un service de restauration mobile dans un lieu déterminé.  Nicolas Nouchi, directeur du CHD Expert et spécialiste de ce genre de nouveauté définit le Food-truck comme une restauration qui « se prend comme dans les baraques à frites et les camions à pizzas, sauf qu’il s’agit de denrées plus haut de gamme« .

Les food-truckers (car c’est ainsi que l’on nomme les gérants de camion-restaurant) informent au jour le jour du lieu de stationnement soit sur leur site Internet, soit via réseaux sociaux. La Promotion du food-truck est parfois assurée par son côté très décalé car c’est aussi cela que l’on va chercher quand on veut déjeuner dans un bus par exemple!
Limité à la région parisienne jusqu’en 2012, ce concept s’est accentué à l’échelle nationale grâce aux émission tv et aux séries américaines. Aujourd’hui on dénombre environ 450 food-trucks qui sillonnent les grandes villes de France et une explosion de la tendance courant 2016 n’est pas à omettre.

Une gastronomie plus urbaine

Ce véhicule proposant une gastronomie urbaine artisanale et qualitative à l’opposé des véhicules proposant une cuisine composée de produits industriels, ou semi-industriels offre essentiellement des produits haut de gamme, d’origine fermière, bio ou préparés à la main. Ce Bus Anglais bien Nîmois sera donc le mariage parfait d’un jeune chef trentenaire et de son engouement pour nos voisins Britanniques.

« Mes deux passions ont trouvé voie commune dans ce projet. Amateur de Mini Austin et membre actif de ce mouvement, c’est en se rendant sur des meetings en Angleterre dans les années 2000 que j’ai vu quelques bus double decker (à impériale) londonien  transformés en Food-truck – Fish’n chips. Tout comme les britanniques, j’ai gardé cette idée en tête persuadé qu’il y avait quelque chose à faire. Des années plus tard le concept des food-truck est arrivé en France avec son lot d’extravagance » évoque Cédric Gadille, initiateur du projet et chef trentenaire du Bus Anglais.
« C’est devenu une évidence et je me suis mis à la recherche de ce fameux Big Red de 1948. Je souhaite créer quelques évènements autour de différents thèmes, concert, scène ouverte lors de soirées privées et autres. Pour ceux qui en ont assez de la mal bouffe et sont en quête d’une alimentation plus saine, je proposerai une cuisine dite de marché qui changera tous les jours et sera en adéquation avec les saisons » poursuit le créateur.

La qualité au menu de la carte

A 32 ans Cédric Gadille a près de 20 ans d’expérience en restauration et a travaillé à la Brasserie de la Bourse, au Danieli, à l’Impérator, au Vieux Castillon… Il est peut-être le chaînon manquant car le monsieur, après avoir quitté ce monde, s’est mis à faire le traiteur car il a travaillé près de 10 ans et a été récompensé par 2 médailles, une d’or et une d’argent Gard gourmand.

Ce restaurant nomade proposera une salle à l’étage avec la télévision. Elle sera modulable et proposera une offre unique pour les particuliers et les entreprises.

« La cuisine est ouverte au public, j’ai voulu une cuisine fonctionnelle et agréable à regarder. Partir d’un produit brut, le transformer pour donner du plaisir aux gens, c’est cela que je veux offrir à mes clients. Mais ma carte ne sera jamais la même. J’ai sélectionné plusieurs petits producteurs et tout s’organisera en fonction des saisons. Je veux respecter chaque produit. Le restaurant sera nomade et je proposerai mes services basés sur un système de tournée hebdomadaire le midi, avec quelques soirées et des événements ponctuels. J’ai la possibilité de privatiser le bus pour organiser des événements tels que mariage, lendemain de mariage, anniversaire, et solution d’ entreprise » conclut le chef avant l’ouverture prévue en mars 2016.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 38 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité