A la uneFaits Divers

AU PALAIS Course-poursuite dans les rues de Nîmes entre les policiers et une voiturette

Photo d'illu
Photo d'illustration

Le 26 mars dernier, un peu après 23h, les policiers aperçoivent Romain au volant de sa voiture sans permis, au milieu d’une rue de Nîmes, en grande discussion avec un passant. Mais quand le jeune homme de 22 ans comprend que les policiers l’observent, il panique et prend la fuite à toute berzingue. Un comportement qui intrigue les policiers qui le prennent aussitôt en chasse. La course-poursuite se terminera quelques rues plus loin, au pied du domicile familial de Romain, qui criera en arrivant devant sa porte : « Papa, maman, descendez vite ! ».

-          J’ai eu peur, reconnaît Romain. J’ai pris la fuite sans réfléchir, j’ai vraiment eu peur.

Une peur qui s’explique peut-être aussi par la présence de six plants de cannabis sur le siège passager de la voiturette.

-          Qu’alliez-vous en faire ?, interroge le président du tribunal correctionnel de Nîmes, Jean-Pierre Bandiera.

-          Je ne sais pas, on m’a demandé de les garder. C’est quelqu’un que je ne connais pas depuis longtemps. J’ai pas réfléchi.

Enfin, l’interpellation du jeune homme pose question : il prétend avoir été violenté par les policiers, un témoignage conforté par une riveraine. Les forces de l’ordre, elles, disent le contraire. Quand le juge informe Romain qu’un policier assure avoir été blessé, Romain évoquera « une glissade ».

Concernant sa personnalité, Romain a une mention sur son casier judiciaire et est fier d’annoncer au tribunal qu’il a une promesse d’embauche, toujours un bon moyen d’éviter une éventuelle peine de prison ferme.

-          Elle commence quand cette offre ?, demande le président.

-          Euh… Bientôt, répond vaguement Romain.

-          Le 1er juin, complète son avocate.

Le président Bandiera sourit :

-          Heureusement que votre avocate est là pour vous aider.

Elle l’aidera aussi à éviter la prison puisqu’il a été condamné à une peine de 8 mois avec sursis. Il devra par ailleurs dédommager un policier à hauteur de 200€.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité