A la uneFaits Divers

CLARENSAC Le « collectif Antoine » toujours mobilisé pour retrouver l’adolescent disparu

photos de l'appel lancé par les parents d'Antoine. DR
photos de l'appel lancé par les parents d'Antoine. DR
photos de l'appel lancé par les parents d'Antoine. DR

Le 1er mars dernier, Antoine, un adolescent de 16 ans, disparaissait à Clarensac. Le « collectif Antoine », qui n’a jamais baissé les bras, profite de chaque manifestation pour mobiliser la population.

Le jeudi 12 mai, la procureure de la République, Laure Beccuau, relançait l’appel à témoins ainsi qu’un avis de recherche dans toute la France pour retrouver Antoine, cet adolescent de 16 ans qui a disparu mystérieusement le mardi 1er mars (relire ici). En plus de l’aide demandée à la population, une « Cellule Antoine » formée par huit enquêteurs était créée. Malgré cette forte mobilisation, « toutes les pistes sont encore envisagées », indique Sophie Teissier, présidente du collectif Antoine. « Il y a eu plusieurs signalements au niveau national, un peu partout en France, jusqu’en Corse, mais pour le moment aucune piste n’est privilégiée. On garde espoir ! », assure l’amie du père de l’adolescent.

Depuis plusieurs mois, le collectif Antoine multiplie les actions pour faire en sorte que la population reste vigilante. « On fait beaucoup de courses pédestres où l’on donne une affiche par dossard distribué. On s’est rendu au semi-marathon de Nîmes, à celui de Carcassonne, à la course de Garons, à Aigues-Mortes. On en a distribuées pendant le Tour de France ou au salon de la BD à Nîmes. On ne lâche rien ». Plus de 80 000 affiches ont déjà été distribuées par les membres du collectif qui ont réussi à convaincre les enseignes de la grande distribution de coller des avis de recherche dans leurs magasins.

Pour aider l’enquête, composez le numéro vert : 0800 97 14 30 ou par mail : sr-nimes.antoine@gendarmerie.interieur.gouv.fr. Rappelons qu'Antoine, 16 ans, a disparu à Clarensac le 1er mars 2016. Il mesure 1,80m. Il a les cheveux châtain-roux, les yeux marron. Lors de sa disparition, il était vêtu d'un pantalon noir, d'un sweat à capuche noire et de chaussures de sport Puma.

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité