A la uneActualités

BAGNOLS Disparition de Lucas : l’enquête et la mobilisation continuent

L'association Retrouvons Lucas a tenu son assemblée générale en présence des partens de Lucas, Eric et Nathalie Tronche (à G.) (Photo : Thierry Allard : Objectif Gard)
L'association Retrouvons Lucas a tenu son assemblée générale en présence des parents de Lucas, Eric et Nathalie Tronche (à G.) (Photo : Thierry Allard : Objectif Gard)

Un peu moins de deux ans après la disparition du jeune Lucas Tronche, à Bagnols, l’association Retrouvons Lucas tenait sa première assemblée générale samedi matin à la maison des associations de la commune.

L’occasion pour l’association de faire un bilan des actions menées, mais aussi de présenter celles à venir ; et pour les parents de Lucas de faire le point sur l’enquête.

« Un croisement » fait avec le dossier Antoine

En ce qui concerne l’enquête, menée toujours par la SRPJ de Montpellier et l’OCRVP de Paris, elle se poursuit. « On communique énormément avec eux chaque semaine, c’est très appréciable, ils nous permettent aussi de tenir », a salué la mère de Lucas Nathalie Tronche avant de préciser qu’à ce stade, « tous les scénarios sont ouverts, ce qui veut dire qu’il faut continuer, espérer, je suis persuadée qu’un jour ou l’autre tous ces efforts vont aboutir. » Près de deux ans après la disparition de son fils cadet, Nathalie Tronche envisage toujours que Lucas soit vivant, « enfermé quelque part. »

Le père de l’adolescent Eric Tronche est quant à lui revenu sur l’enquête de proximité : « on n’arrive toujours pas à fermer cette porte, avec la recherche de ce témoin vu 2 heures avant la disparition de Lucas dans notre quartier, la police cherche toujours à contacter cette personne. » L’appel à témoins lancé il y a quelques semaines est toujours valable (voir ci-dessous). Par ailleurs, les policiers continuent leurs investigations auprès des carrosseries et des garages de la région à la recherche de traces d’un passage d’une voiture endommagée qui aurait pu renverser Lucas. Les enquêteurs travaillent aussi sur la téléphonie du 18 mars 2015 à Bagnols, poursuivent leurs interrogatoires des délinquants sexuels fichés du secteur, « et depuis 6 mois ils ont fait un croisement entre les deux dossiers d’Antoine et de Lucas », explique le père. La disparition d’Antoine, 16 ans, disparu à Clarensac le 1er mars 2016, reste elle aussi à ce jour non élucidée.

La communication tous azimuts

Du côté de l’association Retrouvons Lucas, qui compte à l’heure actuelle plus de 1 100 membres, on n’est pas resté les bras croisés en un an et demi d’existence. Ainsi, après la phase de recherches intenses dans un premier temps l’association s’est muée en véritable machine de guerre pour communiquer autour de la disparition de Lucas et diffuser le plus possible les avis de recherche. Ainsi, « 125 000 avis de recherche ont été tirés officiellement, mais en fait il y en a beaucoup plus, car les gens ont fait des copies », explique le président de l’association Philippe Givry. Des affiches éditées en différents formats, du A3 au A5, en passant par des étiquettes à apposer sur les enveloppes, sans compter les différentes campagnes d’affichage en 4x3 offertes par l’entreprise JC Decaux, qui représentent « 700 affiches dans toute la France », précise le président.

L’avis de recherche de Lucas a également été diffusé sur les écrans de 830 pompes à essence du pays, ainsi que sur les écrans à l’entrée de la ville de Bagnols. L’association est également présente sur de nombreux salons et distribue des chasubles pour les participants à des courses à pied. Toujours au rayon sportif, de nombreuses équipes participant à des rallyes, que ce soit au 4L Trophy ou au Rallye des Gazelles ont couru avec l’avis de recherche visible sur leur voiture, et une participante au Marathon des Sables va porter un drapeau représentant Lucas durant toute sa course. Par ailleurs, 150 peluches voyageuses transportant l’avis de recherche traduit en plusieurs langues passent de main en main aux quatre coins du pays et potentiellement du monde. « Il faut continuer à diffuser l’avis de recherche, quelque part quelqu’un sait quelque chose », rappelle Nathalie Tronche.

Autre aspect important, les réseaux sociaux. L’association y est très active, avec plus de 52 000 personnes sur sa page Facebook, gérée par 7 administratrices bénévoles, qui représente un canal de diffusion crucial. « Lucas qui était contre Facebook, quand il sera là, il verra », commente Nathalie Tronche. L’adolescent n’avait effectivement plus de profil sur ce réseau social au moment de sa disparition. Quant aux médias, outre la presse locale et régionale, plusieurs émissions de télévisions et de radios nationales ont été consacrées à l’affaire, et les équipes de l’émission de TF1 7 à 8 et de France 2 13h15 le Samedi étaient présentes samedi matin lors de l’assemblée générale.

Un film et un grand rassemblement le 18 mars

L’année à venir sera celle de la continuité des actions déjà commencées, mais aussi de nouveautés. Ainsi, la mairie de Bagnols a été 30 000 enveloppes pour les envois des courriers de la municipalité sur lesquelles figure l’avis de recherche de Lucas : « ces enveloppes sont aussi destinées à sortir du territoire », précise le conseiller municipal délégué à la communication Anthony Cellier. De quoi contribuer à une large diffusion de l’avis de recherche.

Les élus bagnolais Anthony Cellier et Jean-Yves Chapelet présentent une des enveloppes spécialement éditées par la ville (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Les élus bagnolais Anthony Cellier et Jean-Yves Chapelet présentent une des enveloppes spécialement éditées par la ville (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le deuxième anniversaire de la disparition de l’adolescent sera l’occasion de voir les choses en grand. Ainsi, une grande affiche en taille A0 sera éditée, le visage de Lucas, composé par une mosaïque des différents selfies envoyés à l’association, y sera représenté. Mais la plus grosse manifestation consiste en le tournage d’un film, « un challenge pour Lucas, précise le président. L’idée est de retracer l’historique de tout ce qui s’est passé depuis la disparition de Lucas, en tournant une vingtaine de saynètes où on restera figés, pour montrer que le temps s’est figé. » Le tournage, réalisé par le Bagnolais Eddy Termini, a commencé à la fin de l’assemblée générale et s’achèvera le 18 mars, lors d’un grand rassemblement place Mallet. « On lance un appel aux Bagnolais, pour venir faire une chaine humaine qui sera filmée », lance Philippe Givry. Nul doute que, malgré le temps qui passe, l’appel sera entendu.

Et aussi :

(DR)
(DR)

L’appel à témoins lancé en décembre dernier par la SRPJ de Montpellier est toujours valable. La police est toujours à la recherche d’un homme âgé d’environ 40 ans, aperçu à proximité du lieu de disparition le 18 mars 2015. Un homme mince, chauve et présentant les deux avant-bras tatoués, qui circulait dans une vieille Citroën AX immatriculée dans l’Hérault. Toute personne pouvant apporter des informations permettant de l’identifier est priée de contacter le 04 67 99 35 97.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

29 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “BAGNOLS Disparition de Lucas : l’enquête et la mobilisation continuent”

  1. Malheureusement je pense pas que Lucas soit en vie..Au bout de 2 ans les chances qu’il le soit sont minces..bien évidemment ses parents continuent d’espérer et on ne fait pas le deuil d’un enfant qui n’a pas de tombe mais je pense que ca finira mal hélas..je veux pas être tragédienne mais il faut être lucide,si lucas etait en vie on l’aurait retrouvé depuis un certain temps et il n’y a rien,ni témoignage ni le témoin qui ait parlé rien que des fausses pistes..j’ai prié et j’espère qu’un jour les parents sachent enfin la vérité,ce qui s’est vraiment passé pour motiver une telle disparition..il serait grand temps qu’ils sachent la vérité!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close