A la uneActualitésEconomie

GARD Combat des chefs à la CCI : la Chambre des Métiers et de l’artisanat se positionne

Président de la CMA 30, Henry Brin (à gauche) a relayé cette demande de trêve de Noël sur les réseaux sociaux (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Henry Brin et David Gallo on exprimé la position de la CMA 30 au sujet des évènements qui secouent la CCI du Gard Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Henry Brin et David Gallo ont exprimé la position de la CMA 30 au sujet des événements qui secouent la CCI du Gard (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Invités par le président de la Chambre des Métiers et de l'artisanat du Gard, Henry Brin, à un point presse qui avait pour objet de tirer un premier bilan de l'action de la chambre consulaire (lire dans une prochaine édition), nous en avons profité pour lui demander son avis sur la guerre ouverte que se sont déclarés Francis Cabanat et son ex-colistier Éric Giraudier à propos de la présidence de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) du Gard. Morceaux choisis...

Ça pourrait prêter à rire si ça ne donnait pas plutôt à pleurer. À la CCI du Gard le mauvais feuilleton qui oppose l'ancien et...nouveau président Francis Cabanat à l'éphémère président Éric Giraudier n'en finit pas d'agiter le Landerneau du monde de l'entreprise. Et tout cela n'est pas vraiment du goût du président de la Chambre des Métiers et de l'artisanat du Gard (CMA 30), Henry Brin.

Se réfugiant derrière une position de légitimiste, respectueux du verdict des urnes, celui qui est à la tête de cette autre chambre consulaire depuis novembre dernier, rappelle opportunément que "70% des ressortissants de la CMA 30 le sont aussi de la CCI" et se garde bien de prendre fait et cause pour l'un ou l'autre des protagonistes de cette querelle picrocholine aux effluves nauséabonds de guerre d'ego.

"Je soutiens...la sortie de crise", lâche Henry Brin sans s'avancer plus avant. Poussé dans ses retranchements, tout juste consent-il à préciser le fond de sa pensée : "L'un et l'autre (Cabanat et Giraudier, NDR) ne semblent pas faire l'unanimité et ne sont pas parvenus à fédérer autour de leur nom. Il n'y a pas de synergie. Francis Cabanat a déclaré qu'il démissionnerait de la présidence au profit d'une troisième personne. C'est une sage décision. Nous soutiendrons sans réserve le nouvel élu."

"Le Festival, c'est de l'autre côté du Rhône..."

Sans jamais les nommer, Henry Brin fait le procès aux deux hommes de s'être fait élire "non pas sur un projet mais sur leur nom. Les connaissant et connaissant leurs personnalités respectives, on savait que cela ne pourrait pas fonctionner. Nous concernant, nous n'avons pas construit notre équipe en nous distribuant les rôles à l'avance et en nous targuant du soutien de tel ou tel élu. Je préfère avoir celui des entreprises que celui des politiques, même si je ne conteste pas leur légitimité." Et pan ! Sur le bec de celui qui se sentira visé !

Mauvais message

Et s'il est maintenant avéré que le mariage de la carpe et du lapin ne pouvait déboucher que sur un divorce houleux, Henry Brin souhaite se démarquer du fonctionnement de la CCI : "À l'heure où le président de la République, Emmanuel Macron, -et il n'est pas le seul !- s'interroge sur l'utilité des chambres consulaires, c'est un bien mauvais message qu'adresse la CCI du Gard. Nous souhaitons défendre notre institution et le travail de nos 180 employés qui travaillent sans relâche sur le terrain depuis 8 mois auprès des entreprises et nous nous efforçons de donner une image positive de l'artisanat. Le conflit de la CCI paralyse l'institution et c'est une bien mauvaise propagande en faveur de l'inter-consularité que nous appelons de nos vœux. Pour tous ceux qui voudrons travailler avec nous, la porte est grande ouverte. Il faut en terminer avec ce mauvais vaudeville : le Festival, c'est de l'autre côté du Rhône... On joue avec la vie des salariés en utilisant parfois la menace. On doit sortir de ce marasme : pour les entreprises et les salariés. La CMA 30 est prête à accompagner le futur président (présidente) de la CCI. Même si il n'est pas dans nos attributions de prendre parti ni de donner des leçons..."

Moins policé que son président et clairement dégoûté, l'élu David Gallo -qui l'est aussi à la CCI- a une position plus tranchée : "On ne veut pas être assimilés à ceux qui, à la CCI, ne veulent pas faire leur travail. Nous sommes prêts à le faire s'il ne veulent pas s'y mettre... Dans un an nous risquons de nous retrouver avec de nouvelles élections à la CCI. Et rien ne dit qu'Éric Giraudier renoncera à se présenter à nouveau. D'autant plus qu'il existe toujours cette rivalité pour la présidence entre Alès et Nîmes..."

Quoi qu'il en soit, on devrait avoir des nouvelles d'ici là car, selon le même, "des noms commencent déjà à circuler..."  C'est dire si le feuilleton devrait encore accoucher de quelques épisodes. À suivre...

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard

    

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité