A la uneActualitésSociété

NÎMES Pour la Vuelta Junior, les minots sont journalistes

En compagnie de Johan Lebon FDJ), Alexandre Geniez AG2R), Warren Barguil Sunweb) et Anthony Thurgis Cofidis), les petits nîmois sont devenus journalistes dun jour (Photo Anthony Maurin).
En compagnie de Johan Lebon (FDJ), Alexandre Geniez (AG2R), Warren Barguil (Sunweb) et Anthony Thurgis (Cofidis), les petits nîmois de la Vuelta junior sont devenus journalistes d'un jour (Photo Anthony Maurin).

Avant le grand départ de la Vuelta, la Vuelta Junior permettra à cent jeunes nîmois de faire le dernier kilomètre du parcours inaugural juste avant les professionnels. Hier au Musée de la Romanité, les pitchounets posaient des questions à quatre Français du peloton.

Dans le nouvel auditorium du Musée de la Romanité, une sorte de conférence de presse avait lieu. Les questions, posées par des enfants de la Vuelta Junior, étaient adressées à quatre coureurs pros. Un moment de rêve pour les gamins et pour Javier Guillen, directeur de l'épreuve, qui voit en eux les héros de demain. "Aujourd'hui, c'est vous les stars! Parmi les 25000 enfants, une centaine fera partie du peloton de la Vuelta Junior. Les cyclistes sont des exemples de valeurs, le seul succès sportif ne suffit pas!".

Pour répondre à la questionnette enfantine, Johan Lebon qui a gagné sa première course il y a quelques jours et qui prend le départ de sa troisième Vuelta, Alexandre Geniez qui a fait deux Tours de France, Warren Barguil, révélation du dernier Tour où il a gagné deux étapes dont une magique devant Contador et Quintana et Anthony Thurgis, coureur en devenir qui découvre les grands tours.

"Pourquoi tu as choisi de faire du vélo?" demande Thomas à Warren Barguil. "J'étais nul au foot...! J'aime me balader et à l'âge de sept ans j'ai commencé par le BMX. Mon père faisait du vélo de route, j'ai suivi l'exemple. J'ai commencé en cadet 1, ça fait douze ans mais je me rappelle encore de ma première victoire en Bretagne!". Pour Anthony Thurgis, la Vuelta est une découverte. "C'est ma première Vuelta mais c'est aussi mon premier grand tour de plus de dix jours! Pour moi, l'étape la plus difficile sera certainement celle de la Sierra Nevada. Je la connais et je le regrette presque...".

Les enfants écoutent le directeur de la Vuelta Javier Guillen (Photo Anthony Maurin).
Les enfants écoutent le directeur de la Vuelta Javier Guillen (Photo Anthony Maurin).

"Comment tu t'entraînes?" demande Samuel à Johan Lebon. "On essaie de faire pas mal de courses avant les grandes épreuves, des stages en montagne mais ça dépend des coureurs, chacun se prépare comme il l'entend et selon ses caractéristiques et spécialités. L'essentiel est d'alterner la montagne et le plat".

Pour continuer sur le sujet... "On s'entraîne toute la journée quand on est professionnel! On fait du travail spécifique" avoue Alexandre Geniez. Devenir pro, l'aboutissement d'un rêve? Pour Warren Barguil, c'est pas dit! "Je pensais travailler dans une société normale. Je voulais devenir vendeur de voitures car c'est ma passion mais j'ai eu un contrat pro et tout est parti de là...". Excitation d'avant course, ambition, bus et routes du monde, blessures, chutes, haut niveau, vacances, passions tous les sujets sont abordés avec le sourire. Concernant l'hygiène de vie des coureurs, "Merci pour la question! C'est important de ne pas prendre du poids et de respecter les horaires de sommeil" explique Alexandre Geniez.

"Et le public, quand vous êtes en train de monter un col, il vous dérange?" demande un petit nîmois à Warren Barguil. "Non, ça va, les motos nous sécurisent un peu. Je comprends très bien que les gens courent à nos côtés pour passer à la télé mais c'est souvent dangereux! D'un autre côté, c'est très bizarre de monter un col sans spectateur comme ça a été le cas cette année sur le Tour de France". Pour la petite histoire, le jeune qui a posé la question était aussi spectateur de cette fameuse étape! Pour mettre tout le monde d'accord, Warren Barguil annonce qu'il fait 29000 km par an en faisant un entraînement quotidien d'environ 150 km. Pour  préparer un grand tour, il roule 25 à 30 heures par semaine.

Et le parcours de la Vuelta? "Je ne le connais pas encore mais j'aime les chronos!" lâche Johan Lebon qui devait se pencher rapidement sur les carnets d'étapes de l'édition 2017 de la Vuelta.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité