A la uneEconomie

FAIT DU JOUR Un bilan touristique 2017 en demi-teinte au Grau-du-Roi

La saison estivale 2017 s'annonçait exceptionnelle. Elle ne l'a été qu'à moitié. Le mois de juillet a terni le tableau idyllique attendu

La plage du Boucanet, au Grau-du-Roi

Bien sûr, il y a la plage, le soleil et la mer. Mais ça ne suffit plus pour attirer sans faire d'efforts les touristes du XXIe siècle qui cherchent désormais une occupation douze mois sur douze. Après des vacances d'avril en hausse, la saison de la seule station balnéaire gardoise a connu des contrastes. Un mois de juillet totalement décevant et un mois d'août sympathique, avec des prolongations. Ce qui n'empêche pas la plage gardoise de rester numéro cinq des stations balnéaires méditerranéennes derrière Sainte-Maxime, Cassis, le Cap d'Agde et les Saintes-Maries-de-la-Mer.

Juillet des surprises

Le mois de juillet a été de l'aveu des spécialistes : "compliqué". Un adjectif qu'on emploie généralement par euphémisme pour éviter de dire "décevant". Le niveau d'alerte est atteint : 53% des professionnels ont déploré une activité en baisse. Seuls 15% d'heureux veinards n'ont pas vu leur niveau d'activité bouger et 30% n'ont noté aucune différence avec juillet 2016. Un phénomène qui n'est pas resté uniquement gardois ou graulen mais s'est étendu à l'ensemble du littoral français. Un phénomène étonnant qui s'est traduit pour tout type d'équipement, y compris au Seaquarium où on dira que la fréquentation a bu la tasse sinon enregistré une chute brutale sans palier de décompression. Cinq mille entrées de moins qu'en juillet 2016.  Près de 1900 entrées supplémentaires enregistrées en août 2017 par rapport à août 2016. Des variations qui n'entament guère la très bonne santé du Numero Un des requins, en progression constante.

"Avec le bon démarrage d'avril on s'attendait à une saison vraiment exceptionnelle. L'office de tourisme a du revoir ses prévisions à la baisse" reconnaît Maud Hubidos, la directrice de la station.  Avec le recul, les professionnels de l'économie touristique expliquent aussi cette chute saisonnière de fréquentation, avec les offres tarifaires fortes formulées à la même époque par des pays comme le Portugal ou la Croatie. A l'heure où tous les tarifs français d'hébergement bondissent puisqu'ils entrent de plein pied en haute saison, ces deux pays ont su séduire une clientèle qui surveille davantage son budget. C'est en tout cas, la première fois que le phénomène produit des effets pareils. Gageons que l'an prochain à la même époque, les spécialistes du tourisme guetteront l'éventuelle reproduction de cette désaffectation juillettiste...histoire de savoir si cela devient une tendance.

Une nouvelle politique de promotion de la station, tournée vers la notoriété et la qualité d'image.

De nouveaux aficionados sur les bancs des Arènes

La nouvelle réjouira les férus de traditions : pour la première année de renouvellement de délégation de service public des arènes locales à la société Vincent Ribera, la fréquentation des animations telles que le toro-piscine ou les courses camarguaises a augmenté. Trois mille personnes de plus pour les traditions locales, autant de spectateurs en sus pour les toro-piscine.

Côté Port de plaisance, après l'année record 2016, difficile de faire mieux. On a même frisé la saturation à l'entrée de la baie en août. En attendant le démarrage de l'école de mer reconstruite, c'est la poursuite du renouvellement des contrats marinas, 1500 sont signés. Hors école de mer, des travaux sont annoncés dans le jardin des sculptures, le parvis de la Capitainerie.

La station du Grau, de l'aveu du maire Robert Crauste, déclencherait en tout cas la jalousie de ses collègues d'autres stations balnéaires par le nombre de reportages qui lui est consacrée. Enfin, c'est lui qui le dit : "On a de l'or en barres, ici !".

Un effort de communication et de promotion particulier est en effet développé par la station depuis deux ans pour mieux asseoir sa notoriété, avec une volonté de se détacher quelque peu d'une image "campings-plages-populaire-pas cher" qui lui collerait à la peau. Il s'agit de faire "monter en gamme" l'offre. Reste à régler l'éparpillement des informations sur les animations. La résiliation d'un contrat avec un professionnel du web qui n'a pas été à la hauteur des attentes règlera sans doute cette question pour la prochaine saison.

Florence Genestier

Etiquette

Florence Genestier

Nouvelle venue à Objectif Gard en juillet 2017, j'ai obtenu ma première carte de presse en 1991 (si !). Quinze ans de PHR dans une région de montagnes, un détour par une mairie, la vie web d'associations et de projets sur Paris, Dijon, le sud Bourgogne, quelques chroniques judiciaires. Me voilà chargée de l'actu de la Petite Camargue :).

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “FAIT DU JOUR Un bilan touristique 2017 en demi-teinte au Grau-du-Roi”

  1. Le grau du Roi. Valoriser l’image de cette station balnéaire au charme pittoresque. Il y a une bonne intention. Mais lorsque l’on viste cette ville, je suis désolé de dire mais la partie partie entrée du port par la mer, côté phare donc est sale, abîmée, je répète sale. j’ai vu des touristes être choqué par tout les détritus amoncelés sur les bords du
    Grau. Les agents de la ville pourrait faire un passage quotidien pour nettoyer, les touristes ne reviennent pas. Aussi cette partie accès au phare mérite un vrai aménagement, dommage le Grau du roi mérite mieux que ça. Vous savez les touristes ne sont pas bêtes, et ils parlent ce sont les premiers vecteurs de bonne ou mauvaise publicité. les restaurants, pas tous mais la plupart devraient revoir leur accueil, leur produit, parce que là, ç.est la même chose on prend pas pas un touriste que pour une vache à lait, on le respecte comme on respecte les produits que l.on travaille si on a un epu d.estime pour son métier. Karim tiberbache Nimes. Le grau du roi mérite mieux.

    1. entièrement d’accord avec vs. Ville très sale – stationnement anarchique ….. les parking payants : résultats :
      les gens stationnent le long des rues n’importe comment. Sans oublier les bus qui stationnent sur le seul parking gratuit. Impensable 8 bus n’importe comment???? moteurs sifflants…… tout celà pour le sequarium. Il y a un parking à gauche du sequarium pourquoi ne pas l’avoir mis tout entier à disposition des bus de touristes????? pas de rte à traverser et pas de copropriétés à proximité qui subissent les nuisances (bruits odeurs et j’en passe) et l’écologie M. le Maire vous en faites quoi. Très déçu par LE GRAU DU ROI et par votre gestion Ns ne remettrons plus les pieds à LE GRAU DU ROI.

  2. La situation de l’office du tourisme, éloigné du centre ville et peu visible,n’attire pas les touristes pour s’informer sur les hébergements ,les visites aux alentours et pénalise la fréquentation des animations proposées sur la station. Maintenant que nous sommes obligés de stationner sur les grands parkings à l’entrée de la ville , une implantation dans ce secteur serai plus judicieuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close