A la uneActualitésSports GardUSAM

USAM Nîmes se fait peur avant de monter dans le « grand huit » !

Les Nîmois ont eu toutes les peines du monde à se débarrasser de Massy (Photo ; Philippe Gavillet de Peney/objectif Gard)

En enchaînant dans la douleur avec une huitième victoire consécutive, l'USAM s'installe provisoirement dans le fauteuil du leader...

Les Nîmois ont eu toutes les peines du monde à se débarrasser de Massy (Photo : archives Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Ceux qui s'attendaient à une promenade de santé en ont été pour leur frais. Présenté comme un collectif moribond, Massy Handball a tenu jusqu'au bout la dragée haute aux Nîmois (27-25) qui ne s'attendaient pas à une telle résistance de la part des Franciliens.

Ce soir, le couperet n'est pas passé bien loin pour une Green Team pas vraiment dans son assiette et qui a dû puiser dans ses réserves pour s'imposer dans les tous derniers instants du match face à une lanterne rouge plutôt flamboyante.

En panne offensive durant cinq minutes entre la 25e et la 29e minute alors qu'ils menaient 12-6 avant de voir leur avance se réduire à la portion congrue (13-12), atteints psychologiquement et peut-être un peu émoussés physiquement, les Verts ont ensuite ramé comme des galériens pour revenir dans le match.

Pourtant tout était réuni pour faire la fête dans Parnasse tout en vert et  toujours aussi bien garni où l'Usam profitait de l'occasion pour présenter toutes les équipes du club en tenue.

Nîmes donnait le coup d’envoi et c’est Salou, méconnaissable après avoir rasé sa crête d'Iroquois, qui ouvrait le score (1-0.1ere). En ce début de match, profitant des  fautes à répétition des Essonniens, Vozab empilait les jets de 7 mètres comme un enfant des Lego (3/3) et Desbonnet compilait les arrêts et rassurait une défense de toute façon sereine (4-2. 8e).

Rebichon allumait la poudre mais c'est côté visiteur que ça sentait le souffre (6-4. 14e). Tout juste entré en jeu Nyateu y allait de son couplet (7-5) et Sanad reprenait le refrain (8-5. 19e). Pas encore en feu, la "lanterne rouge" francilienne chauffait cependant dangereusement…

L’entraîneur Franck Maurice faisait tourner son effectif et Hallgrimson et Suty faisaient leur entrée (23e). Après les figures imposées, on passait aux figures libres avec un somptueux "kung-fu" réussi par Sanad, idéalement servi par Rebichon. Et le Parnasse de glousser de plaisir…(10-6. 24e)

Suty payait sa tournée mais c’est Massy qui buvait la tasse (12-6. 25e). Mais alors qu’on le voyait la tête dans le seau, profitant du traditionnel passage à vide des Nîmois, le visiteur du soir, d'un seul coup dessaoulé,  reprenait du poil de la bête et réduisait son débours (13-11. 29e).

Massy plombe l’ambiance

On sentait la nervosité gagner la Green Team mais c’est…Franck Maurice qui récoltait un carton jaune juste avant une pause buvette bienvenue…

Tout était à refaire et comme le corps arbitral s’y mettait en accordant un but scandaleux obtenu après une agression non signalée sur Suty, la tâche des Gardois n’en était que plus compliquée (13-12. 31e). Piqués au vif, les Nîmois réappuyait sur le champignon et, à mi-distance, Tobie redonnait un peu de confort aux siens (17-15. 37e).

On n’est pas bien, patron !

Mais pas vraiment décidés à courber l’échine les Blanc visiteurs s’accrochaient et réussissaient un nouveau rapproché (18-17. 41e). Le speaker officiel sentait le danger et rameutait les troupes pour l’aider à ramener le troupeau vert dans le droit chemin. D’ordinaire inflexible, la défense usamiste donnait des signes de perméabilité et de fébrilité inhabituels.

Dans les buts de Massy, Bellahcène donnait du fil à retordre aux attaquants locaux et volait la vedette à Desbonnet en retardant l’échéance à plusieurs reprises (22-20. 45e). D’un seul coup muet comme une carpe, le Parnasse au 3 000 gosiers retenait son souffle quant Massy revenait à parité (22-22. 50e)…

Le cave se rebiffe !

Déjà croquiniolesques, les décisions arbitrales se faisaient de plus en plus incohérentes et l’agacement gagnait la Green team, impuissante à contrecarrer un sort contraire et qui laissait même Massy prendre l’avantage (22-23. 52e).

Le mano a mano final était entamé mais c'est Massy qui prenait les devants (23-24. 54e) dans un Parnasse qui, sentant les siens en danger,  retrouvait enfin sa voix. Dupuy crevait la lucarne adverse et côté vert l’espoir renaissait (24-24. 57e). George, en force, "tchernobilisait" Bellahcène pour ramener l'avantage chez les Gardois ! (25-24. 58e).

Ça chauffait dur et les ultimes secondes étaient à proscrire aux cardiaques et aux vieillards valétudinaires (26-25. 59e). L’entraîneur de Massy était exclu à 30 secondes de la fin par un duo arbitral totalement à l’ouest et Nîmes bénéficiait d'un jet de 7 mètres que Maître Vozab se faisait un plaisir de bonifier dans une ambiance de folie qu'on vous laisse imaginer (27-25). La messe était dite...

Passé par le chas de l'aiguille, leader de LNH en attendant, demain, le résultat d'un Montpellier-Toulouse qui vaudra son pesant de cacahuètes, Nîmes remportait sa huitième victoire de la saison. Incontestablement la plus dure !

Philippe GAVILLET de PENEY.

philippe@objectifgard.com

 

 

Publicité
Publicité
Publicité

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité