A la uneActualitésEconomie

FAIT DU JOUR Crédit Municipal de Nimes, une vraie banque solidaire

"Chez ma tante", "le clou", "Le Mont de Piété" … Stop aux idées reçues, voilà un établissement public aux services multiples et méconnus.

Rue Guizot,au centre ville de Nîmes, un bâtiment imposant à l'enseigne discrète (photo Véronique Palomar)

À l'approche des fêtes, il est d'actualité de parler de cet établissement séculaire qui renferme des trésors de services et est héritier d'un principe ancien dédié à la solidarité pour tous. Quand l'histoire d'un établissement bancaire ressemble à un "compte de Noël".

Un peu d'histoire

Les Monts de Piété prennent leurs racines dans le Moyen Âge. C'est le moine Italien Barnabé de Ternie qui lancera l'idée de faire une quête dont le capital servira à constituer une banque charitable où ceux qui manqueront d'argent pour vivre décemment pourront venir emprunter de petites sommes sans intérêt, en laissant un gage de sûreté. Les fonds du Mont de Piété n'étaient alors pas seulement constitués d'argent mais de grains et autres denrées.

Il doit son sobriquet "Chez ma tante" au Prince de Joinville, 3e fils de Louis Philippe, qui, pour honorer ses dettes de jeu, avait dû déposer sa montre au Mont de Piété. N'osant l'avouer à sa mère, la reine Amélie, qui s'étonnait de ne plus la lui voir porter, il aurait prétexté l'avoir oublier chez sa tante. Quant "au clou", l'expression illustre plus simplement l'image des objets, qui déposés en gage, étaient autrefois pendus à des clous.

Le Crédit Municipal de Nîmes tel qu'on le connait aujourd'hui naît en 1928. À l'époque c'est juste un établissement de prêt sur gage. Puis à partir de 1918, les Mont de Piété deviennent des Caisses de Crédit Municipal habilitées à ouvrir des comptes de dépôt.

L'établissement est totalement autonome dans sa gestion et non subventionné, porteur de l'intérêt général, il n'a pas vocation à dégager de bénéfices. Le Crédit Municipal de Nîmes ne verse aucun dividende en faveur d'actionnaires, son actionnaire unique étant la ville de Nîmes. Depuis 1992, il a obtenu le statut d"'Établissement public communal de crédit et d'aide sociale".

Ce fonctionnement particulier fait du Crédit Municipal, la banque de comptoir, (ce qui exclut les banques Internet), la moins chère de France (cf le site comparateur de banque du gouvernement). C'est aussi la seule grande banque de l'Hexagone dont le siège est dans le Gard. En région Occitanie, ses agences se trouvent à Montpellier, Perpignan et Carcassonne. Le Crédit municipal de Nimes emploie 50 personnes pour l'ensemble des quatre sites. À Nîmes 100 personnes par jour viennent solliciter un prêt sur gage ou une information et 80 un prêt classique. Son activité est scindée en deux parties distinctes : l'activité sociale et l'activité bancaire.

L'activité sociale

André Molinier, directeur Général du crédit municipal de Nîmes (photo Véronique Palomar)

Les prêts sur gage sont un monopole des Caisses de Crédit Municipal. Ce service social permet à tous de bénéficier d'un prêt immédiat et simple. Il suffit d'apporter un objet de valeur (bijoux, argenterie, faïences, cristallerie, tableaux, objets divers…) pour obtenir de l'argent tout de suite, sauf si ne expertise pointue est nécessaire. Il suffit d'être majeur et de se munir d'une pièce d'identité et d'un justificatif de domicile récent. L'objet est expertisé par un commissaire priseur ou son délégataire. "Aujourd'hui, le prêt sur gage n'est plus considéré comme un recours ultime en cas de détresse", précise André Molinier. " Et de poursuivre, "bon nombre de personnes l'utilise quand dans le cas d'un besoin urgent de liquidité et dans un souci de simplicité. Nous pouvons délivrer par dérogation jusqu'à 3000€ en espèces. Ça peut être des commerçants avant les soldes pour faire leur stock ou des gens qui partent en vacances ce qui leur offre l'avantage d'un crédit immédiat et en plus la garantie que leurs objets de valeur sont en sécurité. C'est vécu comme un dépannage rapide et facile. Les chiffres le prouvent puisque 90% des propriétaires récupèrent leur bien." 

Gagé à 16 € le gramme, l'or n'est plus testé selon le vieux procédé sit "à la pierre." Mantenant avant a pesée, il est placé dans un spectromètre qui donne son grammage en or et authentifie le métal précieux (Photo Véronique Palomar)

Le prêt s'élève à hauteur de 50 à 80% de sa valeur estimée sur le marché. Au bout de Six mois, le contrat arrive à échéance et les intérêts doivent être payés pour le prolonger. On peut même réaliser cette opération par courrier ou par Internet. À n'importe quel moment de la vie du contrat, on peut récupérer son bien contre la valeur de la somme prêtée augmentée des intérêts et des droits sur la période écoulée. Les 10%d'objets non récupérés sont vendus lors de ventes aux enchères publiques qui se tiennent environ un fois par mois. La mise en vente peut aussi se faire à la demande du propriétaire après 3 mois de dépôt. Les ventes effectuées par des commissaires priseurs sont précédées d'une mise en catalogue des objets visibles sur le site Internet de la Caisse. À l'issue de la vente aux enchères, la différence entre  le montant de la vente et les sommes dues au Crédit Municipal sont entièrement reversées à l'emprunteur.

Après leur passage dans le spectromètre, la pesée, un calcul rapide et la signature d'un contrat, leur propriétaire pourra repartir avec plus de 700 €. Durée de l'opération dans son ensemble un peu plus d'une vingtaine de minutes (photo Véronique Palomar)

Les micros crédits aux particuliers sont délivrés par le Crédit Municipal de Nîmes en étroite relation avec les réseaux accompagnants. Le micro crédit personnel est un financement accordé aux personnes exclues partiellement ou totalement du prêt bancaire. Il permet d'emprunter une somme d'argent limitée sur une durée adaptée. Le micro crédit santé permet de financer tout ou partie des frais de soins dentaires, d'optique  et de prothèse auditive pour tous ceux qui ne bénéficient pas d'une couverture sociale totale.

L'activité Bancaire

Une banque de comptoir où chaque client a un interlocuteur à l'écoute (Photo véronique Palomar)

Le Crédit Municipal de Nîmes est une banque de particulier qui offre des services bancaires classiques, avec de petits plus : une gestion des comptes personnalisée, une tarification préférentielle ainsi qu'un accueille et un service individualisé. "Il n'y a pas de gros ou de petits clients", affirme André Molinier, "juste de bons ou de mauvais clients. Ce n'est pas parce qu'une personne perçoit un petit salaire que c'est un mauvais client. Seule, son intégrité et sa bonne volonté sont prisent en compte lors de l'examen du dossier avant ouverture de compte". Sûr qu'une banque qui n'est pas vouée à faire des bénéfices peut se prévaloir de tels critères. Pour ce qui est du fonctionnement, rien ne diffère des autres banques : délivrance de moyens de paiement, cartes Visa, cartes V pay, chéquiers, consultation des comptes et gestions (gratuite) sur le Net. La gamme de prêts proposés est étendue et va du prêt de dépannage au prêt relais en passant par les prêts personnels de restructuration ou les rachats de crédit. Enfin, si on est plutôt fourmi et qu'on a une conscience, on peut placer son argent en épargne solidaire sous forme de compte à terme ou de compte sur livret. Aujourd'hui le Crédit Municipal de Nimes compte 5000 clients détenteurs de comptes bancaires et 5000 de prêts à la consommation.

"Nous faisons de la solidarité et un peu d'économie affirme le directeur général" quant il s'agit de résumer le cœur de métier de l'établissement. Il est important de préserver le relationnel, pointe -t-il, la capacité d'accueil, d'écoute d'aider à retrouver la confiance dans ses propres finances, quitte à ce nous fassions un peu d'éducation budgétaire. Ici nous nous pratiquons un traitement égalitaire," conclut André Molinier. L'éthique serait-elle plus forte que l'intérêt ? Il suffit de pousser la porte…

Véronique Palomar

www.credit-municipal-nimes.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “FAIT DU JOUR Crédit Municipal de Nimes, une vraie banque solidaire”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité