A la uneActualités

BAGNOLS Stationnement payant : ce qui change au 1er janvier

Les nouveaux horodateurs de Bagnols entreront en service le 1er mars (Photo d'archives : Thierry Allard / Objectif Gard)

Nouveau système, nouveaux tarifs… tout change ou presque au 1er janvier pour le stationnement payant partout en France. À Bagnols aussi, et peut-être plus qu’ailleurs.

Ce samedi matin, lors du conseil municipal de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ainsi, le conseil municipal de samedi matin a permis de présenter les changements qui auront un impact sur la vie quotidienne des automobilistes Bagnolais, mais aussi ceux de passage et les professionnels.

Exit le PV à 17 euros, bienvenue le FPS à 30 euros

Déjà, précisons que ces changements sont induits par la loi de modernisation de l’action publique du 27 janvier 2014, et qu’ils ne concernent que le stationnement payant. A partir du 1er janvier, lorsque vous aurez dépassé le temps de stationnement payé ou que vous n’aurez pas payé alors que vous stationnez sur une place payante, vous ne vous exposerez plus à un PV, mais à un FPS, un Forfait post-stationnement. Pourquoi donc ? Parce que le législateur considère que vous devez vous acquitter d’un forfait pour l’occupation de l’espace public de votre voiture sur la place de stationnement payant. Forfait qui a donc été fixé à 30 euros les sept heures pour Bagnols lors du conseil municipal, chaque ville ayant à fixer son montant.

Concrètement : vous vous êtes garé sur une place payante, et vous avez mis 50 centimes, soit une heure (les tarifs sont détaillés plus bas), mais vous êtes resté au delà, vous devrez payer un FPS de 30 euros, déduit de ce que vous avez déjà payé. Dans ce cas, le FPS sera de 29,50 euros, et vous le recevrez directement chez vous (à l’adresse de la carte grise). Le montant de ce FPS sera directement perçu par la mairie, puisqu’il s’agit d’un forfait pour l’occupation de son espace public.

Un gros changement, qui sonne donc le glas des fameux PV de stationnement de 17 euros, mais pas des autres : si vous êtes en stationnement gênant, vous paierez toujours 35 euros, qui n’iront pas directement dans les caisses municipales. 

Horodateurs, abonnements… tout change

Voilà pour le changement législatif mis à la sauce bagnolaise. Un gros changement qui s’accompagne d’un véritable big bang du stationnement payant à Bagnols : « on a fait un groupe de travail il y a un an pour moderniser le stationnement payant, explique le maire Jean-Yves Chapelet. On a fait plusieurs constats : des horodateurs plus que vétustes, un turnover insuffisant, des tarifs qui dataient de 2002 et de plus en plus de demandes d’un système d’abonnement. » Ainsi, les antiques horodateurs sont en cours de remplacement par de nouveaux appareils acceptant la carte bancaire, des zones bleues ont été mises en place cet été — « et c’est une réussite », affirme le maire — et un nouveau système d’abonnement va être mis en place.

Les nouveaux horodateurs, premier changement visible du stationnement payant à Bagnols, sont en cours d'installation. Ils seront mis en service début janvier (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ainsi, les résidents pourront s’abonner pour 20 euros mensuels, dans la limite de deux abonnements par adresse postale, sachant que le second abonnement est à 10 euros. Les porteurs du caducée (infirmiers, médecins) et les artisans (dont la liste va être prochainement définie par arrêté du maire) pourront s’abonner pour 40 euros mensuels.

« Cette démarche, on ne la fait pas pour faire rentrer plus d’argent à la commune, affirme le maire. On le fait pour qu’il y ait un turnover des places, mais aussi pour éviter la désertification du centre-ville. » C’est pour cela que la ville a fixé des tarifs plus bas pour les courtes durées, le temps d’aller faire des courses en centre-ville par exemple. Et dans le même temps, « on a supprimé 100 places payantes, soit pour les passer en zone bleue, soit en non-payantes », précise Jean-Yves Chapelet. La délibération a été votée à l’unanimité, comme toutes celles de ce dernier conseil municipal de l’année, du reste.

Les prix : 1 heure : 50 centimes ; 2 heures : 1,50 euro ; 3 heures : 5 euros ; 3h30 : 7 euros ; 4 heures : 10 euros ; 5 heures : 15 euros ; 6 heures : 20 euros ; 7 heures (le maximum) : 30 euros. Les personnes en situation de handicap sont exonérées.

Le zonage : Place Bertin-Boissin, Rue Louis-Thomas, Rue André-Sautel, Avenue Jean-Perrin, Boulevard Lacombe, Place du Posterlon, Jardins des Pénitents, Place des Teinturiers, rue Léon-Alègre, Place Jean-Jaurès (côté sud), Place du Château, Place Urbain-Richard, Place St-Victor, Rue Jean-Joseph-Souchon.

Les horaires : Lundi, mardi, jeudi et vendredi de 8h30 à midi et de 14h30 à 18 heures, le mercredi de 14h30 à 18 heures, à l’exception des jours fériés.

Et aussi :

L’hommage : le conseil municipal a rendu hommage aux victimes de l’accident entre un car scolaire et un TER au passage à niveau de Millas, dans les Pyrénées-Orientales. Une minute de silence a été respectée.

Unanimité surprise : d’ordinaire, chaque délibération touchant de près ou de loin le budget de la commune voit l’opposition s’abstenir ou voter contre. Pas sur la décision modificative numéro 2 du budget, qui concernait des ajustements dans les crédits concernant les écoles de la ville, notamment les travaux nécessaires suite au premier incendie de l’école Jules-Ferry, ou encore le plan Vigipirate des écoles. Compte tenu de cette spécificité, l’opposition a voté la décision modificative comme un seul homme. « Ça touche le maire que je suis », lancera Jean-Yves Chapelet après ce vote peu banal.

Des compliments en Masse : le conseiller municipal délégué aux anciens combattants Raymond masse, qui présentait deux délibérations, a reçu une salve de compliments pour sa gestion des cérémonies patriotiques, dans lesquelles il implique de plus en plus les collégiens de la ville. « Question patriotisme, j’ai trouvé mon maître en la matière », lancera l’ex-FN Jean-Pierre Navarro, « vous avez donné une autre dimension aux cérémonies patriotiques », estimera l’UDI Claude Roux.

Bouderie : parti pour intervenir sur chaque délibération, bien souvent uniquement pour la beauté du geste, Jean-Pierre Navarro a été renvoyé dans ses 22 par le maire à deux reprises, la première pour une réflexion concernant l’écharpe d’élu de Raymond Masse, la seconde pour avoir glissé pendant sa prise de parole « vous répondrez après » à l’adjoint Rémy Salgues. Un maire qui l’empêchera d’intervenir à deux reprises, l’opposant ayant levé la main trop tardivement. Devant cet état de fait, l’ex frontiste restera silencieux à partir de la onzième délibération, et s’abstiendra de voter à quasiment chaque délibération suivante. Précisons que comme souvent, les trois élus du groupe Bagnols Bleu Marine, que Jean-Pierre Navarro a quitté, étaient absents ce samedi matin.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité