A la unePolitique

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

Comme tous les dimanches, Objectif Gard vous propose son cocktail d’indiscrétions politiques. Un digestif hebdomadaire à déguster sans modération !

 

Pas de break pour la prison . Depuis plusieurs années, la maison d'arrêt de Nîmes est surpeuplée, rendant les conditions de détention déplorables et inacceptables. Ces derniers mois, le ministère de la Justice a enfin décidé d'implanter une nouvelle prison dans le Gard dans l'objectif de répondre à l’augmentation de la population carcérale. Mais depuis l'annonce de la Chancellerie, c'est une véritable guerre que se livre, en coulisses, élus et députés pour rapatrier la maison d'arrêt à Alès ou à Nîmes. Dernier épisode en date, ce vendredi, avec la visite à Paris du maire d'Alès, Max Roustan, et des députés locaux, Annie Chapelier et Olivier Gaillard, pour défendre la cause de la capitale cévenole. Mais pourquoi les politiques tiennent-ils autant à avoir une prison dans leur ville ?  Surtout quand on sait que l'impact d'une implantation de maison d'arrêt est quasi faible d'un point de vue économique. En effet, la population de la commune augmente légèrement (emplois publics), mais pas au point que les commerçants ne constatent une hausse de leur chiffre d'affaires. La cause est donc ailleurs : certainement pour la création d'emplois mais aussi pour l'intérêt général. Attention toutefois à ce que cette petite bataille politique n'agace pas le ministère de la Justice et lui ne donne l'idée d'implanter la prison sous d'autres cieux plus sereins.

Alexandre Pissas veut rentrer au bercail… Il y a trois ans, le conseiller départemental a été exclu du Parti Socialiste. Son crime ? Refuser de se représenter avec Emmanuelle Crépieux aux départementales de 2015. La candidate que l’édile bagnolais - ennemi juré de M.Pissas - rêvait de lui mettre dans les pattes... Réélu en dissidence, la chance a tourné pour le répudié, au centre du jeu pour la présidence du Département. Aujourd'hui, Alexandre Pissas a envoyé un courrier à la direction nationale PS pour réintégrer le parti. Les socialistes accepteront-ils sa demande ? Si oui, à quels fins ? Au milieu de ces questions, une seule certitude : avec Alexandre Pissas, la politique n'a pas fini de nous étonner. D'ailleurs, on ne sait pas s'il ne s'étonne pas lui-même...

"Caliente" en Préfecture. Les discours officiels sont parfois, comment dire...un poil ennuyeux (pour rester poli). Mais pour le départ du directeur de cabinet du préfet, Carl Accettone, qui va rejoindre le prestigieux ministère de l'Intérieur, le public a eu le droit à de l'émotion. Celle du Préfet, Didier Lauga, des trémolos dans la voix lorsqu'il a dit au revoir à son talentueux assistant. Mais celles aussi de Carl Accettone qui s'est fendu d'une élégante demande en mariage à sa compagne dans les salons feutrés de la Préfecture. Joli moment.

Vive les mariés ! Si le Préfet semblait réellement attristé par le départ de son collaborateur, il pourra se consoler dans les bras de son épouse. Et oui, samedi dernier, le plus haut représentant de l'État dans le département s'est marié avec une jolie colombienne. La cérémonie s'est tenue, en toute discrétion, dans une petite commune de l'agglomération de Nîmes. Comme l'usage le veut, Objectif Gard adresse aux mariés ses plus "sinceras felicitaciones y enhaorabuena".

Visite ministérielle annulée. Demain la ministre des Transports, Élisabeth Borne, devait venir à Nîmes pour l'inauguration du contournement ferroviaire Nîmes Montpellier. En raison du drame de Millas, sa visite a été reportée.

L’espion qui venait du cabinet. Moment de tension en coulisse du conseil municipal ce samedi à Nîmes. Yvan Lachaud, qui était venu remercier ses fidèles dans la salle réservée au public, n’a pas manqué de stigmatiser la présence de Gerardo Marson, chargé de mission au cabinet du maire, connu dans le mundillo politique pour être le « garde du corps » de Jean-Paul Fournier. « Regardez-le il est là parmi vous pour espionner », s’est emporté Yvan Lachaud. « Il est payé par le cabinet de la mairie et bien payé par rapport à ses diplômes. Quelle pratique démocratique ! » Il n'y a pas qu'en préfecture où c'est chaud.

Le Département à l'heure des réseaux sociaux. Le Conseil Départemental du Gard innove à l'occasion de la prochaine session du budget. En effet, pour la première fois, cette séance sera retransmise en direct sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, You Tube... À ce rythme-là, la prochaine étape pourrait réserver au public les plus beaux selfies de Denis Bouad avec des élus du Département. Secrètement, tout le monde attend la photo collector avec Laurent Burgoa en tenue de chasseur.

La Rédaction

 

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

Un commentaire

  1. Economiquement parlant une prison coute cher aux contribuables en raison d’un taux d’occupation complet tout l’année du une clientèle très fidèle mais peu dépensière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité