A la uneActualitésSociété

NÎMES Le plan anti hold-up se déploie pour les fêtes

(Photo Anthony Maurin).

Cette année, des militaires de l’opération sentinelle complètent un dispositif afin d’assurer la sécurité des citoyens. Jusque là... Pas de révolution. Le dispositif en question n'est autre que la nouvelle version de l'organisation des forces de l'ordre durant la période des fêtes de fin d'année et, comme on peut s'en douter, la tâche est complexe.

Sécurité des commerces et des établissements bancaires, des consommateurs et évidemment de leurs biens fraîchement achetés. C'est sous le nom de "plan anti hold-up" qu'une partie de ces forces est déployée jusqu'au dimanche 14 janvier 2018 inclus.

(Photo Anthony Maurin).

Police Nationale et Gendarmerie Nationale disposent de moyens supplémentaires qu’elles mettent en œuvre sous diverses actions. L’intensification de la présence des forces de l’ordre aux heures d’ouverture et de fermeture des commerces, le développement de patrouilles pédestres, la diffusion de conseils de sécurité aux commerçants et les contrôles routiers inopinés (huit patrouilles) comme les opérations proches des zones de chalandises sont les priorités actuelles. Il faut dire que le département comptait 8400 commerces l'an dernier!

874 gendarmes sans oublier les réservistes et 652 policiers dont 120 municipaux seront aussi en charge d'informer et de sensibiliser la population, de prévenir et de dissuader en cas de problème. La force Sentinelle sera déployée dans différents points comme le centre-ville, la gare, Feuchères, Carré Sud, Cap Costières, Carrefour Nîmes Etoile...

Exemples...

(Photo Anthony Maurin).

"40 gendarmes sont aux abords de la route pour marquer les esprits. En tout, ils sont 250 sur l'ensemble du Gard et sur 30 points de contrôles pour prévenir le vol et les agressions. La semaine dernière, grâce à cela, nous sommes intervenus sur un flagrant délit" note le colonel Stéphane Lacroix. Basées à l'entrée de Caissargues, les équipes arrêtent de manière aléatoire les véhicules pour les contrôler, "On va essayer de ne pas casser les cadeaux de Noël" blague un gendarme.

Dans la froidure du soir arrivant, le vent n'est pas des plus agréables mais le boulot doit être fait! "Au moins il n'y a pas de moustique! Par contre il va falloir préparer les médicaments contre le rhume..." s'inquiète le sourire aux lèvres un autre gendarme. "Ça fait plaisir de les voir se mobiliser. Nous essayons toujours de valoriser leur travail comme la semaine dernière lors de la réunion publique organisée à Caissargues" ajoute Christian Schoepfer, maire du village. "Les gens sont contents de voir les patrouilles" conclut le Préfet Didier Lauga.

(Photo Anthony Maurin).

Dans la foulée, petite virée du côté de Cap Costières. Si les bouchons étaient nombreux aux abords du centre névralgique du commerce nîmois, les 2400 places de stationnement étaient tout simplement prises d'assaut si bien que les voitures aux accents anarchistes ont fait pâlir la sécurité du lieu consumériste. Centre commercial qui fait ses preuves chaque année et auquel s'ajoutent Carré Sud et Family Village... Et les Nîmois y sont très, très, très nombreux! En tout? Bien plus de places que le centre-ville n'en compte. Rien à faire. Ou tout reste à réfléchir.

(Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité