A la uneActualités

SPÉCIAL FÊTES L’année vue par…le docteur Mounir Benslima

(Photo : Boris De la cruz)

Durant la période des fêtes, votre journal Objectif Gard vous propose chaque jour à 14h30, un retour sur l'année 2017 et une projection sur 2018 avec une personnalité gardoise. Aujourd'hui, place au patron de l'unité de médecine-légale du CHU de Nîmes, le docteur Benslima.

Objectif Gard : Quel est l'événement qui a marqué l'année 2017, selon vous ?

J'ai une crainte au niveau international, qui a commencé en 2017 et j'ai bien peur qu'elle se poursuive en 2018. C'est le bras de fer entre le dirigeant de la Corée du Nord et le président Américain. Je n'aime pas cette escalade de phrases assassines, cette ambiance internationale plombée. On a l'impression que deux dirigeants s'amusent de cette situation, mais moi je n'oublie jamais qu'il y a au milieu, des gens, des personnes, des humains qui doivent trembler devant cette opposition.

Après, je souhaite aussi être plus léger et évoquer un événement Nîmo-Nîmois: la fermeture de l'Impéraror, l'Impé, pour les intimes, un endroit à part dans le centre-ville qui a fermé pour des travaux titanesques. Même si l'on veut faire de cet endroit un hôtel de luxe, pour moi, l'Impé, avec son bar, son jardin, son ambiance que l'on ne trouvait pas ailleurs, était mon lieu préféré à Nîmes. Parfois je ne venais en centre-ville que pour boire un verre à l'Impé. Le lieu me manque déjà et j'ai peur de ne jamais le retrouver.

La personnalité de 2017 ?

Macron et son élection à la Présidence de la République. Que l'on aime passionnément la politique ou bien qu'on la regarde de loin, il faut reconnaitre que l'élection d'Emmanuel Macron est un tremblement de terre dans le ciel politique national. Et les secousses durent. Tous les partis politiques de droite comme de gauche semblent encore K-O par cette séquence présidentielle. Il a réussi une performance énorme, sans parti et alors que tous les autres disaient qu'il allait s'écrouler et qu'il ne pouvait pas l'emporter. Il a triomphé. C'est pour moi un tour de force incroyable.

L’événement marquant de 2018 ?

Je vais rester sur une thématique Gardoise : la fermeture éventuelle de la Cour d'Appel de Nîmes. Je ne parle pas pour moi qui suis expert à la Cour, non, mais c'est pour les justiciables que je suis inquiet.. J'ai l'impression en plus que le grand public n'imagine pas un seul instant ce qui est en train de se jouer et les difficultés qu'ils rencontreraient si la justice en appel partait, à Toulouse notamment. Pour une affaire en appel, les justiciables, c'est à dire vous et moi devrions nous rendre à Toulouse. J'ai peur qu'un tel système soit une justice de riche. La justice n'est pas parfaite, mais je crois énormément à une justice de proximité, proche des problèmes et des gens.

Et puis, je souhaite adresser un voeux puisque c'est la période. Retrouver le Nîmes Olympique en Ligue 1. Je suis le premier supporter de cette équipe. J'espère que le club va retrouver l'élite, car à Nîmes, le football à toute sa place, et puis il y a un public digne de la ligue 1.

Propos recueillis par Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité