A la uneCulture

BAGNOLS Le reggae de retour cet été au parc Rimbaud

Quatre ans après la dernière édition du Garance reggae festival, le parc bagnolais accueillera cet été un nouveau festival de reggae.

Le producteur Jérôme Levasseur et le maire de Bagnols, Jean-Yves Chapelet, ont présenté ce nouveau festival de reggae (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le Bagnols reggae festival, c’est son nom, se tiendra sur trois jours, du jeudi 26 au samedi 28 juillet.

« Bagnols est la capitale du reggae en France »

« Le nouveau reggae est arrivé », se réjouit le maire Jean-Yves Chapelet, qui voit dans ce style de musique « quelque chose qui est resté dans la mémoire collective. » Alors lorsque le producteur Jérôme Levasseur, qui avait été à l’origine de l’arrivée du Garance à Bagnols, est venu à sa rencontre, le maire a été convaincu. D’autant « que les gens qui sont venus nous voir sont sérieux, on a déjà travaillé avec eux. » Et Jérôme Levasseur l’affirme, « Bagnols est la capitale du reggae en France » et mérite donc un grand festival au parc Rimbaud.

Voilà donc le Bagnols reggae festival sur les rails. Un festival qui se veut ambitieux dans la programmation, mais moins gargantuesque que son ancêtre le Garance, qui pouvait rassembler jusqu’à 15 000 spectateurs par soirée au parc Rimbaud. Ce nouveau festival proposera une jauge à 8 000 spectateurs par soir, « ce qui n’est pas monstrueux et qu’on sait maîtriser », ajoute Jean-Yves Chapelet. Moins de monde, mais autant de place : le Bagnols reggae festival se tiendra sur l’ensemble du parc Rimbaud avec une grande scène et un sound system.

Côté programmation, Jérôme Levasseur -qui s’est associé pour l’occasion avec le propriétaire du Cabaret sauvage de Paris Méziane Azaiche- promet une coloration « roots ». Deux noms sont dévoilés : le Jamaïcain Jimmy Cliff, qu’on ne présente plus, et la chanteuse venue des Îles Vierges Dezarie, dont ce sera le premier concert en Europe. Et probablement la seule date sur le vieux continent cette année... Côté sound system, le producteur annonce Aba Shanti-I et Jah Shaka. Le reste de la programmation sera dévoilé progressivement, « mais restera dans cette veine là », avance Jérôme Levasseur.

« On ne vient pas pour faire disparaître le Zion »

Un festival que tant la mairie que les organisateurs veulent pérenniser. La signature d’une convention de trois ans entre les deux parties va dans ce sens. Deux protagonistes qui se voient comme de véritables partenaires. Pour autant, « la mairie ne verse pas de subvention, précise le maire. Après il y a un coût indirect : du gardiennage, du nettoyage... Mais on ne peut pas faire rayonner le nom de Bagnols à l’international si on ne met pas un peu d'argent. » La somme de ces à-côtés est estimée à 40 000 à 50 000 euros.

Le prix à payer pour que Bagnols redevienne la capitale du reggae, après deux ans d’électro et une année blanche. Reste que la ville avait toujours son festival de reggae l’été, à quelques centaines de mètres du parc Rimbaud, avec le Zion Garden organisé par le collectif Boulega. Le Bagnols reggae festival se tiendra la même semaine. Mais Jérôme Levasseur l’affirme, « on ne vient pas pour faire disparaître le Zion, on veut collaborer le plus possible avec les forces locales. » Des discussions ont été engagées, et on parle notamment de mutualiser un camping.

Un camping qui deviendra payant sur ce nouveau festival, avec un pass de 5 euros par festivalier, valable toute la durée du festival. Un choix sensé améliorer la qualité du camping, affirme l’organisateur. Quant aux tarifs, « ils ne seront pas en dessous du Garance. On sera à 35 euros par soir et 90 euros pour le pass 3 jours », annonce l’organisateur. 200 pass « early bird » à 60 euros les 3 jours, destinés uniquement aux habitants de Bagnols et de l’Agglo du Gard rhodanien, seront rapidement mis en vente. La billetterie ouvrira quant à elle « fin mars, début avril au plus tard », promet Jérôme Levasseur.

Le site internet du festival est en cours de construction, mais sa page Facebook est ici.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité