A la uneActualitésNîmes OlympiqueSociétéSports Gard

FAIT DU JOUR Une voix au service des Crocos

En pleine action, Gaël fait chauffe le public et fait monter lambiance.

Gaël Vicedomini est le speaker du stade des Costières. À quelques matches d'une possible montée en Ligue 1, le Monsieur Loyal du Nîmes Olympique s'attend à une ambiance de folie.

En pleine action, Gaël chauffe le public et fait monter l’ambiance (Photo DR).

C’est le moment ultime que veulent connaître tous les amateurs de ballon rond. La possible mais encore éloignée montée du Nîmes Olympique au sein l’élite du football national prend forme. Au stade, tout le monde sera en rouge vendredi pour accueillir Sochaux. Parole de speaker.

Depuis quand êtes-vous le speaker des Costières ?

Cela fait 12 ans, j’ai démarré en 2006 alors que Nîmes était en National. À l’époque, un collègue m’avait dit que le club cherchait un speaker… J’ai fait un essai micro. Aujourd’hui j’ai 38 ans, je pense être un des plus anciens du club !  J’ai connu une montée en L2, une descente puis une nouvelle montée.

Quelle est la journée type du speaker des Costières ?

Il y a environ quatre heure de travail. J’arrive au stade vers 18h. J’écoute le briefing des délégués puis je file en loge sono récupérer mon micro et faire les essais. Je regarde la feuille de match, les compositions des équipes. Je vais m’informer sur les adversaires et c’est parti. À dix minutes du coup d’envoi je fais monter l’ambiance et je présente les équipes. Je demande aux supporters d’accueillir les joueurs quand ils arrivent sur la pelouse. C’est mon seul but, avoir un stade debout, qui applaudit et qui soutient son équipe.

Gaël vous attend nombreux aux Costières ce vendredi soir (Photo Anthony Maurin).

Comment organisez-vous l’ambiance au stade avant le match ?

Je m’appuis beaucoup sur les groupes de supporters car l’ambiance leur appartient. Je ne suis qu’un vecteur ! Parfois, les clubs viennent me proposer des animations ou me donnent des idées. Par exemple pour le clapping, ç’a été le cas. Mais je m’inspire aussi du chant des joueurs quand ils sont dans les vestiaires…

Le public est-il à la hauteur des enjeux ?

Oui ! Les Nîmois prennent conscience du moment que nous sommes tous en train de vivre. Le public nîmois se mobilisera pour ces dernières rencontres capitales. Ici, on aime le ballon et j’invite tous les Nîmois et les Gardois à venir au stade pour vivre ensemble notre rêve de Ligue 1.

Comment jugez-vous les tribunes des Costières ?

La tribune sud avec Nemausus 2013 et l’Entente des supporters est très réactive quand il se passe quelque chose sur le terrain. Elle pousse fort et met vite la pression. La tribune nord avec les Spartiates et les Crocos pour toujours a connu une grosse évolution depuis quelques années. Maintenant elle participe bien. Pour ce qui est du pesage est, les Gladiators sont mythiques. Ils ne s’arrêtent jamais de chanter. Les supporters ont connu la Ligue 1 et veulent revoir Nîmes dans l’élite. En tout cas, on a de la chance d’avoir à Nîmes des groupes de supporters dans chaque tribune. En plus, ils les font vivre et je suis très heureux de voir que tous les supporters s’entendent bien.

Nîmes est 5ème au classement des tribunes. Quel effet ça fait ?

Je sais que nous sommes notés mais honnêtement je ne m’en occupe pas. Si nous connaissions un peu plus la règle du jeu et les animations à faire pour évoluer dans ce classement, nous les ferions mais pour l’instant, je m’adapte. Pour les trois derniers matches, le club fait une excellente communication et voir tout le monde habillé de rouge sera une chose exceptionnelle.

Quels sont vos meilleurs souvenirs en tant que speaker ?

Mes meilleurs souvenirs sont ceux de la montée face à Laval en 2008 et le match en Ligue 2 que le NO gagne à la maison contre Montpellier en 2009. On se serait cru en Argentine ! Pour les trois matches à venir, je m’attends à la même ambiance de fête.

Règne-t-il la même ambiance aux Costières qu’à Jean Bouin ?

Jean Bouin, on m’en parle beaucoup mais je ne l’ai jamais connu en tant que supporter. Je pense que chaque époque a ses avantages et ses souvenirs mais la grinta à la nîmoise est restée. Comme à Jean Bouin, les joueurs pourront compter sur le 12ème homme du stade des Costières.

Et les Costières, ça signifie quoi pour vous ?

C’est mon stade. Je n’ai pas connu Jean Bouin mais les Costières n’ont vraiment pas à rougir de l’ambiance. Le voir disparaître me mettra certainement la larme à l’œil mais je suis en accord avec le projet du nouveau stade car les Costières se dégradent. Avec un nouvel outil, moderne et digital, ça ira mieux. Je fais confiance au président. Il faut que le Nîmes Olympique entre dans le football moderne sans oublier son passé.

(Photo Anthony Maurin).

Vous avez posé une demi-journée pour faire le déplacement jusqu’à Bourg Péronnas le 20 avril prochain et vous comptez en poser une autre si le match de Clermont n’est pas décalé. Pourquoi ?

Faire un déplacement, c’est un moment magique.C’est un truc de fou ! Parmi les trois derniers, deux sont les plus proches de Nîmes (à Clermont et à Bourg). J’invite d’ailleurs tous les supporters à se rapprocher des groupes pour soutenir les Crocos à l’extérieur. Moi, je veux être un acteur de cette fin de saison. C’est le moment où jamais. À Saint-Étienne en Coupe de France en janvier dernier, nous étions plus de 1 000 avec une super ambiance. On peut renouveler ça. Montrons haut nos couleurs car impossible n’est pas Nîmois !

On parle d’un nouveau stade. Comment le speaker des Costières accueille-t-il la nouvelle ? Qu’imaginez-vous à l’intérieur ?

J’imagine une sorte de bodega qui servirait avant et après le match pour que les supporters et les joueurs puissent se rencontrer et discuter. J’aimerais que la nouvelle sono soit adaptée au niveau de l’acoustique. Il faudra un écran géant, des sièges aux couleurs du club, de la technologie, des services et du confort. Je verrais bien une tribune familiale avec une partie « Petits Crocos » qui pourrait accueillir les jeunes des clubs alentours pour qu’ils s’imprègnent du Nîmes Olympique dès le plus jeune âge.

Et la taille, pas frustrant de construire un stade neuf qui ne pourrait accueillir que 13 000 personnes ?

Non, la capacité devrait se situer autour des 15 000 places. C’est très bien. Par contre, si on pouvait pousser à 18 000 pour les matches de gala… Ça serait parfait !

Un dernier mot à dire aux lecteurs qui n’ont pas l’habitude de venir aux Costières et un de plus pour les habitués ?

Venez découvrir l’ambiance d’un match de foot aux Costières pour ces trois derniers matches historiques ! Merci à tous ceux et toutes celles qui viennent régulièrement au stade. Merci de leur soutien fidèle et indéfectible mais il va falloir faire encore mieux. Il nous faut arriver à transmettre la passion aux supporters de demain et une montée en Ligue 1, on ne connaît pas mieux pour cela !

(Photo DR).

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 38 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

3 commentaires

  1. Oui des musique,modernes ,qui font danser, georg Michael,julien Dore, ,Formidable de stroée Maé ,il est ou le bonheur de christ Mahé.etc; Ambiance, Ambiance de feu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité