A la uneFaits Divers

GARD Agression physique d’un avocat à son cabinet : enquête en cours pour violences

Une violente agression se serait déroulée, hier jeudi, à l'entrée du cabinet d'un avocat inscrit au barreau de Nîmes.

Selon nos informations, l'auxiliaire de justice a été blessé et pris en charge médicalement après cette altercation. Un problème aurait éclaté entre l'avocat et un client. L'avocat, âgé d'une cinquantaine d'années, a déposé plainte aujourd'hui. Le juriste est installé depuis quelques années, dans le Gard, mais il n'exerce pas sur la ville de Nîmes. " C'est révoltant et inadmissible", témoigne le patron des avocats nîmois, le bâtonnier Jean-Michel Divisia, qui refuse d'en dire plus sur les circonstances de cette agression. " Pour l'instant ce que l'on sait, c'est qu'il y a eu une altercation physique entre un avocat et un individu. Les raisons de cette agression sont pour l'instant inconnues ", affirme Éric Maurel, le Procureur de la République de Nîmes, qui confirme nos informations. Le procureur supervise une enquête ouverte pour " violence sur une personne chargée d'une mission de service public". Selon les premiers éléments de l'enquête, qui débute à peine ce vendredi après-midi, l'agresseur serait un client de cet avocat et un différend sur un jugement rendu récemment pourrait être à l'origine des violences. Cet événement fait grand bruit dans le milieu des avocats gardois.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

6 réactions sur “GARD Agression physique d’un avocat à son cabinet : enquête en cours pour violences”

  1. il est vrai que parfois les avocats ne répondent pas aux attentes de leurs clients en matière d’implication, de conscience professionnelle et d’éthique alors qu’ils sont largement payés par leurs clients ; pour certains avocats la recherche du meilleur résultat pour le client et l’accusé n’est pas la finalité mais plutôt l’argent ; c’est devenu un vrai commerce et personne pour vérifier l’éthique, le sérieux de l’avocat !

    1. D’une part, ce n’est pas une généralité. Il y a des mauvais mais comme dans toute profession.
      D’autre part, nous avons un code de déontologie et en cas de problème avec son Avocat, plutôt que la violence, le Client peut saisir le Bâtonnier voire le Juge. C’est d’ailleurs parce que ce système existe que nous payons chaque année des cotisations « responsabilité civile professionnelle ».
      Je précise que les Avocats ont une obligation de moyen et non de résultat car on ne peut jamais garantir l’issue du procès à nos Clients, même avec un bon dossier (c ce qu’on appelle l’aléa judiciaire).
      Enfin, sur ce qu’un Avocat facture à son Client, il ne perçoit que 40 à 60% du montant, le reste partant dans les charges (csg, crds, cotisations santé, caf, charges ordinales, rcp, loyer pro, fournitures, charges patronales, tva, etc.) suivant le mode d’exercice (collab libérale ou salariée, associé, solo).
      Et que dire de tous ces Clients qui ne payent pas alors que le boulot est fait (et même quand le dossier est gagné)…
      Rien ne saurait donc justifier ces violences commises.

  2. Petite précision : l’Avocat exerce en toute indépendance quel que soit son mode d’exercice. Le Bâtonnier n’est donc pas notre « patron » mais notre représentant, élu.

    1. Une agression physique a pour origine diverses causes. Parmi celles-ci le O.I. propre à chacun de nous qui permet de résoudre un différent autrement qu’avec des coups de poings. L’article d’O.G. fait le constat des faits mais reste subjectif sur le motif. Les victimes prennent avocat pour obtenir réparation d’un préjudice. Eux le paient et pour beaucoup c’est le fond de garantie qui les dédommage en partie. Les délinquants dont un grand nombre possèdent la carte de fidélité avec la justice prennent un défenseur pour obtenir une peine minimale. Ayant peu de sous voir insolvable l’avocat est commis d’office et donc mal payé ( par les contribuables). Un citoyen lambda qui ne demande rien, un médecin, une infirmière , un pompier, un policier qui sont au service de la population ont plus de risque d’être agressé qu’un avocat qui côtoient régulièrement ceux qui les agressent. Oui l’agression d’un avocat ne se justifie pas plus que celle d’une autre profession mais du plus humble d’entre eux aux ténors des barreaux tous s’accordent pour dire que tout accusé se doit d’être défendu. Défendre l’injustifiable est un beau challenge pour celui qui aura en charge d’assurer la défense d’autant que la victime est l’un des leurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité