A la uneActualitésEconomie.Société

FAIT DU JOUR Le Spot adopte un nouveau modèle de gestion des associations : une première à Nîmes

Laboratoire à Nîmes, alors que des structures sur ce modèle tournent et se développent partout en France.

(photo Véronique Palomar)

Lieu dédié à l'événementiel, mais aussi pépinière de projets et un vivier de compétences,le Spot est un lieu hybride de 500 m² dans le quartier Gambetta à Nîmes, aux abords du centre historique.

Pour élargir leur volant d'action, fédérer et conforter ses partenaires et créer de l'emploi, le statut d'association ne correspond plus totalement aux locataires des lieux. La solution ? Créer une SCIC (Société coopérative d'intérêt collectif). Une création qui va de pair avec un appel de fond.

Installé en association sous les statuts de la loi 1901 depuis 2013, le Spot organise en continu des manifestations à l'intérieur de ses murs. Au rez-de-chaussée, murs, sol et plafond sont exploitables par les artistes. On y trouve également une salle de concert d'une capacité 150 places qui sert aussi de salle multi-activités (réunion, conférence, atelier, théâtre, vidéoprojection, loto, etc.). Une boutique d’artistes, un bar et une cuisine viennent compléter l’offre « du bas » (cantine du lundi au vendredi de 12h à 14h).

À l’étage, entourant le patio, se trouvent des bureaux et des ateliers partagés permettant de développer l'éthique du lieu dans une démarche d'économie sociale et solidaire. Les locataires sont des travailleurs indépendants de tous horizons :  associations culturelles, couturière, paysagiste, peintres, graphistes, micro-brasserie et entreprise œuvrant dans les énergies renouvelables… Ils mutualisent leurs besoins et compétences dans un esprit d’entraide.

Les actions de l'association débordent largement l'enceinte du lieu. On citera par exemple l'Expo de ouf, en accord avec la politique de la ville et les habitants des quartiers Gambetta et Richelieu, qui permet d'égayer le paysage urbain de fresques murales monumentales. Dans cette même optique d'amélioration de la vie des quartiers, le projet Richelieu est ce que l'on appelle aujourd'hui la création d'un "tiers lieu". L'idée est d'investir et de rénover un bâtiment vacant et à l'abandon et d'en faire un lieu dédié à l'échange, la culture, le co-working et qui permettent de créer du lien entre les habitants et de la vie dans le quartier.

Tous ces projets menés avec succès par le Spot donnent à l'association l'envie d'aller plus loin. Depuis sa création, la structure multiplie les partenariats et se trouve dans une phase de croissance. Toutes les conditions semblent réunies pour entrer dans un nouveau modèle économique et fédérer des partenaires supplémentaires.

Pourquoi une SCIC ?

(Photo Anthony Maurin).
Une des fresques de l' Expo de Ouf (Photo Anthony Maurin).

Le choix s'est porté sur une Scic (société coopérative d'intérêt collectif). Le modèle existe depuis 2001. Aujourd'hui, on en compte 1 750 Scic en France. Au nombre desquelles on peut citer deux exemples géographiquement proches : Illusion et macadam, à Montpellier, et Écosystem Darwin, à Bordeaux. On notera qu'il n'en existe pas encore à Nîmes et que celle créée par le Spot sera donc la première. Choisir le statut Scic c’est choisir une société coopérative pour gérer un projet qui présente deux caractéristiques fondamentales et indissociables : un projet économique viable et une activité que l'on souhaite mettre en place et qui peut se développer, créer des richesses et du travail (salariat, maintien d’emploi). Il faut que ce projet soit dit d’intérêt collectif. C'est à dire qu'il s'inscrive dans une dynamique collective avec des parties prenantes qui auront un lien différent avec l’activité (lien d’usage, de production, de fournisseur…) et qui ont décidé d’agir ensemble pour être plus forts.

Production à caractère social

Cette forme de société, bien qu'étant à forme commerciale et fonctionnant comme une SARL, une SA ou un SAS, a tout de même ses spécificités. D'abord dans sa gestion. À l'intérieur d'une SCIC toute personne représente une voix, quel que soit le nombre de parts qu'elle possède. Le capital variable permet l'entrée et sortie des sociétaires. Ceux-ci sont regroupés en collèges autour du projet commun. Chaque collège élit son représentant. Pour se constituer, une Scic doit obligatoirement associer autour d'un projet commun, des salariés, des bénéficiaires et un troisième type d'associés qui peuvent être des entreprises privées ou/et des collectivités locales.

Les collectivités locales ou territoriales peuvent s'associer et détenir jusqu'à 50% d'une même Scic. Mais la voix de leur collège sera pondérée. Entendez par là, que malgré le pourcentage de leurs investissements elles n'en auront pas pour autant la gouvernance. Autre particularité, et non des moindres, la Scic doit injecter 57,5% minimum de ses résultats dans les projets. Le reste pouvant aller à la valorisation des salaires par exemple. Enfin, la Scic bénéficie d'une exonération d'impôts sur les 57,5% réinvestis.

Objectifs et calendrier

Ollieday Skateshop , une boutique du rez-de chaussée du Spot pourrait en toute logique rejoindre la SCIC (photo Véronique Palomar)

Une fois que l'on a compris le principe, il ne reste plus qu'à en connaître les objectifs. Le Spot a pour projet de faire fonctionner la Scic autour des projets qui génèrent de la rentabilité. Pour les autres, La Locomotive reste constituée en association loi 1901. Dans l'esprit des fondateurs, cette organisation va permettre de fédérer d'autres associations, des partenaires privés et institutionnels, confortés par une gestion sur un modèle entrepreneurial.

Calendrier

Par ailleurs, la structure permet de créer des emplois pérennes et de ne pas seulement devoir s'appuyer sur le bénévolat pour mener à bien ses actions. Concrètement l'objectif est de pouvoir mener à bien des projets de tiers lieux (urbanisation transitoire de lieux vacants), en adéquation avec les besoins des habitants du territoire. Ceux-ci sont nombreux, comme des crèches, par exemple. L'idée étant de créer une spirale vertueuse qui permettent aux gens de se sentir bien à l'endroit où ils vivent.

Aujourd'hui, le Spot peaufine son prévisionnel et bat le rappel de toute personne, entreprise ou collectivité locale susceptible d'être intéressée. Mi-juin, elle fera un point d'étape, l'appel de fond aura lieu le 1er octobre et le dépôt des statuts s'effectuera 15 jours après.

Véronique Palomar

Renseignements au 04 66 36 85 64 ou sur le site du Spot

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité