A la une

BEAUCAIRE Le maire ne rétablira pas les repas de substitution

Le tribunal administratif a annulé la décision du maire Rassemblement national (ex-FN), Julien Sanchez, de mettre fin aux repas de substitution dans les cantines scolaires. Pour autant, ce dernier assure qu’il ne les rétablira pas.

Julien Sanchez, maire Rassemblement national (ex-FN) de Beaucaire (Photo : Coralie Mollaret)

L’affaire des repas sans porc n’est pas terminée à Beaucaire. Ce matin, les juges du tribunal administratif de Nîmes ont prononcé  « l’illégalité de la décision » du maire, en l’absence « de décision formalisée (par le conseil municipal, NDLR). »

Cet avis suit les conclusions du rapporteur public exprimées lors de l’audience du 25 septembreMais qu’importe pour Julien Sanchez. Confiant, le maire l’assure : « ce jugement ne sert à rien ! ». D’après lui, « le tribunal a annulé la décision que j’ai exprimée dans le journal municipal en décembre. Or, le règlement intérieur des cantines scolaires, stipulant la fin des repas de substitution, a été voté en conseil municipal, le 28 juin dernier. »

Interprétation du jugement

Serein, l’édile du Rassemblement national (ex-FN) fanfaronne : « c’est foutu ! Ils (les requérants, NDLR) auraient dû attaquer le règlement intérieur… Légalement, ils avaient deux mois pour le faire. Maintenant, c’est trop tard ! ».

À droite, l'avocat de l’association Rassemblement Citoyen, Jérome Privat (Photo : Coralie Mollaret)

Bien sûr, cette interprétation est différente de celle de l’avocat du Rassemblement citoyen. L’une des trois associations à avoir porté le débat devant la justice, concomitamment avec le préfet du Gard, Didier Lauga. « Le règlement intérieur des cantines scolaires découle de la décision annoncée dans le journal municipal », soutient maître Jérome Privat, l'avocat de l’association, « de plus, dans ce règlement, il est inscrit que les familles ne pourront plus demander de repas de substitution. À aucun moment il n’est explicitement inscrit leur suppression ».

Une cause perdue ?

Après la réaction de la municipalité, maître Privat va s’entretenir avec l’association Rassemblement citoyen : « on demandera au tribunal administratif l’application de sa décision. » Reste que le conseil municipal de Beaucaire a toujours le pouvoir d'adopter une nouvelle délibération pour supprimer ces repas. « Le tribunal administratif a jugé sur la forme et non sur le fond. Ça a été son choix », relève l’avocat, qui l’assure : « s’il faut, on demandera à ce que l’affaire soit jugée sur le fond. » De nouveaux et vastes débats en perspective.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité