A la uneActualitésSociété

GARD Trois livres cévenols, trois histoires de mémoire

Les Cévennes (Photo Anthony Maurin).

" S'il y a quelques livres pour justifier mon engagement dans cette drôle d'aventure qu'est l'édition, c'est à coup sûr l'un d'eux ", avoue Yann Cruvellier, patron des éditions Alcide.

Le message est clair à l'annonce de la sortie des trois nouveautés de la maison cévenole basée à Nîmes. " Nous devions le faire nous l'avons fait c'est tout (Cévennes l'histoire d'une terre de refuge 1940-1944) ", de Patrick Cabanel (34,90 euros), " Camisard et Vendéens deux guerres françaises deux mémoires vivantes ", de Philippe Joutard et Jean-Clément Martin (19,90 euros) et " La bête des Cévennes et la bête du Gévaudan en 50 questions ", de Jean-Paul Chabrol (15,90 euros).

La résistance humaniste

Commençons par le premier, le plus volumineux, le plus proche des faits, le moins connu de la mémoire collective. De 1940 à 1944, quelques centaines de juifs sont venus s’installer ou séjourner dans les Cévennes, entre Gard et Lozère. Vallées et montagnes les ont presque tous sauvés, malgré les rafles, la gendarmerie puis les troupes et police d’occupation.

Juifs français et étrangers, anti-nazis allemands, enfants isolés et familles entières ont trouvé ici l’asile et le salut. Ils le doivent à une géographie tourmentée et à la culture historique de la population cévenole : les descendants des Camisards, habitués à tenir tête à l’État oppressif, ont ouvert aux juifs les portes de leur pays de schiste, de bible et de mémoire. Ce livre est la première synthèse sur l’une des plus belles pages de la rencontre entre juifs et non juifs dans la France de Vichy.

Onze chapitres qui expliquent et témoignent de ces quelques années humaines au cœur de l'enfer. Patrick Cabanel a consacré sa vie entière au protestantisme et aux relations entre juifs et protestants français, il est aussi et surtout originaire des Cévennes. Très épais, l'ouvrage ne doit décourager personne. Aisément lisible ce livre offre des illustrations choisies qui agrémentent les faits et les mettent en exergue.

Comparaison n'est pas raison ?

Le deuxième ouvrage résume des révoltes. Ce livre à deux voix est une réflexion originale et limpide qui questionne le rapport à l’histoire et à sa mémoire, écrite, orale et picturale. Témoignant du basculement de la France et de l’Europe vers un nouveau monde, la guerre des Camisards et la guerre de Vendée encadrent le XVIIIe siècle.

La première est une révolte face à la volonté d’absolutisme de Louis XIV et deviendra a posteriori le symbole d’une lutte pour la liberté de conscience. La seconde est une révolte qui symbolise à la fois la contre-Révolution et la marche forcée vers l’État-nation. Des protestants luttant pour garder leur liberté de culte sans contester la légitimité du pouvoir royal ; des catholiques se battant pour préserver leur manière de pratiquer, en contestant le bien-fondé d’un nouveau régime qui les instrumentalise. Deux rapports à l’État mais la même incapacité pour celui-ci à appréhender la diversité.

La mémoire de ces deux guerres est demeurée très vivace, non seulement dans les régions concernées, les Cévennes et la Vendée, mais également à l’échelle nationale voire internationale. Ce sont des récits fidèlement transmis, de génération en génération. Mais ce sont aussi deux mémoires façonnées par le temps et dont la perception a pu changer, parfois de manière radicale.

La bête, le Gévaudan et les Cévennes historiques

Enfin, le plus marquants dans la mémoire collective mais le moins connu réellement, la bête du Gévaudan. Issu d’une famille des Cévennes lozériennes, Jean-Paul Chabrol a consacré l’essentiel de ses travaux au Gévaudan. Marqué dès son enfance par les histoires de loups, ses recherches d’historien l’ont depuis très longtemps conduit à s’intéresser à la bête des Cévennes et à l’incontournable bête du Gévaudan.

La fascination pour la bête du Gévaudan a traversé les siècles. En évoquant également la bête des Cévennes, l’historien Jean-Paul Chabrol souligne ce qui fait la particularité de celle du Gévaudan : son extraordinaire renommée et son inscription durable dans la mémoire collective.

Quelle a été la chronologie des attaques ? Combien de morts ? Combien de blessés ? Comment la " bête " attaquait-elle ses proies humaines ? Comment s’est défendue la population ? Quels stratagèmes ont été appliqués ou parfois envisagés pour éliminer la " bête " ? Quand et comment a-t-elle disparu ? Quelles fables ont été créées autour d’elle ? Quel rôle ont joué les médias ? Qu’est-ce que la légende noire des Chastel ?

En 50 réponses, l’historien Jean-Paul Chabrol aborde toutes les facettes de cette affaire hors norme et sensationnelle. Une analyse historique très richement illustrée qui remet le loup au cœur de préoccupations qui n’ont pas fini de nous interpeller.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité