A la uneActualitésSociété

NÎMES Une marche verte qui ne fait pas rire jaune

Une grosse centaine de lycéens nîmois est venue débarrasser les rues de la ville de ses déchets lors d'une clean walk à énergie très positive.

Distribution de sacs (Photo Anthony Maurin).

Les Nîmois pensent leur cité sale, pourtant, il s'agit d'une ville dont le centre, en tout cas les parties visitées par les touristes, sont relativement propres. Des jeunes habitués des ruelles et au caractère bien trempé ont décidé d'organiser une grande marche pour ramasser les déchets.

Une partie des étudiants amoureux de propreté (Photo Anthony Maurin).

" L'idée est partie d'une vidéo faite par McFly et Carlito et qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Ulysse, un collègue qui n'a pas pu venir aujourd'hui, a voulu en organiser une et nous voilà ! " annonce Valentin Michel, élève au lycée Daudet.

On écoute les consignes et les groupes se répartissent selon les affinités (Photo Anthony Maurin).

En anglais dans le texte, cette clean walk (marche de nettoyage) n'est pas unique mais c'est la première à être organisée de la sorte par des élèves venus de plusieurs établissements de Nîmes. " Des élèves des lycées Daudet, Hemingway, Camus, de Milhaud, Saint-Sta ou encore du collège Feuchères sont là. au début nous étions 20 puis en trois jours il y avait 400 personnes intéressées sur les réseaux sociaux " poursuit le jeune.

Les premiers déchets récupérés (Photo Anthony Maurin).

La clean walk est à présent une marque déposée. Celle de Nîmes est partie de la gare de la cité de Antonin avant d'arriver sur l'Esplanade, de faire un crochet du côté des Carmes puis, du square Antonin, des Jardins de la Fontaine pour revenir enfin vers l'axe latin via le boulevard Victor-Hugo et l'amphithéâtre romain. La société de nettoyage Océan a fourni les gants et une grande partie des sacs poubelles (la Mairie a aussi participé).

La poubelle est là, le déchet juste à côté... Quand même ! (Photo Anthony Maurin).

Une initiative exceptionnelle qui a avait un double objectif. Le premier étant naturellement de nettoyer les rues de la cité, le second, plus humaniste, de s'unir autour d'une même envie et d'une idée unique, préserver la beauté des rues de Nîmes. C'est aussi et surtout une belle occasion de passer du temps entre jeunes, loin de la scolarité et en réalisant une bonne action, olé.

Prise de tête... La bouteille en plastique est recyclable... Un autre groupe la prendra ! (Photo Anthony Maurin).

Petite spécificité nîmoise, les participants devaient venir avec sur leurs habits une touche verte. On aura vu des déguisements discrets et un dragon. Le mot d'ordre était clair, " Nous vous demandons d’en parler le plus possible autour de vous pour que tout le monde soit au courant ". Un mégaphone, une organisation plutôt efficace par rapport à d'autres manifestations actuelles et un bon fond. Un vrai bon fond et ça, ça fait du bien.

Activé ou désactivé ? En attendant, les deux au premier plan sont dans une démarche positive et active. Les gilets jaunes devant les grilles de la Préfecture sont moins nombreux et bien plus calmes (Photo Anthony Maurin).

De la musique, des sourires, l'envie de changer les choses mais de les changer immédiatement. Après les consignes énoncées sur un banc de l'avenue Feuchères, le grand groupe s'est divisé en trois parties plus petites. Mégots, ordures ménagères et recyclage, à chacun son sac, sa couleur et son ramassage. Pendant ce temps, devant les grilles de la Préfectures, une trentaine de gilets jaunes regarde passer le cortège sans comprendre.

Les étudiants déferlent dans les rues de la ville avec leur bonne humeur et leurs rêves d'avenir meilleur (Photo Anthony Maurin).

Et les organisateurs de lancer, " Une clean walk est une marche où l’on ramasse simplement les déchets que l’on croise. Pour le cas de la ville de Nîmes, nous comptons en faire une par saison, soit quatre dates dans l’année. Alors, si vous êtes soucieux de votre planète, que vous voulez faire des rencontres ou si vous avez besoin de perdre quelques kilos en faisant une randonnée, rejoignez-nous ! ".

" On a trouvé une valise, un permis de conduire italien et plein d'autres choses qu'on a donné à Océan pour qu'ils s'en chargent. C'était très bien, on a rempli beaucoup de sacs ! " conclut Valentin Michel.

Le résultat final à Paris de la video de McFly et Carlito

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

2 réactions sur “NÎMES Une marche verte qui ne fait pas rire jaune”

  1. C’est jeune sont bien courageux, CE QUI EST HONTEUX c’est que nous payons des impôts pour que l’espace public municipal soit propre. La municipalité par peur des syndicats et de perdre quelques voix refuse de mettre ses employés au boulot. Ces fainéants escrocs pompent notre fric en se tournant les pouces. Ils sont aussi emploi fictifs que l’épouse de FILLON. Il nous coûte même plus cher encore. Et les élus pleurent qu’ils n ont pas d’argent pour financer,disent qu’ils ont besoins d’emplois aider pour faire le boulot entre parenthèses les emplois aidés sont une forme d’exploitation que même une entreprise capitaliste n oserait pas faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité