A la uneActualitésCulture

MERCREDI CULTURE Coup de cœur pour Charly !

Un premier vernissage dans un tout nouveau lieu. Ne boudons pas notre plaisir.

Charly sur canapé entouré de Marème à gauche et Anaïs à droite, l'équipe de La Maisonnée complétée par Fabien, tous au taquet pour que tout soit parfait vendredi  (photo véronique Camplan)

Pour sa première exposition Charly a choisi d'être chez lui. À Nîmes donc, l'endroit d'où il vient et où il peint, et à la Maisonnée, chez ses potes, une brasserie concept, un lieu où l'on mange mais pas seulement. 

Parler culture à l'approche des fêtes c'est aussi l'envie de faire des cadeaux. Alors nous avons choisi un jeune artiste nîmois pour qui le travail est un allié sûr du talent et qui nous livre une production sensible, aboutie et terriblement accessible. Si on parle ici d'une première expo, c'est seulement parce que Charly est un perfectionniste et qu'en plus il a la bougeotte.

Tout petit déjà, le crayon, le démange. Il dessine partout et dès qu'il peut. Alors, c'est tout naturellement qu'arrivé à l'âge où il faut se décider pour un métier, il choisit l'animation 3D et travaille pour des studios qui crée des films d'animation. Dessin, art, mais aussi minutie, précision, sensibilité sont les pré-requis de sa profession. La curiosité aussi, qui l'entraîne à Paris, Londres, Montréal…

Là, il intègre un collectif d'artistes et réalise des performance. Ses créations sont imprimées sur les t.shirts du "Quartel", la ligne de vêtements du collectif. Régulièrement il revient à Nîmes, le nid où se trouve son atelier, ses outils et il travaille sans relâche. "Je travaille beaucoup. Pour moi le dessin est un boulot, dès que je peux, je m'y consacre". Boulimique et précis Charly enchaîne toutefois sur des rythmes différents.

Street Art à emporter

Drôle, profond et expressif et pourtant abstrait, quand Charly se lâche, c'est jubilatoire (photo véronique Camplan)

Depuis Montréal, il affiche un style dérivé du street art, à grand traits nerveux dont la consistance et la vie tiennent aussi à la matière, mélange d'encre (pour la profondeur du noir), d'acrylique et de pigments. "Quand je travaille sur cette série, je me lâche complètement", confie Charly. Une expression libre graphique et nerveuse qui séduit par sa vivacité.

De l'encre sur les doigts

Charly à la Maisonnée (photo véronique Camplan)

Dans la secondes série, celle des dessins à l'encre de Chine et aux rotring (stylo plume sans plume), on bascule dans un tout autre univers. Des portraits, qui doivent autant au modèle qu'à l'imagination de celui qui manie les encres. "Pour cette série, je travaille l'anatomie, les proportions. J'apprends sans cesse", commente Charly en montrant ses gueules de potes, de SDF, de modèle comme Miles Davis, de chien aussi, aussi profond qu'ils sont rigolards.

Brasserie concept : évolutif et bienveillant

Un accrochage dans un désordre joyeux  (photo véronique Camplan)

Vendredi soir, ce sera donc une grande première, l'accrochage dans la bonne humeur conjure le trac. La bienveillance est de mise dans cette brasserie concept. Un genre nouveau, qui se distingue par le mélange des genres justement et évolue tout au long de la journée. L'espace brasserie offre une cuisine traditionnelle à midi et de copieux plateaux d'apéro dînatoire le soir. Jusqu'à fin janvier on peut se laisser aller à un brunch après les grasses matinées dominicales. Toute la journée on peut y grignoter du salé ou du sucré. Le week-end et le mercredi s'ouvrent des ateliers pour les petits et les grands et bien sûr des expos.

Une première ça ne se manque pas !

Mais où sont les branches des lunettes ? Une question qu'on peut aussi poser à Charly (photo véronique Camplan)

Pour cette première expo, Charly veut faire partager son travail au plus grand nombre. Il accrochera de nombreux formats, mais propose les plus petits à prix tout doux. Si vous manquez la soirée, rien n'est perdu. Son travail restera un mois à La Maisonnée. En ce moment Charly se consacre à la lithographie. Il exposera un triptyque lors du vernissage et une BD qui n'en est qu'à l'ébauche. Nous n'avons pas fini d'entendre parler de ce jeune nîmois, que cette première expo nous donne l'occasion de découvrir.

Véronique Palomar-Camplan

Vernissage vendredi 21 décembre, à partir de 19h30, à la Maisonnée, Passage du Vieux Nîmes. Contact : 09 81 97 00 03 ou sur Facebook : La Maisonnée.

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité