A la uneActualitésPolitiqueSociété

POLITIQUE Grand débat national : Comment ça marche ?

La grande consultation nationale citoyenne organisée par le gouvernement débute aujourd'hui et se terminera à la mi-mars. Objectif Gard vous explique comment participer à ce débat.

Les cahiers de doléances ont fleuri dans de nombreuses mairie depuis décembre dernier (Photo d'illustration/DR)

Contraint et forcé à réagir après l'ampleur prise par le mouvement de contestation qui agite l'Hexagone depuis bientôt deux mois, le gouvernement tente d'apporter une réponse en organisant à partir de ce mardi 15 janvier un "Grand débat" national encadré censé (re)donner la parole aux Français sur les thèmes retenus de "la fiscalité et les dépenses publiques, l'organisation de l'État et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté".

Concernant l'organisation de cette consultation citoyenne, ce sont la secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, et le ministre des Collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, qui ont été choisis par le Premier ministre, Édouard Philippe, pour la cornaquer. Ils seront accompagnés par cinq personnalités, supposément garantes de l'indépendance des débats, qui seront nommés vendredi 18 janvier.

Concrètement, les Français qui souhaitent s'exprimer auront à leur disposition un site Internet, www.granddebat.fr (*) mis en ligne par la Commission nationale du débat public (CNDP), une instance indépendante qui aura la charge de collecter et de synthétiser les revendications récurrentes et les propositions concrètes qu'exposeront les contributeurs. En corollaire, les conseils économiques, sociaux et environnementaux régionaux (Ceser) et le Conseil économique, social et environnemental (Cese) seront sollicités pour plancher sur la rédaction des réformes à mener.

Le mode d'emploi

Outre le site Internet évoqué supra qui répertoriera par ailleurs les lieux de réunion dans chaque département, les citoyens devraient pouvoir utiliser des locaux mis à disposition par les municipalités, amplement sollicitées par le gouvernement, pour l'organisation de débats publics et la tenue de cahier de doléances. Les citoyens pourront aussi envoyer leurs propositions par courrier à l'adresse suivante : Mission Grand débat, 244, Boulevard Saint-Germain. 75007 Paris.

Dans le Gard, Didier Lauga, le préfet, a désigné Joëlle Gras, sous-préfète du Vigan, comme référente départementale. Sa mission consistera à faciliter l’organisation des réunions, le cas échéant en relation avec le préfet-référent du ministère de l’Intérieur, Pierre N’Gahane. Une adresse mail est mise en place pour la contacter : pref-grand-debat-national@gard.gouv.fr.

Tout les Français sont invités à exprimer leurs desiderata ou à organiser des débats et un numéro d'information dédié a été mis en place au 0800 97 11 11. Analysés par une vingtaine de préfets, les premiers cahiers de doléances font ressortir les préoccupations premières des déclarants. À savoir, en vrac, les impôts et la fiscalité sur les transactions financières, la gestion des autoroutes, la rémunération des hauts fonctionnaires et des élus nationaux considérée comme trop élevée, l'immigration et l'abaissement de la vitesse à 80 km/h sur les routes nationales...

Reste maintenant à connaître les résultats de cette consultation nationale, que d'aucuns dénoncent déjà comme une nébuleuse usine à gaz, son taux de participation et ce sur quoi elle débouchera au final en matière de changements concrets qu'attend la population. Attendre et voir.

Philippe GAVILLET de PENEY

* Ce mardi, en milieu de matinée, le site n'était pas encore opérationnel.

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

3 réactions sur “POLITIQUE Grand débat national : Comment ça marche ?”

  1. Qui peut croire, sérieusement, un seul instant que Macron répondra favorablement aux exigences des Français. Le vrai-faux débat n’est pas fait pour ça mais pour reprendre la main sur une situation qui lui échappe depuis la mobilisation des Gilets Jaunes et pour confirmer ses choix au nom de ceux qui joueront cette comédie. Tout est cadré, Macron ne cédera rien sur le fond et pas grand chose à la marge. Il gagne du temps, entend se refaire une virginité jusqu’aux Européennes.
    Exigeons la proportionnelle intégrale et la dissolution de l’assemblée nationale et nous verrons toute sa stratégie politicienne s’effondrer comme un château de cartes sous le courant d’air de sa suffisance.

  2.  » les impôts et la fiscalité sur les transactions financières, la gestion des autoroutes, la rémunération des hauts fonctionnaires et des élus nationaux considérée comme trop élevée, l’immigration et l’abaissement de la vitesse à 80 km/h sur les routes nationales… »
    Bref ce sont les préoccupations très bassement matérialistes des gj; on est très très loin d’ une soit disant convergence avec l’ écologie et l’ Urgence Planétaire!
    Espérons que la France silencieuse qui supporte ces gj depuis trop longtemps s’ exprimera et élèvera le débat. C’ est le seul espoir que j’ ai pour la France !

  3. La formation est une très bonne oportunité pour retrouver la confiance en soi.
    Pour la santé mentale et physique des plus modestes: Pourquoi ne pas donner accès aux bibliothèques et aussi aux activités sportives en salle, ainsi que pour l’accès aux piscines et activités culturelles. Celà pour éviter des frais de santé, pour sortir les pauvres de leur isolement.
    Dans chaque communes et villes: Des personnes régulièrement tirées aux sort pour faire ensemble des projets communs et décisions publiques. Faire contribuer chacun pour un mieux être pour tous. Taxer toutes les incivilités.
    La transition écologique: Chacun est responsable de l’avenir de notre planète. Consommer en toute humilité et respect. Arrêter de traiter à outrance pour avoir la plus belle pelouse…Ne pas hésiter à taxer tous les produits et usages de luxe ou supperflux.
    Je vous invite à lire le livre de Philippe Pascot « Pilleur d’état » repenser toutes les dépenses outrageantes, au profit des travailleurs. Cessez les conflits d’intérêts et protéger enfin un jour avec respect tous les enfants victimes de leur histoire personnelle et en danger irrémédiable. Car les associations de protection infantile ont le monopole des décisions parfois contraires à la bienveillance. Les victimes des services sociaux sont parfois en grand danger, on en fait des bombes à retardement. Personne ne peu imaginer vraiment. Il faut avoir vécu. Derek pupille de l’état aura toujours une porte ouverte chez moi, quand il pourra sortire des foyers de placements et mis à la rue.
    Méttons enfin un grand point d’honneur à la civilité, au respect, au partage et à la tolérance. Cessons de juger sans savoir.
    Hénia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité