A la uneActualitésCulture

MERCREDI CULTURE Laura Calu à Rodilhan pour ouvrir la saison

600 000 followers et une page facebook qui cartonne : l'humoriste passe du "net" à la scène.

Laura Calu se trouve timide, trop grande, pas assez conforme, alors elle décide d'en rire et d'en faire rire…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laura Calu, une taille de guêpe, une culotte greffée sur la peau, du maquillage qui ne bouge pas même quand elle dort, et une tête qui pivote à 360 degrés. C'est plus pratique pour les créneaux. C'est incroyable ! Venez voir ça par vous-même.

L'humoriste sera à Rodilhan le dimanche 16 février au centre culturel Bernard Fabre en ouverture de la saison concoctée par Rakan Musiques qui renouvelle son partenariat avec la ville. Laura Calu 29 ans, se présente ainsi : « Humoriste sur scène et sur internet, je suis un peu chanteuse, un peu gamine, un peu femme. J’ai fait mon petit bonhomme de chemin sur le net et j’ai eu la chance de devenir une des facebookeuses les plus influentes de l’année 2017. Je suis montée sur Paris il y a 10 ans pour toucher mon rêve du bout des doigts : la préparation de mon premier spectacle prévu pour l’été 2018. Je suis une touche-à-tout : comédie, théâtre, impro, stand-up, peinture, radio. J’adore tout faire et je cultive mon grain de folie !" Pour en savoir plus sur cette hyperactive, le mieux est d'en parler avec elle.

Objectif Gard : Comment tout ça a-t-il commencé ?

Laura Calu. Toute petite déjà. J'ai plein de vidéos chez moi que je n'aime pas trop revoir où je fais des spectacles pour la famille. J'ai toujours eu envie de faire rire. Et quand j'ai commencé à prendre des cours de théâtre, j'ai un prof qui m'a dit que c'était ce qu'il y a de plus difficile, bien plus que de faire pleureur. Ensuite j'ai fait du théâtre mais toujours avec dans la tête l'idée d'être seule en scène et humoriste. En parallèle, il y a 5 ans,  j'ai tourné des vidéos et ça a très bien marché. Aujourd'hui, 600 000 personnes me suivent. C'est pas mal non ?

Aujourd'hui vous réalisez votre rêve d'enfant ?

C'est ça. C'est mon premier seule en scène et je suis en tournée de rodage. C'est Arthur Chevalier, mon compagnon dans la vie qui me met en scène et le spectacle est co-écrit avec un duo d'humoristes, Benjamin et Hadrien. J'ai besoin qu'on me cadre, sinon je pars dans tous les sens.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Dans la vie. J'observe les gens et quelquefois j'attrape des fous rires en les écoutant où en les regardant. Il y a aussi des sujets qui m'agacent, alors je m'en moque, comme, la théorie du genre, le harcèlement, les diktats de la mode… Avant être Parisienne, je suis avant tout Varoise et je m'inspire beaucoup des gens du Sud pour créer mes personnages. Il y a entre autres Mélanie la cagole ou Smecta (un personnage de télé-réalité inventée) et un garçon aussi… Mais je ne vais pas tout dévoiler. Et puis je m'inspire de ma vie à moi, de mon adolescence et de mon enfance complexée, de mon manque de confiance en moi.  Et ça me fait du bien !

Vous êtes comment dans la vie ?

Plutôt triste, très timide, un peu déprimée. Ça peut paraître paradoxal mais c'est ça qui me pousse à vouloir faire rire les gens.

Après Rodilhan, il se passe quoi pour vous ?

Je suis en tournée de rodage de cette création, cela représente 39 dates en 3 mois dans toute la France, le festival d'Avignon en juillet et les 6 et 7 de mai au Point Virgule à Paris.

Propos recueillis par Véronique Palomar-Camplan

L'info en plus. Vous pouvez retrouver l'intégralité des dates de Laura Calu et de nombreuses vidéos sur sa page Fb : Laura Calu officiel

Pratique. Dimanche 16 février au centre culturel Bernard Fabre, chemin des canaux (à la sortie du village en direction de Caissargues). Début du spectacle : 20h30. Ouverture des portes : 19h. Durée du spectacle : 1h30. Tarif : 17 € /15€ Tarif réduit + frais de location (Disponibilités sur Digitick et Fnac Spectacles). Petite restauration sur place.

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité