A la unePolitique

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

Comme tous les dimanches, Objectif Gard vous propose son cocktail d’indiscrétions politiques. Un apéritif hebdomadaire à déguster sans modération !

La fin du début. Pendant des mois à Nîmes, beaucoup se sont réjouis des difficultés de Franck Proust. Mis en examen pour trafic d’influence, tentative de trafic d’influence et favoritisme dans le cadre de l’affaire Senim en 2017, le premier adjoint au maire de Nîmes n'était pas dans une position confortable. Un an plus tard, pas de nouvelles de la justice. Et personne ne peut dire aujourd'hui que tout cela aboutira. Combien de mise en examen se sont conclues par un non-lieu... Idem pour la liste aux Européennes des Républicains. Depuis des semaines, les ennemis politiques de Franck Proust en sont sûr : ce dernier ne sera pas en position éligible. Pire, il pourrait ne pas être sur la liste des 26 premiers noms. Là encore, le seul député gardois à Bruxelles a prouvé sa capacité d'influence. Il est en 11e position et selon toute vraisemblance, il sera élu en juin prochain pour un 3e mandat. Reste la question de la mairie de Nîmes. Premier adjoint de Jean-Paul Fournier, Franck Proust a remplacé haut la main en 2016 le maire pendant sa convalescence après son quadruple pontage coronarien. Le premier édile disant de lui, lors de son retour aux affaires, que son premier adjoint "a prouvé qu’il était capable de tenir cette maison." Mais Franck Proust ne souhaite pas s'inscrire dans une démarche purement locale. Passionné par l'Europe, il en a même fait un livre. Il s'est aussi illustré par son combat pour la défense des aéroports régionaux, a publié un rapport sur la surtransposition des normes européennes dans les lois françaises et un autre sur les investissements étrangers en Europe. Président du groupe PPE France (Parti populaire européen) depuis 2016, à Bruxelles, Franck Proust veut peser sur des politiques susceptibles de toucher des millions d’administrés. Pas sur une guerre larvée entre son mentor et le président de l'Agglo de Nîmes qui pourrait mener à la désillusion en 2020. D'autant que la liste pour les Européennes de la Droite dévoile peut-être quelques indices de sa stratégie pour 2020. En offrant une 6e place très enviée au parti Les Centristes d'Hervé Morin, un très proche d'Yvan Lachaud, Laurent Wauquiez, le patron des Républicains envoi un premier signal d'une possible liste unique aux Municipales entre les Républicains et les Centristes... Rien n'est jamais impossible en politique.

Ça bouge chez Les Républicains. D’ici peu, le président du parti, Laurent Wauquiez, nommera un nouveau responsable des Jeunes Les Républicains pour le Gard. Cette fonction est occupée depuis 2013 par Anthony Chaze, conseiller municipal de Nîmes, fraîchement élu délégué national des jeunes en Occitanie. Parmi les potentiels successeurs figurent Arthur Rolland, fils de Christophe Rolland, élu nîmois délégué à la laïcité et à la prévention de la délinquance des mineurs. Qui va à la Chaze...

Pompiers : des emprunts, trop d’emprunts… C’est le tacle glissé par la Droite, mardi dernier, lors de l’examen du rapport d’orientation budgétaire 2019 du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours). Pour financer la nouvelle caserne de Nîmes et renouveler les équipements des pompiers, la capacité de désendettement de l'établissement va passer de 11 à 27 ans (!). Un taux inquiétant, quand on sait que l’État fixe à 11,5 ans ce seuil. Alors, au SDIS, certains aimeraient que le Département mettent la main à la poche, comme cela se fait sur d'autres territoires. Le vote officiel du budget est prévu le 28 mars.

Proust prépare sa campagne. En position favorable pour être élu en juin prochain, Franck Proust va démarrer très rapidement sa campagne pour les élections Européennes. Soumis à une liste d'union entre les Républicains et les centristes, l'élu Nîmois va devoir ménager les susceptibilités de Jean-Paul Fournier et Yvan Lachaud pour organiser sa campagne à Nîmes. On a hâte de voir le premier rang des invités de ses meetings.

Union de la Gauche : déjà 400 signataires. Lancé en novembre, les communistes et leurs alliés ont élaboré un texte dans l'espoir d'unir la Gauche aux Municipales nîmoises de 2020. La mouvance a une occasion inespérée de reprendre les commandes de la Ville, eu égard aux divisions qui règnent à Droite et à la croissance du Rassemblement national (ex-Front national). Si les débuts ont été quelque peu difficile, la liste ne cesserait de s'allonger avec 412 personnes signataires. Aux élus et autres responsables politiques de parvenir à s'entendre... 

Ça se précise pour les socialistes… Le 16 mars, les cadres du PS gardois iront à Paris pour assister au conseil national. Un conseil qui devra en dire plus sur la manière d’aborder les prochaines échéances électorales (Européennes en mai 2019 et Municipales en mars 2020). Probable tête de liste au scrutin supranational, le patron du parti, Olivier Faure, actera à cette occasion sa venue dans le Gard pour l’inauguration de la nouvelle permanence de la fédération. Par ailleurs, le calendrier d’investiture pour les Municipales devrait également être fixé avec l’ouverture des candidatures. L'occasion pour certains d'afficher leurs ambitions et pour d'autres d'ouvrir les hostilités.

Nîmes : tous en toge au conseil municipal ? En marge des Grands jeux romains, début mai, certains élus nîmois ne seraient pas contre l’idée de tenir séance en arborant l’habit de leurs ancêtres romains. C’est le cas de Frédéric Pastor, adjoint aux festivités, qui ne se « dégonflera pas, si on décide de le faire. » Un peu d'audace, comme à Alès, où le maire Max Roustan s'était déguisé en chevalier pendant la semaine cévenole. Un édile qui, rappelons-le, avait été élu dès le premier tour aux Municipales 2014. De quoi en inspirer certains... 

Burgoa fait la com' de la Ville via le Département. Le conseiller départemental Laurent Burgoa, élu sur le canton 3 de Nîmes vient de rendre un hommage appuyé à la ville de Nîmes dans son dernier bulletin départemental. À huit reprises, l'adjoint à la mairie de Nîmes n'hésite pas à rappeler les réalisations financées exclusivement par la ville de Nîmes et qui n'ont strictement rien à voir avec le département. Ça sent bon la campagne 2020. La page en question du bulletin cantonal à télécharger à partir du lien suivant : canton 3

L'appel des Nîmois pour Lachaud, suite. ObjectifGard dévoilait la semaine dernière l'appel des Nîmois pour Yvan Lachaud en vue des Municipales 2020. Un appel qui semblait rencontrer des difficultés de bouclage. Que nenni selon les proches du président de l'Agglomération. Cet appel aura bien lieu, il est simplement repoussé d'une semaine. "Pas de problème" non plus du côté du nombre de Nîmois présent sur cette liste même si finalement, l'ambitieux chiffre symbolique de 1000 est abandonné au profit de 500 personnalités. Selon nos informations, la liste sera donc dévoilée le 24 mars 2019. Et toujours selon Objectif Gard, on retrouvera en bonne position les personnalités suivantes : Mounir Benslima, médecin légiste très connu à Nîmes, Janine Barbé, ancien proviseur du Lycée Daudet, Denis Volpilière, ancien président de la Chambre de commerce et d'industrie de Nîmes et Jean-Pierre Deilhes, entrepreneur à la retraite et, pour l’anecdote, beau-père de l’élu Nîmois et proche de Jean-Paul Fournier, Laurent Burgoa.

La rédaction

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité