A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Autisme : le savoir-faire gardois s’exporte au Vietnam

À l'horizon 2021, l'association nîmoise Le Maillon d’Asie projette d'ouvrir un centre d'aide par le travail pour adolescents dans ce pays communiste d'Asie du Sud-Est peuplé de 92,7 millions d'habitants.

Les jeunes autistes vietnamiens pourront bientôt se lancer dans l'apprentissage des métiers du bois (Photo : DR)

Une délégation nîmoise composée de 18 élèves-infirmiers de la Croix Rouge française et deux médecins, dont le docteur Olivier Colin, psychiatre de l'enfant et de l'adolescent, spécialiste de l'autisme au CHU Carémeau, s'est envolée le 9 mars pour une semaine vers Củ Chi, un des cinq districts suburbains de la capitale, Hô-Chi-Minh-Ville, pour une première mission qui consiste à poser le diagnostic différentiel des personnes atteintes du trouble autistique.

En matière d'autisme, le savoir-faire et les compétences gardoises s'exportent. "C'est passionnant !", résume enthousiaste Marie-Rose Pech, cadre formatrice infirmière à la Croix Rouge française de Nîmes et très impliquée au sein de l'association Le Maillon d’Asie dans ce projet autisme Vietnam à destination d'adolescents vietnamiens accueillis au bien nommé centre Khai Tri (*).

Une idée qui a germée dans l'imagination des bénévoles de l'association, créée à Nîmes en octobre 2016, qui a vocation à instaurer un lien de partage, de solidarité, d’échanges culturels, d’aide aux démunis, orphelins, malades, à apporter une aide aux étudiants et à faciliter l’intégration des personnes nouvellement arrivées dans le département.

Un atelier... cochon d'Inde pour les jeunes autistes qui se familiarisent avec la manipulation de petits animaux (Photo : DR)

En parallèle, Le Maillon d’Asie promeut, consolide et renforce les échanges entre les communautés asiatiques et organise des fêtes traditionnelles et tout autre événement pouvant apporter un soutien logistique dans son action en terre d’Asie. Adhérente de l'association, Rose-Marie Pech l'est aussi de l’association Aide développement médical (ADM) de l’antenne Rhône-Alpes. C'est ainsi que l'idée de mettre en place un projet autiste au Vietnam a cheminé avant de se concrétiser il y a deux ans avec la création de terrains de stage pour les étudiants infirmiers au Vietnam et leur ouverture dans les deux centres de Khai Tri : le centre d’accueil des enfants autistes à Khai Tri Binh Than et le centre d’accueil des adolescents autistes à Khai Tri Cu Chi.

Implantation d'un Centre d'aide par le travail

En mars 2018, un visite est organisée in situ et, suite à des échanges avec les dirigeants et les professionnels socio-éducatifs vietnamiens, une demande est faite à l’association ADM  pour un renforcement des connaissances sur le diagnostic différentiel de l’autisme afin d’adapter une prise en charge des enfants accueillis dans les centres. En parallèle, une demande est faite par le chef de service de pédiatrie de l’hôpital général de Nhan Dan Gia Dinh afin de renforcer leurs connaissances sur le diagnostic différentiel de l’autisme.

(Photo : DR)

Échelonné sur deux à trois ans (2019-2021) et adapté aux attentes des deux structures de Khai Tri et de Nhan Dan Gia Dinh, un programme de coopération et d’entraide est élaboré en concertation avec les acteurs concernés d’où la naissance du projet "Autisme Vietnam" de l’association ADM -RA. Un projet de renforcement des connaissances sur l’autisme est proposé aux dirigeants des centres autochtones et à l’équipe pédiatrique de Nhan Dan Gia Dinh dans le même temps qu’un accompagnement sur la création d’un CAT (centre d’aide par le travail) pour les adolescents autistes de Cu Chi dans des locaux déjà existants.

L'ESAT de Saumane sollicité pour le projet

Sur ce projet mené par le Maillon d’Asie, pour la partie CAT et formation sur le bois, l’ESAT (établissement et service d'aide par le travail) La Pradelle de Saumane (30) pourrait être associé pour le volet stage de renforcement professionnel. Cette structure gardoise accueille au quotidien 35 autistes formés à divers métiers. "L'idée est de commencer par l’atelier activité bois pour la fabrication d'objets afin de commercialiser les produits avant d'étendre la pratique professionnelle à d’autres activités diversifiées", évoquent les responsables.

Cadre formateur à la Croix Rouge, Rose-Marie Pech (à gauche) est l'une des chevilles ouvrières de ce projet (Photo : DR)

"Après 20 ans, au Vietnam les jeunes autistes ne sont plus pris en charge. Ils retournent chez leurs parents - pour ceux qui en ont -  ou se retrouvent abandonnés ou en asile psychiatrique, abonde le président du Maillon d'Asie, Lieu Sabô. L'objectif est de leur donner une chance d'intégration dans la société via un emploi et une qualification."

À terme, ce projet devrait concerner 10 membres de l’équipe médicale du service de pédiatrie de l’hôpital général de Nhan Dan Gia Dinh, 55 professionnels socio-éducatifs vietnamiens des deux centres en charge de l'accueil d'enfants autistes âgés de 3 à 19 ans. Dix adolescents sont éligibles à l'intégration de l'atelier "bois". Des échanges sont en cours avec l'établissement gardois afin que leurs encadrants professionnels puissent être accueillis plus tard à l'ESAT de Saumane lors d'un stage pratique en immersion destiné à renforcer leurs acquisitions théoriques et connaître plus avant les arcanes d'un CAT "à la française" et son fonctionnement.

Philippe GAVILLET de PENEY 

* Khai Tri signifie développer l'intelligence

Association le Maillon d’Asie. 2, Rue Colbert. 30 000 Nîmes. Tel : 06 08 81 34 38. Courriel : lieusabo1@gmail.com

Pour en savoir plus : Selon la définition de l’OMS, l’autisme est un trouble envahissant du développement (TED), caractérisé par un développement anormal ou déficient, manifesté avant l’âge de trois ans avec une perturbation caractéristique du fonctionnement dans chacun des trois domaines suivants :

  • interactions sociales réciproques
  • communication
  • comportements au caractère restreint et répétitif

L’autisme est donc un trouble complexe du développement et du fonctionnement du cerveau qui se manifeste dès les premières années de la vie. C’est un handicap : les personnes qui en sont atteintes n’ont pas la capacité à comprendre les informations sociales (expressions faciales, langage corporel, conversations de tous les jours …) aussi facilement que les autres. Pour elles, le monde qui les entoure peut sembler étrange, déroutant, sans ordre ni signification. Leur interaction avec l’environnement est limitée. L’autisme et les troubles qui lui sont apparentés constituent un ensemble de syndromes regroupés dans la classification internationale des maladies (CIM10) sous le terme de « troubles envahissants du développement » (TED).

L’autisme et les troubles qui lui sont apparentés constituent un ensemble de syndromes regroupés dans la classification internationale des maladies (CIM10) sous le terme de « troubles envahissants du développement » (TED). Le site de l’HAS a publié, en mars 2010, une synthèse de l’état des connaissances partagées sur l’autisme. La compréhension de l’origine ou de la nature de l’autisme est une démarche complexe car l’autisme présente une multiplicité de symptômes, de formes cliniques et sans doute de causes. Ces troubles apparaissent précocement et mettent en échec les réponses éducatives habituelles. Ils peuvent être alourdis par une déficience intellectuelle (très fréquente et elle-même d’importance variable) par l’épilepsie ou par des déficiences motrices ou sensorielles.

L’autisme et les TED sont aujourd’hui mieux cernés et plus précocement diagnostiqués parce qu’il existe des outils d’évaluation sans cesse améliorés. En 2002, l’INSERM retenait la prévalence de 9 naissances pour 10 000 pour l’autisme et de 27,3 pour les TED. Selon les études récentes, la prévalence pour l’autisme et les TED se situerait autour d’une naissance sur 150 aujourd’hui. Cela touche 4 garçons pour une fille (source La Revue Sésame).

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité