A la uneActualités

MONTAREN Le préfet autorise la ZAC des Sablas : « Ce projet est d’intérêt général »

La ZAC des Sablas, à Montaren (DR/CCPU)

Il était attendu, il est tombé : l’arrêté du préfet du Gard autorisant la création de la controversée Zone d’aménagement concerté (ZAC) des Sablas, à Montaren-et-Saint-Médiers, a été signé jeudi.

Un arrêté qui vient valider le projet porté par la Communauté de communes du Pays d’Uzès (CCPU), projet qui a d’abord fait l’objet d’une enquête publique défavorable, avant une deuxième enquête qui, elle, s’est révélée favorable. « Les réserves ont été prises en compte et dans le dossier il n’y a rien qui aurait pu m’amener à refuser cette autorisation », justifie le préfet du Gard, Didier Lauga.

Reste que le préfet n’est pas resté hermétique à la polémique qui accompagne le projet depuis un bon moment. « Je comprends bien qu’il y a une polémique. J’ai même reçu certains des opposants au projet, mais je regarde avant tout ce qu’il y a dans le dossier administratif », justifie-t-il. Un dossier sur lequel « la CCPU a fait un gros effort, notamment des compensations de terres agricoles », poursuit le préfet, avant d’arguer que le Conseil départemental de l’environnement, des risques sanitaires et technologiques (CODERST) avait donné lui aussi un avis favorable le 12 février dernier.

Du côté de la CCPU, c’est une victoire. « Maintenant le Pays d’Uzès dispose d’une zone où nous allons pouvoir accueillir des investisseurs, se félicite le président de la CCPU et maire d’Uzès, Jean-Luc Chapon. Nous avons évité le mitage du territoire. Énormément de gens veulent protéger les entrées de villes et on ne peut pas le faire si nous n’avons pas de zone. » Le président de la CCPU défend le projet qui comporte une pépinière d’entreprise, une maison médicale, des ateliers-relais ou encore une salle de sport. 

Autant de projets sur lesquels « on va pouvoir désormais discuter sérieusement », ajoute Jean-Luc Chapon. Des projets sur des terres encore agricoles, dont le vice-président de la CCPU, Fabrice Verdier, estime que « si elles étaient bonnes, les agriculteurs les auraient travaillées. » Quant à l’accusation de vider le centre-ville avec cette nouvelle zone, le maire d’Uzès affirme que, malgré la zone Pont des Charrettes, « nous avons des commerces qui s’ouvrent dans le centre-ville et si nous n’avions pas Pont des Charrettes, les gens iraient à Auchan, ou à Nîmes. Nous voulons fixer les gens. »

Reste qu’on n’a probablement pas fini d’entendre parler de la ZAC des Sablas, puisque l’arrêté du préfet peut encore être attaqué devant le tribunal administratif de Nîmes. « Les tribunaux sont là pour ça, mais je crois que ce projet est d’intérêt général », estime le préfet. En attendant, la date du début des travaux reste inconnue.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité