A la uneActualités

ALÈS AGGLO Budget 2019 : 9 abstentions et 1 voix contre

Conseil d'agglo. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
Conseil d'agglo. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Réunis en séance hier soir, les conseillers communautaires d’Alès Agglomération ont voté le budget primitif 2019. Le dernier de la mandature.

Avec neuf abstentions et une voix contre, le budget primitif d’Alès Agglomération a été adopté jeudi soir. Il s’élève à 143 millions d’euros, dont 31 millions d’investissement et 112 millions de fonctionnement, sans compter les 18 budgets annexes. Une fois encore, le président, Max Roustan, a souligné « la bonne santé financière » de l’agglomération, et ce « malgré les contraintes financières ».

Contrairement aux deux dernières années, où le patron de l’Agglomération se félicitait que le budget soit voté à l’unanimité (avec toutefois quelques absentions), une voix contre s’est levée hier soir lors du vote. Celle de l’opposant Jean-Michel Suau, qui « ne voit pas l’ambition que porte ce budget alors que le projet de territoire pourrait nourrir nombre de projets. » L’élu communiste évoque également la problématique de l’abattoir d’Alès, géré aujourd’hui par la Ville et menacé de fermeture : « L’agglo devrait mobiliser le Pôle métropolitain Nîmes-Alès sur cette question. Il s’agit quand même de plus de 50 emplois ! »

L'abattoir sur la sellette

Le conseiller communautaire Benjamin Mathéaud renchérit : « C’est un gâchis financier pour nos contribuables alésiens. Il serait temps que l’Agglo prenne ce sujet à bras le corps pour faire en sorte de sortir l’abattoir de l’ornière. » Max Roustan répond que la question sera posée en prochain comité des maires, avant de se mettre en colère à propos des potentiels partenaires qui pourraient permettre de sauver la structure : « Département, Région, Europe : personne ne veut venir ! L’image qui a été donnée est destructrice et on sait qu’on part sur un déficit perpétuel. »

Après le budget, c’est les taux d’imposition qui ont été votés. Pour l’année 2019, les impôts n’augmentent pas et « la taxe foncière diminue de 1% pour compenser la hausse de 2,2% prévue par l’État », souligne Max Roustan. Quant aux taxes d’enlèvement des ordures ménagères, elles restent inchangées.

Élodie Boschet

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité