A la uneActualitésSociété

NÎMES Pour la feria, l’Impé sera bien ouvert !

Au fond un peu dissimulé, le Bar Hemingway, à droite sous le toit, la brasserie (Photo Anthony Maurin)..
Vue de la piscine extérieure du jardin tout aussi extérieur (Photo Anthony Maurin).

On se dit qu'ils n'y arriveront jamais. Même eux en doutent parfois...

Mais ils y croient et c'est grâce à ce doute et cette tension que les équipes du nouvel Imperator (précédé de la mention Maison Albar) sont soudées dans l'effort. " Nous sommes à quelques heures de l'ouverture et toutes les chambres sont prêtes. Notre fléau, c'est la poussière ", assure Christophe Chalvidal, le directeur général.

La poussière, évidemment, mais les travaux, jusqu'au dernier jour avant l'ouverture inaugurale de la feria prévue le 5 juin prochain, seront à l'ordre du jour et des nuits. " On fait du gros ménage. On finalise le bar. On procède du haut vers le bas. Les jardins sont quasi finis et on installe le bar de feria dès cet après-midi. C'est une ouverture aux forceps mais on affinera l'esthétique après la feria, comme l'ouverture des villas ou du restaurant gastronomique. Tout cela sera inauguré fin septembre, début octobre pour une ouverture sereine. "

Nicolas Fontaine, le chef, et Christophe Chalvidal, le directeur général (Photo Anthony Maurin).

La brasserie, d'une cinquantaine de couverts, sera quant à elle bien ouverte pour la feria. Nicolas Fontaine, chef gardois (Vergèze) et proche collaborateur de Pierre Gagnaire, est sûr de sa carte. Il aura fallu 18 versions pour en arriver là : " Nous avons une manière de fonctionner qui est vivante. On construit une carte sur des valeurs locales, des produits régionaux. Nous devions trouver un équilibre, c'est un travail au quotidien avec les agriculteurs et les fournisseurs. On y met notre personnalité. On affine encore et toujours mais c'est monsieur Gagnaire qui la signera au final ! "

Ouvert 7/7, midi comme soir, cette brasserie devrait trouver son public, au quotidien comme en feria. " La carte est alléchante. Nous sommes attachés à la qualité et aux produits de niche. C'est un concept un peu différent mais nous ouvrons comme un vrai restaurant ", poursuit Christophe Chalvidal. Au menu (60 euros) avec entrée, plat et dessert, quelques bricoles de bon aloi pour démarrer les festivités.

Les villas seront prêtes pour la fin de l'été, le début de l'automne (Photo Anthony Maurin).

De la soupe de tomate un peu revisitée, des aubergines de Florence avec poulpe et chorizo, des patatas bravas, guidillas et piquillos, de la gelée végétale, du melon, un oignon farci, une poêlée d'encornets, du pélardon, un œuf poché à l'ailette ou un biscuit au foie gras et à la manzanilla. Pour le côté mer, de la brandade made in Impé, une dorade grillée au beurre d'anchois et des gambas au fenouil et parmesan. Pour la terre, une épaule d'agneau, une côte de bœuf ou une entrecôte. Enfin et pour assurer les desserts, des fruits rouges avec une chantilly au coquelicot, un parfait glacé au marc, un autre aux framboises, un gros calisson, une macaronade aux fraises, une tarte sablée aux cerises et une glace au miel de la Tour Magne sans oublier les fromages fermiers et leurs condiments (pour 12 euros de sus). Réservez si vous voulez y goûter, c'est un conseil !

Un duo concentré sur la grande ouverture, un duo accompagné par plus de 150 personnes pour la feria (Photo Anthony Maurin).

Autre possibilité de réservation pour assister à la grande fête, les tables et les espaces premiums. Ces deux dernières solutions vous éviteront de faire la queue pour entrer dans ce nouveau lieu de vie. Les espaces privatifs sont presque tous réservés mais en tout il y a environ six zones premiums. Vous pouvez réserver votre table de huit personnes à 600 euros ou 1 000 euros selon la prestation choisie. L'accès sera difficile et c'est un point noir qui donne du souci à la nouvelle direction.

" Nous passons d'une jauge de 2 400 personnes à la moitié, il y aura de nombreux déçus et beaucoup d'attente dehors, c'est la raison pour laquelle il y aura une cinquantaine de personnes embauchées pour le service d'ordre. Ça va être dur à gérer mais nous ne voulons pas de problème ", assure Christophe Chalvidal. Un moment un peu innovant fera passer l'Impé de sa tenue de journée à sa robe nocturne. On parle d'une projection d'images sur les murs mais le secret demeure bien gardé. En tout pour la feria, l'Impé mobilisera près de 200 collaborateurs !

Au fond un peu dissimulé, le Bar Hemingway, à droite sous le toit, la brasserie (Photo Anthony Maurin)..

Le DJ gardois Philippe Corti, habitué des lieux, avait mixé lors de la dernière soirée de l'Impé ancienne génération en 2017 pour une despedida des plus festives et émouvante. Il revient et sera aux manettes de la soirée inaugurale de la feria le mercredi 5 juin pour une sorte de paseo ou d'alternative. Il clôturera également l'événement. Concert Chiquitans le jeudi 6, Dj set Julien Facchinetti et Vall avec ambiance saxo. Le vendredi, idem, tout comme le samedi. Le dimanche, le Nîmois Greg Delon remplace Vall.

Là aussi beaucoup de changemenst seront au programme mais en journée, l'hôtel veut rester familial avec la présence reconduite des Hasta Luego.

Avec la réouverture de l'établissement, les bonnes vieilles habitudes tiendront-elles le choc face à tant de nouveautés? Le Nîmois, qui ne s'est pas toujours senti chez lui à l'Impé, sera-t-il le bienvenu ? Pour Christophe Chalvidal, la question ne se pose même pas... " Bien sûr ! Ça va être un produit d'exception avec un service qui n'a jamais été vu à Nîmes. Passée la feria et de côté festif, il y aura beaucoup de choses exceptionnelles dans la région, notamment nos cocktails, notre jardin, notre cuisine, notre spa... "

Un espace premium, snacking et repos avec une belle terrasse et un piscine (Photo Anthony Maurin).

Le taux de remplissage actuel de l'hôtel pour ces quelques jours de feria est de 70 % Si l'on prend en compte les nuisances sonores d'un tel événement, les peureux qui n'ont pas souhaité tenter l'aventure d'une réouverture (le maestro Andres Roca Rey) et les enjeux économiques, l'hôtel s'en tire avec les honneurs en attendant mieux.

Le maestro Antonio Ferra et la rejoneadora nîmoise Lea Vicens feront partie des premier clients notoires même s'ils sont invités par l'hôtel grâce au flux de personnes qu'ils drainent, c'est une tradition. Jean Bousquet, l'ancien maire de la ville et d'autres personnalités des mondes économique ou politique seront eux aussi de la partie pour que leur retour permette aux équipes de fignoler dans le détail les manquements.

" Aujourd'hui, c'est l'adrénaline qui nous drive un peu ! On a longtemps hésité mais il fallait prendre une décision et nous devions ouvrir pour la feria. C'est le bon moment mais en attendant, on se prend un petit tsunami... Mais on écrit les premières lignes d'une nouvelle histoire ", conclut Christophe Chalvidal.

En dehors de la soirée du 5 juin, un peu privative, la feria à l'Impé se déroulera du 6 au 10 juin. Le côté festif débutera tous les soirs de feria à partir de 19h (jusqu'à 3h ou 4h du matin). Pour réserver une table appelez au 06.26.47.10.70.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité