A la uneActualitésSociété

NÎMES EN FERIA En images l’abrivado de la rue de la République

Une abrivado des villes qui attire la foule

Ce taureau là ne sera pas dérangé sur sa route (photo Veronique Camplan)

L'abrivado est une vieille tradition camarguaise. Il y a bien longtemps, les gardians encadraient les taureaux de la manade aux arènes pour les emmener aux courses. Une tradition qui perdure au cœur des villes en fête. 

Chemin faisant, entre champs et arènes, les jeunes perturbaient ce bel ordonnancement tentant d'attraper les taureaux ou de les faire échapper à la protection des gardians. Avec l'usage des chars (camions à bestiaux), la tradition aurait pu disparaître. C'est mal connaître Camarguais et Nîmois.

Aujourd'hui, les abrivados sont organisées en ville, taureaux et gardians font plusieurs passages sur une portion de rue sécurisée par des barrières. Pendant toute la durée de la Feria, des abrivados sont organisées en différents endroits de la ville. Hier, c'était rue de la République et c'est la manade Saint-Louis, ses gardians et ses bious (taureaux) qui ont offert le spectacle.

Au départ, il y avait plus de monde à l'intérieur qu'à l'extérieur des barrières (photo Véronique Camplan)

Sur un parcours de 600 mètres environ, les gardians enchaînent les passages. Les attrapaïres les attendent de pied ferme.

Le biou est coincé par les attrapaïres (photo Veronique Camplan)

Les gardians ont perdu un taureau au bénéfice de la foule, l'animal finira par faire demi tour… Tout est à refaire pour les cavaliers à la plus grande joie de la foule.

 

Cette fois-ci on ne passe pas  (photo Veronique Camplan)

Les gardians ne s'en laissent pas conter plus longtemps et on ne les y reprendra plus. Cette fois la bête noire est dûment encadrée et le train s'accélère, un joli passage immortalisé par moult téléphones portables !

Joli galop  (photo Veronique Camplan)

Les derniers passages se font au grand galop, un spectacle magnifique qui enthousiasme le public et complique considérablement le jeu des attrapaïres.

Effets de crinières  (photo Véronique Camplan)

Il y a de plus en plus de filles parmi les gardians et ces dernières font leur part du travail. On ne peut s'empêcher de saisir un instant de grâce, effet de crinières et communion entre la cavalière et sa monture, tout aussi concentrées l'une que l'autre.

Des pétards tonnent la fin de l'abrivado, tout le monde s'est amusé sans dommage, la manade Saint- Louis a prouvé une fois encore un savoir faire traditionnel que l'on peut exporter même au cœur des villes. Tout au long de la Feria d'autres abrivados sont programmées. Voir le programme jour par jour sur Objectif Gard bien sûr !

Véronique Palomar Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité